retour article original

mardi 29 juillet 2014
Vous êtes ici Accueil Informations internationales Europe France
20 Minutes, 27 mars 2012

France : Que montre la vidéo de Mohamed Merah ?

Suivi d’un commentaire

par Julien MENIELLE


Des impacts de projectiles sur la maison où s’était retranché Mohamed Merah, à Toulouse, le 22 mars 2012

Mohamed Merah a voulu laisser une trace. Au moment des tueries de Toulouse et Montauban, le jeune homme portait autour de sa poitrine une caméra. Les images que l’appareil a filmées ont été envoyées par un complice à la chaîne qatarienne Al-Jazira, qui a renoncé à les diffuser, alors que de nombreuses voix se sont élevées pour les en dissuader.


France

Selon nos informations, une copie de cette vidéo a été versée au dossier. « C’est un travail très très propre, a confié à 20 Minutes une source judiciaire. Ce n’est pas un pauvre film tout flou. Le montage est pro avec des chants entre les événements. » La vidéo durerait 25 minutes au total et serait titrée « Al-Qaida attaque la France », selon Al-Jazira. « On voit toutes les attaques perpétrées à Toulouse et à Montauban, c’est-à-dire l’assassinat du premier soldat, après les trois soldats et enfin l’attaque de l’école », a indiqué Zied Tarrouche, chef du bureau parisien d’Al-Jazira à BFM TV. « Il y a un mixage de musiques et de chants religieux, des lectures, des récitals de versets coraniques », décrit Zied Tarrouche, précisant qu’on entend également des cris, des coups de feu, ainsi que la voix du tireur. Des « choses horribles », conclut-il.

Julien MENIELLE

Mohamed Merah

Commentaire

Les partisans de la censure de cette vidéo prétendent que leur position est "éthique", contrairement à celle des partisans de la diffusion, accusés de "voyeurisme" ou de vouloir faire "l’apologie du terrorisme". D’un point de vue journalistique, cette vidéo est une information et n’a pas davantage à être censurée que n’importe quelle autre information.

Sur le site internet de l’armée des Etats-Unis, on a pu voir des quantités de photos des guerres d’Afghanistan et d’Irak. Leur point commun est de ne jamais montrer un mort ou un blessé. A en croire ces photos, les soldats ne font rien d’autre que de se promener en distribuant des bonbons aux enfants. C’est de la désinformation pure et simple. La guerre est présentée sous un jour délibérément trompeur, quasiment comme une entreprise philanthropique. Or, la réalité de la guerre, ce sont des localités bombardées, des familles décimées, des blessés dont beaucoup resteront handicapés à vie, et des morts aux apparences cauchemardesques. Dissimuler la réalité de la guerre, c’est exactement ce que souhaitent les responsables et les criminels de guerre.

Dissimuler la réalité du terrorisme relève de la même tromperie. Quand on lit dans son journal qu’un attentat a eu lieu ailleurs, l’information demeure abstraite. Quand on voit les images des blessés et des morts, le terrorisme prend une autre réalité et les terroristes apparaissent tels qu’ils sont. Cela n’a rien de flatteur.

Qui se soucierait de la famine dans le monde, si on n’en voyait jamais les images ? Qui se soucierait de la situation des sans abri si on ne les montrait pas ? Qui se soucierait de la destruction de l’environnement ?

La raison d’être du journalisme est de décrire la réalité telle qu’elle est, et non de la dissimuler ou de la travestir sous prétexte de "politiquement correct". Les images vous choquent ? Tant mieux. Elles sont là pour ça.

Frank BRUNNER

AUTEURS 

  • Julien MENIELLE

  • Accueil

    éditeur : Frank Brunner | ouverture : 11 novembre 2000 | reproduction autorisée en citant la source