retour article original

mercredi 28 juin 2017
Vous êtes ici Accueil Corruption Corruption en Tchéquie
AFP, 28 mars 2012

Corruption : Un circuit touristique en Tchéquie


Marabel est guide à CorruptTour

Inspirée par une vague de dégoût croissant pour la corruption en République tchèque, une nouvelle agence de voyage propose des circuits à travers les endroits liés à certaines des affaires les plus spectaculaires.


Tchéquie

La République tchèque est arrivée, en 2011, au 57e rang dans l’indice de la perception de la corruption de Transparency International, ex-aequo avec la Namibie et l’Arabie Saoudite. « Le pire, c’est que la tendance s’aggrave », déplore le chef de la branche tchèque de l’ONG, David Ondracka. Selon des sondages récents, la plupart des managers tchèques sont persuadés que la corruption est un bon moyen de graisser les rouages, alors que les Tchèques estiment que leur gouvernement ne fait pas assez pour la combattre.

David Ondracka

Proposant des visites guidées autour des villas chic de lobbyistes, d’un tunnel routier construit pour un prix faramineux ou d’un téléphérique absurde, l’agence CorruptTour mérite bien son nom. « L’idée est d’inverser la situation classique où la corruption se nourrit du business, et de créer un business qui se nourrit de la corruption », affirme son fondateur, Petr Sourek, traducteur et philosophe âgé de 38 ans. « La République tchèque a beaucoup à offrir aux visiteurs dans ce domaine », affirme CorruptTour sur son site. Loufoque dans son chapeau orange, un guide invite un groupe de vingt-six touristes à monter dans un mini-bus pour savourer un « Safari ornithologique à travers des nids haut de gamme ». Sur le modèle d’un circuit des demeures de stars de Hollywood, le tour offre aux caméras de somptueuses résidences de lobbyistes et autres hommes d’affaires soupçonnés d’être mouillés dans des transactions douteuses. Parmi eux, Ivo Rittig qui engrange, selon la presse, un profit sur chaque ticket de transport vendu à Prague, ou bien l’ex-patron du géant d’électricité CEZ Martin Roman, soupçonné d’avoir aidé ses amis à remporter des appels d’offres importants. « Un peu de silence, s’il vous plaît ! Merci ne pas déranger la nidification de ces oiseaux ! On risque d’être attaqués par un mâle dominant », lance ironiquement le guide, Justin Svoboda, au moment où le véhicule s’arrête devant une villa particulièrement clinquante. Il montre ensuite une maison où pas moins de 589 entreprises ont enregistré leur siège fantôme, et une université dont les étudiants obtiennent leur diplôme en moins d’un an... pour un bon prix. « Ici, les oiseaux voient pousser rapidement leurs plumes, pour pouvoir étendre leur territoire et attirer une femelle », poursuit le guide, provoquant les rires des occupants du mini-bus. « L’ampleur de la corruption est énorme, tout le monde le sait, mais la police et la justice sont manipulées », affirme un des visiteurs, Kristian Leko, étudiant en droit.

Petr Sourek

Un autre circuit, « Hôpitaux au bord de la loi », propose un tour des établissements cités pour des appels d’offres entachés de corruption. On peut aussi visiter la localité d’Usti-nad-Labem pour voir un téléphérique qui a coûté d’autant plus cher que son utilité est nulle, où un parc municipal aménagé pour un prix exorbitant. « On nous a déjà demandé d’organiser une excursion scolaire », indique M. Sourek. Son agence offre aussi des tours guidés en anglais et en allemand. Acheter un souvenir est un must : outre des badges et T-shirts avec le logo de l’agence, les touristes peuvent acquérir une action au porteur, un titre non transparent que le gouvernement est réticent à interdire.

Le téléphérique d’Usti-nad-Labem

Le maire de Prague, Bohuslav Svoboda, n’est pas enthousiaste de voir les groupes de CorruptTour se promener à la mairie. « Mais, si on leur fermait la porte, ils diraient que rien n’a changé », argue celui dont la prise de fonctions, en 2010, était perçue comme une bouffée d’air frais. « Je suis impatient de voir une autre agence de voyage dénommée ’’UncorruptTour’’ visiter l’Hôtel de ville », sourit-il.

Agence France Presse

Bohuslav Svoboda

Accueil

éditeur : Frank Brunner | ouverture : 11 novembre 2000 | reproduction autorisée en citant la source