retour article original

dimanche 20 août 2017
Vous êtes ici Accueil Archives Archives Irak (8ème partie) : Juillet 2004
Le Monde, 7 juillet 2004

Irak : Iyad Allawi a signé la nouvelle loi sur la sécurité


Des échanges de tirs ont éclaté dans le centre de Bagdad, mercredi 7 juillet au matin, alors que plusieurs soldats irakiens et américains ont été tués, mardi 6 juillet 2004, dans des attaques.

Dans ce contexte, le premier ministre irakien Iyad Allaoui a signé la nouvelle loi sur la sécurité qui donne au gouvernement intérimaire de nouvelles prérogatives pour lutter contre les résistants.


Des échanges de tirs ont éclaté, mercredi 7 juillet 2004 au matin, entre des membres de la garde nationale, des soldats américains et des hommes armés dans le centre de Bagdad, a indiqué la police. Les tirs ont commencé peu avant 10 heures, autour d’un barrage de la Garde nationale, sur la place Talaï, sur l’avenue Haifa en plein centre de Bagdad, a indiqué un officier de police sous couvert d’anonymat. La police a isolé le secteur, coupant la circulation, et des hélicoptères américains ont commencé à survoler le lieu, selon un photographe de l’AFP qui se trouve près du lieu des affrontements. Selon Reuters, les insurgés ont tiré au fusil d’assaut et lancé des grenades RPG.

Par ailleurs, cinq Irakiens, dont une femme, ont été blessés, mercredi 7 juillet, par des tirs de mortier près de la résidence du premier ministre, Iyad Allaoui, à Bagdad, selon un officier de police. Trois explosions d’origine inconnue ont retenti, mercredi 7 juillet 2004, dans le centre de Bagdad, ont fait savoir des témoins. Des nuages de fumée s’élevaient au-dessus de bâtiments situés dans la "Zone verte", où se trouvent les bureaux du gouvernement irakien et les ambassades des Etats-Unis et de Grande-Bretagne. L’armée américaine n’a pas réagi dans l’immédiat.

Le premier ministre irakien Iyad Allaoui a signé la nouvelle loi sur la sécurité qui donne au gouvernement intérimaire de nouvelles prérogatives pour lutter contre les résistants, a annoncé, mercredi 7 juillet 2004, son cabinet. Il a précisé que des ministres expliqueraient dans la journée le contenu précis de cette loi de sûreté nationale, qui autorisera notamment le gouvernement à imposer un couvre-feu, à mettre en place des points de contrôles ou encore à arrêter des suspects pendant une période donnée. La publication de ce texte très attendu a été plusieurs fois reportée par le gouvernement qui a consulté les Américains pour en définir les contours, a-t-on affirmé de source politique.

Quatre US Marines ont été tués, mardi 6 juillet, au combat, dans la province agitée d’Al-Anbar, dans l’ouest de l’Irak, a annoncé, tôt mercredi 7 juillet 2004, l’armée américaine. "Quatre marines américains appartenant à la 1re Force expéditionnaire des marines ont été tués le 6 juillet dans la province d’Al-Anbar alors qu’ils menaient une opération de pacification et de sécurité", a affirmé un communiqué militaire américain.

Ces nouveaux décès portent à 14 le nombre de US Marines tués ces neufs derniers jours lors d’opérations dans la province d’Al-Anbar, qui abrite la ville de Fallouja, fief supposé du groupe du terroriste jordanien Abou Moussab Al-Zarkaoui, lié à Al-Qaida. Au total, l’armée américaine a perdu au moins 644 hommes, morts en action depuis le début de l’invasion de l’Irak en mars 2003, selon un décompte établi à partir de communiqués militaires.

Lundi 5 juillet 2004, deux US Marines avaient été tués au combat et un troisième avait succombé à ses blessures, infligées lors d’une opération dans cette zone. Un site Internet islamiste avait publié, mardi 6 juillet 2004, un communiqué attribué au groupe Zarkaoui revendiquant cette attaque. "Avec l’aide de Dieu, une centaine de lions du bataillon Omar ont dressé, lundi 5 juillet 2004, une embuscade aux soldats de Satan, les Américains, dans la région d’Al-Saqlawiya, à l’ouest de Bagdad", lisait-on dans ce communiqué signé "la branche militaire du Tawhid Wal Djihad en Irak", le groupe que dirige Abou Moussab Al-Zarkaoui.

Cinq soldats irakiens sont morts, mardi 6 juillet, dans une attaque à la roquette sur leur base à Taji, à la sortie nord de Bagdad, a annoncé, mercredi 7 juillet 2004, un porte-parole américain. "Une attaque à la roquette a tué cinq soldats près de Taji à 23 heures", a indiqué ce porte-parole. La région de Taji, qui abrite une importante base américaine, est un foyer de la résistance anti-américaine. En juin, six civils irakiens ont été tués et au moins 68 autres ont été blessés par l’explosion d’une voiture piégée à l’entrée d’une base américaine à Taji.

Cette attaque est intervenue quelques heures après un attentat-suicide à la voiture piégée dans la localité de Khalis, à 80 km au nord de Bagdad, qui a tué neuf personnes et blessé 36 autres. Cet attentat-suicide est le plus meurtrier depuis le transfert du pouvoir aux Irakiens, le 28 juin 2004.

Un groupe armé irakien a pris en otage un chauffeur égyptien pour avoir travaillé pour les forces américaines en Irak, a rapporté la chaîne de télévision qatarie Al-Jazira en diffusant, mercredi 7 juillet 2004, une vidéo. L’Egyptien, Sayed Mohammad Sayed Al-Garbaoui, a été enlevé par des hommes de la résistance irakienne alors qu’il conduisait un camion-citerne chargé de carburant pour les forces américaines, en provenance d’Arabie saoudite, a indiqué Al-Jazira. L’otage, la cinquantaine, la barbe poivre et sel et en djellaba, tenait un passeport à la main, alors qu’il était entouré de quatre hommes cagoulés et armés, selon la brève séquence de l’enregistrement vidéo diffusée par la chaîne. Les ravisseurs se réclament d’un groupe armé "qui représente la légitime résistance irakienne", a indiqué Al-Jazira, sans donner plus de précision.

Les prises d’otages se sont récemment multipliées en Irak, après une accalmie de quelques mois qui a suivi l’apparition de ce phénomène, au printemps 2004, comme moyen de pression de groupes armés sur les forces d’occupation. Certains otages ont été exécutés par leurs ravisseurs, alors que d’autres ont fini par être relâchés. Le dernier en date, un US Marine, le caporal Wassef Ali Hassoun, d’origine libanaise, a été relâché lundi 5 juillet 2004.

Avec AFP et Reuters

Si vous souhaitez soutenir l’activité du site web interet-general.info, vos dons sont les bienvenus sur le compte de la Banque cantonale de Genève No Z 3267.34.01 Clearing bancaire (CB) : 788 IBAN CH48 0078 8001 Z326 7340 1

Compte de chèque postal : 12-1-2

Veuillez libeller les chèques au nom de : interet-general.info

Accueil

éditeur : Frank Brunner | ouverture : 11 novembre 2000 | reproduction autorisée en citant la source