retour article original

vendredi 24 mars 2017
Vous êtes ici Accueil Informations internationales Afrique Egypte
AFP, 20 novembre 2011

Egypte : Violences et affrontements mortels

par Samer AL-ATRUSH


Evacuation d’un manifestant blessé, au Caire, le 19 novembre 2011

Deux manifestants sont morts, dans la nuit de samedi 19 novembre 2011 à dimanche 20 novembre, en Égypte, au cours de violents affrontements entre police et manifestants, à moins de dix jours du premier scrutin législatif depuis le départ de Hosni Moubarak.


Egypte

M. Moubarak, son ministre de l’Intérieur, Habib El-Adli, et des responsables de la sécurité, sont actuellement jugés, pour des accusations selon lesquelles il auraient ordonné de faire feu sur la foule. Les affrontements sur la place Tahrir ont débuté après que la police eut tenté, dans la matinée, de disperser par la force un sit-in organisé depuis plusieurs jours par des personnes blessées lors de la révolte antirégime du début de l’année. Elles réclamaient le jugement des policiers et dirigeants responsables des violences qui ont fait à l’époque officiellement 850 morts et des milliers de blessés. Les affrontements, qui ont éclaté dans la matinée, au Caire, sur l’emblématique place Tahrir, ont fait 750 blessés dans la capitale, selon le ministère de la Santé, avant de gagner d’autres villes du pays, notamment Alexandrie, Assouan et Suez, sur la mer Rouge. Au cours des rassemblements, les protestataires ont scandé des slogans hostiles au maréchal Hussein Tantaoui, chef du Conseil suprême des forces armées (CSFA) et dirigeant de fait de l’Égypte. Des médecins ont successivement annoncé la mort d’Ahmed Mahmoud, âgé de 23 ans, qui a reçu une balle dans la poitrine au Caire, puis celle de Baha Eddin Mohamed Hussein, âgé de 25 ans, touché par une balle en caoutchouc à Alexandrie. Dix personnes, dont sept manifestants, ont été blessées à Suez, selon un responsable de la sécurité. Des médecins ont par ailleurs indiqué à l’AFP avoir prodigué des soins à plusieurs personnes touchées aux yeux par des tirs de balles en caoutchouc, précisant que certaines avaient été transportées dans des hôpitaux. Des centaines de partisans de Hazem Abou Ismaïl, candidat salafiste déclaré à l’élection présidentielle dont la date n’est toujours pas fixée, avaient auparavant renforcé les rangs des manifestants. M. Abou Ismaïl est ensuite arrivé. Les affrontements se concentraient devant le Parlement et le ministère de l’Intérieur situés à proximité de la place Tahrir. Dans la nuit, des dispensaires de fortune installés à même la chaussée accueillaient de nombreux manifestants en proie à des malaises ou suffocants en raison des tirs intensifs de grenades lacrymogènes par la police antiémeute, a constaté un journaliste de l’AFP. En outre, de nombreuses ambulances se trouvaient sur la place, où des milliers de manifestants s’apprêtaient à passer la nuit, certains enveloppés dans des couvertures. « Tout ce qui arrive est la preuve que les militaires veulent garder le pouvoir », a estimé Ahmed Abou El-Enein, militant âgé de 30 ans, interrogé par l’AFP sur la place Tahrir, foyer de la révolte populaire qui a conduit à la chute de M. Moubarak, en février 2011.

Scène d’émeute au Caire, le 19 novembre 2011

Dans un communiqué publié sur sa page Facebook, le ministère de l’Intérieur a assuré que « la police n’avait pas fait usage d’armes à feu, de fusils de chasse, ou de balles en caoutchouc », affirmant que les forces de l’ordre avaient eu recours à des « moyens légaux », n’utilisant « que des gaz lacrymogènes pour disperser les émeutiers ». Dans la nuit, le gouvernement égyptien a appelé « à la raison », dans un communiqué lu à la télévision, ajoutant que « ce qui se passe depuis ce matin est dangereux et a un impact direct sur la marche du pays ».

Un manifestant dans un nuage de gaz lacrymogène, au Caire, le 19 novembre 2011

La veille, des dizaines de milliers de manifestants, en majorité issus des rangs des Frères musulmans et des mouvements salafistes, s’étaient rassemblés sur la même place. Cette démonstration de force, menée par les islamistes, visait à réclamer le retrait d’une déclaration constitutionnelle présentée par le gouvernement, accusée de permettre aux militaires de garder des privilèges, en exemptant notamment le budget de l’armée de toute supervision parlementaire.

Scène d’émeute au Caire, le 19 novembre 2011

Les affrontements de samedi 19 novembre 2011 surviennent alors que les Égyptiens doivent voter, le 28 novembre, pour élire les représentants de l’Assemblée du peuple (chambre des députés), premier tour d’un scrutin législatif qui doit se dérouler au total sur quatre mois. L’armée s’est engagée à rendre le pouvoir aux civils après l’élection d’un nouveau président. Le fait que la date de l’élection présidentielle ne soit toujours pas encore connue suscite de nombreuses craintes de voir les militaires s’accrocher au pouvoir. Plusieurs partis politiques ont réagi, l’un demandant la constitution d’un gouvernement de salut national, tandis qu’un autre a réclamé le report des élections. De leur côté, les Frères musulmans ont appelé au calme, afin de ne pas « ternir l’image de la révolution » dans un message publié sur Twitter.

Samer AL-ATRUSH

Scène d’émeute au Caire, le 19 novembre 2011

AUTEURS 

  • Samer AL-ATRUSH

  • Accueil

    éditeur : Frank Brunner | ouverture : 11 novembre 2000 | reproduction autorisée en citant la source