retour article original

vendredi 26 mai 2017
Vous êtes ici Accueil Archives Archives Soudan (1ère partie) : Du 9 février 2004 au 31 août 2004
AFP, 2 juillet 2004

Soudan : Kofi Annan exige que Khartoum fasse cesser la violence au Darfour


Un chamelier soudanais

Le secrétaire général des Nations Unies Kofi Annan a exigé, vendredi 2 juillet 2004, des autorités de Khartoum, qu’elles fassent cesser la violence au Darfour, et a dit avoir obtenu du président soudanais Omar al-Béchir la promesse que les responsables d’atrocités dans cette région seraient jugés.

Soudan


"La violence doit cesser", a affirmé M. Annan lors d’une conférence de presse, à Khartoum, après avoir discuté avec M. Béchir de la crise humanitaire dans la région du Darfour, en proie à la guerre civile depuis février 2003. "Les Djandjawid doivent être désarmés", a-t-il ajouté, faisant référence aux milices pro-Khartoum accusées de massacres au Darfour. Le secrétaire général s’exprimait lors d’une conférence de presse conjointe avec le ministre des Affaires étrangères soudanais Moustafa Osmane Ismaïl.

Miliciens soudanais à l’entraînement

M. Annan a affirmé avoir obtenu une série d’engagements directs du président soudanais consistant à éliminer tous les obstacles bureaucratiques entravant l’acheminement de l’aide humanitaire aux déplacés et à assurer la sécurité de la population civile dans cette région. M. Béchir a également promis que les autorités soudanaises arrêteraient et jugeraient les personnes impliquées dans des massacres au Darfour, a indiqué M. Annan, précisant que le président soudanais s’était engagé à dédommager les victimes.

Colin Powell en compagnie d’Omar Al-Bashir, le 30 juin 2004

M. Annan a averti contre le manque de moyens pour faire face à la situation, soulignant que l’ONU possédait moins de la moitié des fonds nécessaires pour éviter une famine au Darfour et au Tchad. Il n’a pas donné de précisions sur les sommes nécessaires.

Le camp de réfugiés d’Abu Shok

L’ONU et Khartoum sont d’autre part convenus de mettre en place un mécanisme de haut niveau pour contrôler l’application des engagements pris par le gouvernement soudanais pour régler la crise. "Nous avons mis au point un programme de 90 jours" pour que le gouvernement remplisse ses engagements, a dit M. Annan, précisant que, durant ce délai, l’ONU, pour sa part, augmenterait le nombre de son personnel et de son matériel disponible, comme les camions, pour faciliter l’acheminement de l’aide humanitaire aux sinistrés, a indiqué M. Annan.

Kofi Annan en compagnie de réfugiés soudanais

M. Annan a aussi critiqué Khartoum dans sa gestion de la crise, affirmant que "le gouvernement était lent à garantir l’accès de l’aide humanitaire".

Réfugiés soudanais au Darfour

Quand on lui a demandé si le Conseil de sécurité agirait contre Khartoum si le gouvernement ne remplit pas ses engagements, comme il avait menacé de le faire auparavant, le secrétaire général s’est contenté de dire : "Je ne peux pas indiquer ou dire ce que le Conseil fera". "S’il y a un problème nous le traiterons", a-t-il ajouté en rappelant que les deux parties allaient mettre en place "un système de contrôle de haut niveau".

Agence France Presse

Scène de rue à Khartoum

Si vous souhaitez soutenir l’activité du site web interet-general.info, vos dons sont les bienvenus sur le compte de la Banque cantonale de Genève No Z 3267.34.01 Clearing bancaire (CB) : 788 IBAN CH48 0078 8001 Z326 7340 1

Compte de chèque postal : 12-1-2

Veuillez libeller les chèques au nom de : interet-general.info

Accueil

éditeur : Frank Brunner | ouverture : 11 novembre 2000 | reproduction autorisée en citant la source