retour article original

jeudi 22 juin 2017
Vous êtes ici Accueil Archives Archives Irak (8ème partie) : Juillet 2004
AP, AFP, 3 juillet 2004

Irak : Un groupe irakien affirme avoir décapité un US Marine


LE CAIRE (AP) - Un groupe irakien a affirmé, samedi 3 juillet 2004, sur un site internet islamiste, avoir décapité un US Marine d’origine libanaise qui était détenu en Irak.


Dans un communiqué, dont l’authenticité n’avait pas encore été établie, le chef de Jaish Ansar al-Sunna annonce la diffusion prochaine d’images de l’assassinat du caporal Wassef Ali Hassoun. Si l’information est confirmée, il s’agirait du quatrième otage étranger décapité dans la région depuis le mois de mai 2004.

« Nous voudrions vous informer que le Marine d’origine libanaise a été tué et vous verrez bientôt le film de vos propres yeux », affirme le communiqué signé du nom du chef du groupe, Abou Abdullah al-Hassan bin Mahmoud.

L’armée américaine à Bagdad a dit chercher à vérifier l’information de la mort du Marine, sans pouvoir la confirmer pour l’heure.

Le communiqué figure sur le même site internet où avait été diffusées le mois dernier des images de la décapitation de l’ingénieur américain Paul Johnson en Arabie Saoudite. Ce site publie également régulièrement des revendications d’attentats signées d’Abou Moussab al-Zarqaoui, un Jordanien supposé lié à Al-Qaïda et soupçonné d’opérer en Irak.

Le 27 juin 2004, la chaîne d’informations Al-Jazira, basée au Qatar, avait diffusé une vidéo montrant Wassef Ali Hassoun les yeux bandés. Ses ravisseurs menaçaient de le tuer à moins que les Etats-Unis ne libèrent tous les Irakiens dans « les prisons de l’occupation ». Le Marine, originaire de West Jordan dans l’Utah, avait été vu pour la dernière fois une semaine environ avant la diffusion de la bande. A la suite de cette diffusion, l’armée américaine avait changé le statut du Marine d’absent sans autorisation à « capturé ».

Le quotidien « New York Times », qui cite un officier des Marines qui a requis l’anonymat, rapportait sur son site Internet que Wassef Ali Hassoun avait été traumatisé après avoir vu l’un de ses sergents tué par un obus de mortier et qu’il tentait de gagner le Liban. L’officier anonyme a raconté au journal que le Marine avait cherché l’aide d’Irakiens sur la base, mais qu’il avait été trahi et livré à des extrémistes. Ces informations ont été démenties par le frère ainé de Wassef Ali Hassoun, qui vit dans la banlieue de Salt Lake City.

Associated Press

Seuls 2 % de l’enveloppe américaine pour la reconstruction ont été dépensés

Seuls 2 % des 18,4 milliards de dollars engagés en 2003 par les Etats-Unis pour reconstruire l’Irak ont été dépensés, selon un rapport de la Maison Blanche rendu public cette semaine.

Ce rapport, établi par les services du budget de la Maison Blanche, montre que 366 millions de dollars avaient été déboursés à la date 22 juin sur l’enveloppe totale du Fonds pour l’aide et la reconstruction de l’Irak (Iraq Relief and Reconstruction Fund - IRRF). "L’effort de reconstruction progresse", affirme le rapport, publié vendredi 2 juillet 2004, qui reconnait cependant que les opérations engagées ont été freinées par la persistance de la violence, marquée notamment par des attentats et des enlèvements d’étrangers. "En combinant l’aide de l’IRRF et les fonds du budget irakien, la coalition a aidé les Irakiens à reconstruire des écoles, à réhabiliter des hôpitaux et des cliniques, à réparer des ponts, à renforcer le réseau électrique et à moderniser les systèmes de télécommunications", précise-t-il. Il indique ainsi que 85 % des enfants irakiens ont été vaccinés et que quelque 2500 écoles ont été réhabilitées.

