retour article original

lundi 27 mars 2017
Vous êtes ici Accueil Corruption Corruption en Italie Silvio Berlusconi
AFP, 18 octobre 2011

Corruption : Silvio Berlusconi est acquitté des soupçons de fraude fiscale et d’abus de confiance


Silvio Berlusconi

La justice italienne a innocenté le président du conseil, Silvio Berlusconi, mardi 18 octobre 2011, des charges de fraude fiscale et d’abus de confiance liées au dossier Mediatrade, filiale de son empire médiatique Mediaset.


Italia

L’affaire Mediatrade, dans laquelle le Cavaliere était soupçonné de fraude fiscale et d’abus de confiance, concerne la surfacturation présumée de droits télévisés achetés par Mediatrade-RTI, une société de son groupe Mediaset, à des majors américaines, ce qui aurait permis de constituer une caisse noire. Pour la juge des audiences préliminaires du tribunal de Milan, Maria Vicidomini, les preuves recueillies contre Silvio Berlusconi n’étaient pas suffisantes pour justifier son renvoi en justice, rapporte le site du quotidien La Repubblica. Sur les douze co-inculpés dans cette affaire, M. Berlusconi est le seul à ne pas être renvoyé en justice. Le tribunal de Milan a également renvoyé devant la justice le fils du Cavaliere, Pier Silvio, ainsi que Fedele Confalonieri, respectivement vice-président et président de Mediaset. Parmi les onze co-inculpés restants figure aussi Franck Agrama, producteur américain présenté par le parquet comme associé occulte du chef du gouvernement. Cette décision de justice offre un répit à Silvio Berlusconin, déjà poursuivi par le tribunal de Milan dans deux autres affaires de corruption et de fraude fiscale liées à son empire médiatique, et dans une affaire de mœurs où il est accusé de relations tarifées avec une prostituée mineure.

Agence France Presse

Fedele Confalonieri

Accueil

éditeur : Frank Brunner | ouverture : 11 novembre 2000 | reproduction autorisée en citant la source