retour article original

mercredi 28 juin 2017
Vous êtes ici Accueil Histoire Les révisionnistes de la Seconde guerre mondiale
9 juin 2012

Histoire : Dwight Eisenhower et le génocide des juifs

par Frank BRUNNER


Philippe Pétain en compagnie d’Adolf Hitler, à Montoire, en France, le 24 octobre 1940

Selon Wikipedia, le premier « Statut des juifs » du régime français de Vichy date du 3 octobre 1940. Préparé par Raphaël Alibert, il interdit aux juifs français d’exercer un certain nombre de professions (fonctionnaire, enseignant, journaliste, dirigeant de certaines entreprises, etc.), tandis que la loi du 4 octobre 1940 sur « les ressortissants étrangers de race juive » prévoit d’enfermer les étrangers juifs dans des camps d’internement au sud du pays comme celui de Gurs où ils seront rejoints par des convois de juifs déportés par les Allemands depuis des régions que le 3e Reich considère comme définitivement annexées, comme l’Alsace, la Lorraine et même, pour certains, de Belgique.


Le débarquement américain près d’Alger, le 8 novembre 1942

Voici comment Dwight Eisenhower, dans son livre « Crusade in Europe » (Doubleday & Company, INC, 1952), décrit la situation en Afrique du Nord après les débarquements alliés du 8 novembre 1942 :

Page 108

« An important point was that we could not afford a military occupation, unless we chose to halt all action against the Axis. The Arab population was then sympathetic to the Vichy French regime, which had effectively eliminated Jewish rights in the region, and an Arab uprising against us, which the Germans were definitely trying to foment, would have been disastrous. » [Un point important est que nous ne pouvions pas nous permettre une occupation militaire, à moins de cesser toute action contre l’Axe. La population arabe sympathisait avec le régime français de Vichy, lequel avait supprimé les droits des juifs dans la région et un soulèvement arabe contre nous, que les Allemands s’efforçaient de fomenter, aurait été désastreux.]

Dwight Eisenhower en 1942

Page 128

« One complication in the Arab tangle was the age-old antagonism existing between the Arab and the Jew. Since the former outnumbered the latter by some forty to one in North Africa, it had become local policy to placate the Arab at the expense oft he Jew ; repressive laws had resulted and the Arab population regarded any suggestion for amelioration of such laws as the beginning of an effort to establish a Jewish government, with consequent persecution of themselves. Remembering that for years the uneducated population had been subjected to intensive Nazi propaganda calculated to fan these prejudices, it is easy to understand that the situation called more for caution and evolution than it did for precipitate action and possible revolution. » [Une complication dans le fouillis arabe était l’antagonisme ancestral existant entre les Arabes et les juifs. Comme les premiers étaient quarante fois plus nombreux que les seconds en Afrique du Nord, la politique locale visait à apaiser les Arabes au préjudice des juifs ; il en était résulté des lois répressives et la population arabe considérait toute suggestion d’une amélioration de ces lois comme le début d’une tentative pour établir un gouvernement juif qui la persécuterait. Compte tenu du fait que pendant des années la population illettrée avait été soumise à une intense propagande nazie calculée pour attiser ces préjugés, il est aisé de comprendre que la situation exigeait davantage de prudence et d’évolution que d’action précipitée et une possible révolution.]

page
Liens liés a l'article.Winston Churchill et le génocide des juifs

AUTEURS 

  • Frank BRUNNER

  • Accueil

    éditeur : Frank Brunner | ouverture : 11 novembre 2000 | reproduction autorisée en citant la source