L’enveloppe de 18,4 milliards de dollars avait été votée par le Congrès à la demande urgente du président George W. Bush. Elle devait servir à former les forces armées irakiennes et la police, aider à la reconstruction des insfrastructures détruites ou endommagées durant la guerre lancée en mars 2003 et améliorer les services (santé, énergie, télécommunications, etc...).

L’administration américaine avait prévu, dans un précédent rapport, de débourser plus de 10 milliards de dollars jusqu’au 30 juin 2004. Mais, souligne le rapport, "des problèmes de sécurité ont freiné la reconstruction". "Les perturbations liées aux attaques et aux menaces envers les conducteurs et les engins ont freiné la distribution du matériel de construction et des pièces", indique-t-il. "Un certain nombre de sociétés travaillant dans le secteur électrique ont renvoyé des employés d’Irak ou ont fortement limité leur activité en dehors des lieux sécurisés", ajoute le rapport, qui met également en cause "les sabotages ayant affecté les exportations de pétrole". La production pétrolière a généré un volume d’activité "de plus de 7,5 milliards de dollars cette année" et ces revenus ont été "principalement utilisés pour le budget du ministère des Finances et les activités de reconstruction" dans le domaine énergétique et la sécurité, selon les services budgétaires de la Maison Blanche.

Bahreïn se dit prêt à participer à une force navale en Irak

Le roi Hamad de Bahreïn a déclaré, samedi 3 juillet 2004, que son pays était prêt à participer à une force navale chargée d’assurer la sécurité des eaux territoriales irakiennes si Bagdad le lui demandait. "Bahreïn est prêt à reprendre sa contribution à la surveillance des eaux territoriales irakiennes et à entraîner des Irakiens dans ce domaine si le nouveau gouvernement irakien le lui demande", a déclaré le souverain, cité par la BNA, l’agence de presse officielle du royaume.

Sept gardes nationaux tués et deux blessés au sud de Bagdad

Sept gardes nationaux irakiens ont été tués et deux autres blessés dans une attaque à la bombe, samedi 3 juillet 2004, au sud de Bagdad, a-t-on appris de source hospitalière. "Cinq corps de gardes nationaux, un lieutenant et quatre soldats, ont été emmenés ici vers 08h30 (04h30 GMT) ainsi que cinq blessés, dont trois grièvement atteints", a déclaré à l’AFP le dr Haydar Sabah, un médecin de l’hôpital de Mahmoudiyah, à 30 km au sud de Bagdad. Selon lui, l’examen des corps et des blessés a montré qu’ils étaient atteints de débris de bombes et de grenades à main.

Des habitants ont indiqué que les gardes avaient été attaqués à un point de contrôle établi dans la localité de Latifiyah, à 8 km au sud de la ville de Mahmoudiyah.

Deux des blessés, légèrement atteints, ont pu quitter l’hôpital après avoir reçu des soins. Les trois autres ont été transférés dans l’hôpital Yarmouk de Bagdad, selon le dr Sabah.

Un soldat britannique blessé par l’explosion d’une bombe contre son convoi

Un soldat britannique a été légèrement blessé, samedi 3 juillet 2004, dans l’explosion d’un engin piégé au passage de son convoi, dans la ville méridionale de Bassorah, a affirmé un porte-parole militaire. "A 09h00 (05h00 GMT), il y a eu une attaque à l’explosif contre un convoi britannique. Un soldat a été légèrement blessé", a affirmé le capitaine Donald Francis, joint par téléphone à Bassorah. L’officier a précisé que deux véhicules britanniques ont été légèrement endommagés dans l’attaque.

Agence France Presse

Si vous souhaitez soutenir l’activité du site web interet-general.info, vos dons sont les bienvenus sur le compte de la Banque cantonale de Genève No Z 3267.34.01 Clearing bancaire (CB) : 788 IBAN CH48 0078 8001 Z326 7340 1

Compte de chèque postal : 12-1-2

Veuillez libeller les chèques au nom de : interet-general.info

Accueil

éditeur : Frank Brunner | ouverture : 11 novembre 2000 | reproduction autorisée en citant la source