retour article original

mardi 23 mai 2017
Vous êtes ici Accueil Informations internationales Afrique
Le Monde diplomatique, 5 mai 2012

Afrique : Mercenaires africains pour guerres américaines

par Alain VICKY


Des véhicules militaires américains à Camp Liberty, en Irak

Lorsqu’ils s’engagent dans la « guerre contre le terrorisme » et envoient un nombre croissant de leurs soldats à travers le monde, de l’Irak à l’Afghanistan, les Etats-Unis se heurtent à une difficulté : trouver des combattants. En effet, leurs citoyens ne s’enthousiasment
guère à l’idée de mourir pour la patrie. L’armée a donc enrôlé des non-nationaux, en leur promettant un passeport américain. Elle a en outre fait appel à des sociétés de sécurité privées qui elles-mêmes recrutent en Afrique des supplétifs « bons à jeter » après emploi.


Le logo de Special Operations Consulting

« J’ai tout de suite compris que je venais de commettre la plus grosse erreur de ma vie. Mais c’était trop tard. J’avais signé pour un an. Je devais me comporter comme un homme », soupire Bernard (1), engagé par une société de sécurité privée américaine en Irak. Ce jeune Ougandais appartient à l’« armée invisible (2) » recrutée par les Etats-Unis pour soutenir leur effort de guerre. De retour dans son pays à la fin de 2011, malade, il se voit depuis dénier tout droit à la protection sociale et à la santé, droits pourtant prévus par son contrat.

Le logement d’un Third Country National sur une base américaine près de Fallujah, en Irak

Alors que leurs collègues expatriés blancs –américains, israéliens, sud-africains, britanniques, français ou serbes, engagés par des entreprises sous contrat avec le Pentagone (quelque 120 milliards de dollars de transactions depuis 2003)– ont bénéficié de confortables émoluments
dépassant souvent les 10000 dollars mensuels, les ressortissants étrangers (« third country nationals », TCN) comme Bernard n’ont connu que l’arbitraire, le mépris du droit du travail et les mauvais
traitements. Parfois blessés et renvoyés chez eux sans ménagement, ils ne reçoivent aujourd’hui ni aide ni soutien de leurs anciens employeurs.

page

AUTEURS 

  • Alain VICKY

  • Accueil

    éditeur : Frank Brunner | ouverture : 11 novembre 2000 | reproduction autorisée en citant la source