retour article original

vendredi 24 février 2017
Vous êtes ici Accueil Archives Archives République démocratique du Congo (1ère partie) : Du 8 février 2004 au (...)
AP, 9 juillet 2004

République démocratique du Congo : Les gorilles des plaines en danger


Gorille

GOMA, Congo-Kinshasa (AP) - La population des gorilles de plaines du Congo-Kinshasa a chuté de plus de 70 % au cours des dix dernières années, en raison de la destruction de leur habitat consécutive aux conflits dans la région, affirme la Fondation internationale Diane Fossey.

République démocratique du Congo


Selon les chiffres de l’organisation, il reste aujourd’hui moins de 5000 gorilles des plaines orientales du pays, alors qu’ils étaient environ 17000 en 1994. "Il est clair que la vitesse de ce déclin est sans précédent", a déploré Clare Richardson, présidente de la Fondation Diane Fossey, basée à Atlanta (Géorgie).

Gorille

Le nombre de gorilles a considérablement diminué à la suite de l’exode des populations fuyant les guerres civiles au Congo-Kinshasa et au Rwanda voisin. Ces populations se sont réfugiées dans des zones abritant d’ordinaire ces singes connus sous le nom scientifique de "Gorilla beringei graueri".

Gorille

La crise s’est aggravée lorsque des combats ont éclaté entre plusieurs groupes armés dans ces régions reculées du Congo-Kinshasa. Ces combattants ont installé des camps de base, s’appuyant sur la chasse pour trouver de quoi se nourrir.

Gorille

Le problème a également été accentué par l’exploitation minière à grande échelle de l’or et de pierres précieuses utilisées dans la fabrication de téléphones portables et autres gadgets électroniques. La déforestation due à l’augmentation des terres cultivables et à l’installation de nouvelles populations a également joué un rôle, selon Clare Richardson.

Une mère et son bébé

La région touchée -plus de trois millions d’hectares- regroupe quelque 97 % de la population des gorilles des plaines orientales du Congo-Kinshasa, vaste pays du centre de l’Afrique.

Un bébé gorille

Un programme américain de protection d’une large portion de l’habitat des gorilles tente aujourd’hui d’obtenir le soutien des chefs de tribus locaux pour enrayer la déforestation et le déclin de la faune dans cette région.

Un jeune gorille

Ce programme de 2,93 millions de dollars (2,42 millions d’euros) prévoit la création de réserves naturelles gérées en partenariat avec les parcs naturels voisins, le tout devant former des espaces de préservation de la faune, selon Patrick Melhman, directeur des programmes africains de la Fondation Diane Fossey. Il sera financé par l’organisation Conservation internationale, basée à Washington, et le programme environnemental pour l’Afrique centrale du gouvernement américain.

Gorille

Le projet-phare de ce programme, la Réserve de Tayna, est une réserve naturelle de 700 km2 initiée par les chefs tribaux locaux, qui ont consenti à céder une partie de leurs terres et accepté de les gérer à plusieurs, selon Erica Archibald, de la Fondation Fossey. Sept autres projets similaires, couvrant au total plus de 10000 km2, sont en cours.

Okapi

Ce programme "est peut-être notre dernière chance d’inverser cette crise", explique Patrick Melhman. "La seule solution viable à cette crise est la participation des populations locales dans la gestion de leur héritage biologique".

Ces régions accidentées du Congo-Kinshasa abritent une faune variée et unique : chimpanzés, éléphants, crocodiles du Nil, paons du Congo, okapis et léopards.

Associated Press

Léopard

Si vous souhaitez soutenir l’activité du site web interet-general.info, vos dons sont les bienvenus sur le compte de la Banque cantonale de Genève No Z 3267.34.01 Clearing bancaire (CB) : 788 IBAN CH48 0078 8001 Z326 7340 1

Compte de chèque postal : 12-1-2

Veuillez libeller les chèques au nom de : interet-general.info

Accueil

éditeur : Frank Brunner | ouverture : 11 novembre 2000 | reproduction autorisée en citant la source