retour article original

lundi 20 février 2017
Vous êtes ici Accueil Corruption Corruption au Brésil
AFP, 16 septembre 2011

Corruption : Un quatrième ministre brésilien démissionne en trois mois

par Yana MARULL


Manifestation contre la corruption, à Brasilia, le 7 septembre 2011

Le coup de balai anticorruption sans précédent donné par la présidente du Brésil, Dilma Rousseff, a coûté son poste à un quatrième ministre en trois mois, celui du Tourisme, alors que le mouvement est soutenu par une campagne sur les réseaux sociaux contre cette pratique enracinée dans la politique locale.


Brasil

La présidente, âgée de 63 ans, héritière politique de l’ex-président de gauche Luiz Inacio Lula da Silva, est au pouvoir depuis le 1er janvier 2011 et est à la tête d’une coalition hétéroclite de neuf partis. Le gouvernement brésilien dispose de 60000 postes de responsabilité, une situation qui se reproduit à une échelle encore plus grande dans les vingt-sept États fédérés et les 5000 municipalités. « Je prendrai des mesures contre toute action indue au sein de mon gouvernement », a prévenu la présidente à plusieurs reprises. Début juin, Antonio Palocci, sorte de premier ministre de Mme Rousseff et membre du Parti des Travailleurs (PT-gauche) comme elle, avait dû démissionner après des accusations d’enrichissement illicite. Dilma Rousseff a aussi mis à la porte du gouvernement le ministre des Transports, Alfredo Nascimento (centre droite), accusé de détournements de fonds publics, et le ministre de l’Agriculture, Wagner Rossi (PMDB), pour malversations présumées. Le ministre du Tourisme, Pedro Novais, âgé de 81 ans, du Mouvement démocratique brésilien (PMDB-centre), principal allié du gouvernement, est devenu, mercredi 14 septembre au soir, le quatrième ministre à être contraint à la démission. Il est notamment accusé d’avoir payé ses domestiques avec l’argent du parlement. Le ministère du Tourisme fait aussi l’objet d’une enquête pour détournements de fonds publics et, en août, la police a arrêté trente-huit hauts fonctionnaires et industriels du secteur.

Pedro Novais

« Le degré de tolérance de la présidente face aux accusations de corruption est moindre que celui de (son prédécesseur et parrain politique) Luiz Inacio Lula da Silva et d’autres présidents qui protégeaient les hommes politiques visés », a déclaré à l’AFP le secrétaire général de l’ONG « Comptes ouverts », Gil Castello Branco. L’attitude de la présidente, poussant ses ministres vers la sortie, coïncide avec un mouvement citoyen qui s’organise par le biais des réseaux sociaux, a expliqué le responsable de Comptes ouverts qui surveille les comptes publics. « La société suit activement ce moment. Rarement les Brésiliens se sont mobilisés comme maintenant. Nous espérons que ce nettoyage dans la politique continuera », a-t-il dit. Les réseaux sociaux ont organisé, en septembre, plusieurs manifestations contre la corruption et ont appelé la population à manifester massivement, le 20 septembre 2011, à Rio de Janeiro. Le coup de balai de la présidente a toutefois des limites, car elle a besoin de ses partis alliés pour gouverner, a confié à l’AFP le politologue Everaldo Moraes. « Mme Rousseff cherche la paix avec l’opinion publique, en montrant qu’elle est intolérante envers la corruption, mais en même temps elle essaie de ne pas envenimer ses relations avec ses alliés », a souligné M. Moraes. Selon cet expert, Dilma Rousseff est ainsi contrainte, conformément à une pratique ancestrale de la politique brésilienne, de « partager les ministères entre les partis de la coalition. Ainsi, le manque de contrôle du gouvernement sur ses propres ministères est ce qui est peut-être le plus dangereux en terme de corruption ».

Yana MARULL

Dilma Rousseff

AUTEURS 

  • Yana MARULL

  • Accueil

    éditeur : Frank Brunner | ouverture : 11 novembre 2000 | reproduction autorisée en citant la source