retour article original

mercredi 23 août 2017
Vous êtes ici Accueil Informations internationales Afrique Egypte
Le Monde, 8 juillet 2012

Egypte : Le président annule la dissolution du Parlement


Manifestation contre le Conseil suprême des forces armées, au Caire, le 8 juillet 2012

Le nouveau président égyptien, Mohamed Morsi, a annulé, dimanche 8 juillet 2012, la dissolution du Parlement, décidée par la Haute Cour constitutionnelle, selon l’agence MENA.


Egypte

La Haut cour constitutionnelle d’Egypte avait ordonné, en juin 2012, la dissolution du Parlement, dominé par les Frères musulmans, au motif d’irrégularités dans le déroulement du scrutin. Cette décision, prise quelques jours avant le second tour de l’élection présidentielle remporté par Mohamed Morsi, candidat des Frères musulmans, avait été interprétée comme le signe d’une tentative du Conseil suprême des forces armées (CSFA) au pouvoir de préserver leurs prérogatives. En l’absence de Parlement, les militaires se sont attribués le pouvoir législatif. Les Frères musulmans avaient alors dénoncé un véritable "coup d’Etat", réclamant un référendum sur cette question. M. Morsi "a émis un décret présidentiel annulant l’arrêt pris le 15 juin 2012 pour dissoudre l’Assemblée du peuple et invite la chambre à se réunir de nouveau et à exercer ses prérogatives", précise l’agence. Il souhaite que l’actuel Parlement se réunisse jusqu’à ce qu’une nouvelle Assemblée soit élue. "De nouvelles élections parlementaires auront lieu dans un délai de 60 jours suivant la promulgation de la nouvelle Constitution", a ensuite précisé Yasser Ali, un collaborateur de Mohamed Morsi. En réalité, la Constitution doit être approuvée par référendum.

Avec AFP et Reuters

Mohamed Morsi

Accueil

éditeur : Frank Brunner | ouverture : 11 novembre 2000 | reproduction autorisée en citant la source