retour article original

vendredi 18 août 2017
Vous êtes ici Accueil Archives Archives Proche Orient (6ème partie) : Juin 2004
AFP, 22 juin 2004

Proche Orient : Dix groupes palestiniens opposés à un rôle de l’Egypte et de la Jordanie à Gaza et en Cisjordanie


GAZA (AFP) - Dix mouvements palestiniens se sont déclarés, mardi 22 juin 2004, opposés à tout rôle que pourraient jouer l’Egypte et la Jordanie dans le maintien de la sécurité dans la bande de Gaza et en Cisjordanie dans la foulée d’un éventuel retrait israélien.


Un communiqué commun en ce sens a été publié sur le site internet du mouvement radical islamiste Hamas.

"Nous notons avec surprise et désapprobation des pourparlers sur le rôle sécuritaire de plusieurs parties arabes dans la bande de Gaza et la Cisjordanie", écrivent ces groupes. "Notre peuple en lutte attend de ses frères arabes une logique de soutien et non une logique sécuritaire qui est inacceptable", poursuit le communiqué. "Le peuple palestinien fait partie de la nation arabe et ne peut accepter d’être mis sous tutelle", ajoute ce communiqué signé notamment par le Fatah, le Hamas, le Jihad islamique, le Front populaire de libération de la Palestine (FPLP) et le Front démocratique de libération de la Palestine (FDLP).

Un haut responsable du Fatah, le mouvement du dirigeant Yasser Arafat, a toutefois affirmé que sa formation n’avait "aucun lien, ni de près ni de loin" avec ce texte. "Le Fatah rejette le contenu de ce communiqué, notamment les passages s’en prenant au rôle égyptien", a déclaré Zakaria Al-Agha, membre du comité central du Fatah. "Nous avons beaucoup d’estime pour le rôle historiquement joué par l’Egypte au service du peuple palestinien et de sa cause", a-t-il ajouté. Selon lui, une éventuelle implication sécuritaire de l’Egypte dans la bande de Gaza se limitera à sa frontière avec le territoire palestinien. L’Egypte devra par contre, à la demande de l’Autorité palestinienne, envoyer des experts pour entraîner et réhabiliter les forces de sécurité palestiniennes "pour leur permettre de s’acquitter de leurs devoirs", après le retrait israélien envisagé.

Jamil Majdalaoui, chef du FPLP à Gaza, a déclaré que le communiqué avait été publié au terme de plusieurs entretiens à Damas.

L’Egypte et la Jordanie, tous deux signataires d’un traité de paix avec l’Etat juif ont tenu des discussions avec Israël et l’Autorité palestinienne sur le rôle sécuritaire qu’ils pourraient jouer dans la perspective du plan de retrait de la bande de Gaza et de certaines colonies isolées en Cisjordanie envisagé par le Premier ministre Ariel Sharon. Le général Omar Souleimane, chef des services de renseignements égyptiens doit se rendre dans ce cadre, mercredi 23 juin 2004, à Ramallah (Cisjordanie) pour rencontrer M. Arafat et son Premier ministre Ahmed Qoreï. Il doit ensuite se rendre en Israël pour y rencontrer, entre autres, le ministre de la Défense Shaoul Mofaz.

L’Egypte a proposé récemment d’envoyer 150 à 200 officiers de police pour entraîner une force palestinienne de 30000 policiers afin de maintenir l’ordre après le retrait unilatéral israélien de Gaza, qui devrait en théorie commencer en mars 2005. L’Egypte a posé pour conditions à la poursuite de son initiative d’obtenir l’accord de tous les groupes palestiniens, que les Israéliens cessent leurs incursions militaires à Gaza et que ses instructeurs ne soient pas pris pour cibles.

Pour sa part, le chef de la diplomatie jordanienne Marwan Moasher a souligné que les autorités jordaniennes attendraient la fin des discussions en cours entre Egypte, Israël et Autorité palestinienne avant de s’engager à former des policiers palestiniens après un éventuel retrait de Gaza.

Sur le terrain, deux Palestiniens, un activiste armé et un civil, ont été tués mardi par l’armée israélienne qui menait une incursion à Beit Hanoun dans le nord de la bande de Gaza, ont indiqué des sources médicales. Agé de 21 ans, Khaled Al-Shimbari, un activiste des Brigades des Martyrs d’Al-Aqsa (groupe lié au mouvement Fatah), a été tué lors d’un accrochage ayant opposé des Palestiniens armés à des soldats israéliens participant à l’incursion, selon des témoins. Un civil qui se trouvait dans le secteur, Ibrahim Salha, 19 ans, a également été tué par les tirs israéliens, selon la même source. Un autre civil, Ahmad Al-Masri, a été grièvement blessés par les tirs de l’armée et évacué vers un hôpital de Gaza où son état a été qualifié de "critique". Lors de l’incursion, l’armée a rasé des champs et occupé une maison palestinienne, selon une source sécuritaire.

Une source militaire israélienne a de son côté indiqué que "des soldats israéliens se trouvant aux abords de Beit Hanoun et opérant contre des infrastructures utilisées par des tireurs de roquettes Qassam ont repéré deux Palestiniens armés et ont ouvert le feu contre eux".

Cette nouvelle mort porte à 4113 le nombre des personnes tuées depuis le début de l’Intifada, fin septembre 2000, dont 3121 Palestiniens et 920 Israéliens.

En Israël, l’ambassadeur américain Dan Kurtzer a remis sur la table le démantèlement des colonies sauvages et le gel de la colonisation en Cisjordanie, affirmant qu’Israël n’avait toujours pas rempli ses engagements sur ces deux questions. Le Premier ministre Ariel Sharon s’était engagé en juin 2003, lors du sommet d’Aqaba (Jordanie), à geler la colonisation et à démanteler les colonies sauvages créées depuis son arrivée au pouvoir en mars 2001.

Agence France Presse

Si vous souhaitez soutenir l’activité du site web interet-general.info, vos dons sont les bienvenus sur le compte de la Banque cantonale de Genève No Z 3267.34.01 Clearing bancaire (CB) : 788 IBAN CH48 0078 8001 Z326 7340 1

Compte de chèque postal : 12-1-2

Veuillez libeller les chèques au nom de : interet-general.info

Accueil

éditeur : Frank Brunner | ouverture : 11 novembre 2000 | reproduction autorisée en citant la source