retour article original

mardi 28 mars 2017
Vous êtes ici Accueil Histoire La seconde guerre mondiale en photos
La seconde guerre mondiale en photos 38

La conquête des îles Marshall

Kwajalein et Eniwetok


Un porte-avion américain

L’amiral Chester Nimitz -commandant de la flotte américaine du Pacifique- et son état-major étaient déjà très occupés par les préparatifs de l’attaque des îles Marshall, quand un changement fondamental a été introduit dans les plans, afin de mettre à profit le principe stratégique de l’approche indirecte et du contournement des principaux centres de résistance.

Au lieu d’attaquer directement les îles les plus proches de l’archipel des Marshall -ainsi que les Japonais devaient s’y attendre-, ces îles seraient contournées et le prochain objectif devait être l’atoll de Kwajalein, 650 kilomètres plus loin. Ensuite, si tout allait bien, les réserves de l’amiral Spruance devaient s’emparer de l’atoll d’Eniwetok, à l’extrémité la plus éloignée de cet archipel long de plus de 1100 kilomètres. Quant aux garnisons japonaises des îles intermédiaires, elles se retrouveraient isolées, privées de ravitaillement et virtuellement prisonnières, à la merci d’attaques aériennes ultérieures ou abandonnées pour « pourrir sur place ».


Les forces d’assaut américaines réunissaient un total de 54000 hommes pour l’attaque proprement dite et 31000 hommes pour occuper le territoire conquis.

Sur le plan naval, il y avait 4 groupes de porte-avions comprenant 12 porte-avions et 8 cuirassés. Il a été utilisé un nombre beaucoup plus grand d’amphtracks que pour la prise des îles Gilbert. Ils étaient blindés et armés. Les avions de chasse et les canonnières étaient dotés de roquettes. Le bombardement préparatoire devait être quatre fois plus intense que dans le cas de l’attaque des îles Gilbert.

Le succès de ce plan a été favorisé par la façon dont les Japonais ont envoyé, sur les îles orientales de l’archipel des Marshall, tous les renforts dont ils pouvaient disposer, se laissant ainsi surprendre par la nouvelle stratégie américaine.

A partir de la fin janvier 1944, les forces de porte-avions rapides ont réussi, grâce à plus de 6000 sorties aériennes, à paralyser les mouvements de la Marine et de l’aviation japonaises pendant toute la durée de l’offensive dans les îles Marshall, tout en détruisant environ 150 avions japonais.

Un F4U Corsair

Un B-25

La première opération de l’offensive américaine a été la prise, le 31 janvier 1944, de l’île de Majuro, qui n’était pas défendue et procurait un excellent mouillage pour la Mobile Service Force de soutien et de réparations.

Le croiseur USS Santa Fe mouillé à Majuro

Le USS Indiana en route pour l’atoll de Kwajalein

Kwajalein

Avant d’attaquer l’atoll de Kwajalein, les Américains ont pris les petites îles qui l’entourent. L’attaque principale contre Kwajalein a débuté le 1er février 1944. La garnison japonaise comptait 8000 hommes, dont 5000 combattants. La tâche des Américains a été facilitée par une succession de charges suicidaires, lancées par les soldats japonais aux cris de Banzaï. Ils se sont faits massacrer. Les Américains ont eu 370 tués.

Un poste de commandement des Marines à Roi-Namur, sur l’atoll de Kwajalein, le 1er février 1944

Un M4 Sherman chargé d’une tankette japonaise Type 94 Te Ke hors de combat, sur l’atoll de Kwajalein, le 2 février 1944

Des Marines attaquent un bunker japonais au lance-flamme, sur l’atoll de Kwajalein, le 4 février 1944

Des Marines sur l’île de Namur, dans l’atoll de Kwajalein, en février 1944

Des Marines déplacent un canon sur l’atoll de Kwajalein, en février 1944

Comme il n’avait pas été nécessaire de faire appel aux quelques 10000 hommes de la réserve du corps d’armée, ceux-ci ont été envoyés à la conquête de l’atoll d’Eniwetok.

Attaques aériennes contre la base japonaise de Truk

Afin de protéger le flanc de cette attaque, il a été décidé de lancer, à partir de 9 porte-avions américains, un important raid aérien contre la base japonaise de Truk, dans les îles Caroline, le jour même des débarquements sur l’atoll d’Eniwetok. Une nouvelle attaque a été lancée au cours de la nuit, avec l’aide du radar pour identifier les objectifs, et une troisième attaque a eu lieu dans la matinée. L’amiral japonais Koga avait prudemment retiré la plus grande partie de sa flotte, mais 2 croiseurs, 4 destroyers et 26 cargos et pétroliers ont été coulés. Simultanément, les Japonais ont perdu 250 avions, alors que les Américains en perdaient dix fois moins.

Des bombardiers en piqué SBD Dauntless au-dessus de l’atoll de Truk, le 16 février 1944

Vue de la base japonaise de Truk

L’aviation américaine attaque la base japonaise de l’île Dublon, dans l’atoll de Truk, le 16 février 1944

Vue de la base japonaise de l’île Dublon, dans l’atoll de Truk, le 17 février 1944

Le cuirassé USS Iowa tire contre un destroyer japonais qui s’efforce de fuir Truk pendant l’attaque américaine

Sur le plan stratégique, ce triple raid a forcé les Japonais de retirer toute leur aviation des îles Bismarck, laissant Rabaul sans défense et démontrant que l’avance dans le Pacifique centre pouvait faciliter -et non retarder- la progression du général MacArthur dans le Pacifique Sud-Ouest.

Par-dessus tout, cette opération contre la base japonaise de Truk a démontré que les forces de porte-avions pouvaient paralyser une base ennemie de première importance, sans l’occuper directement et sans l’aide d’aviation basée à terre.

Eniwetok

Dans ces circonstances, la prise de l’atoll d’Eniwetok s’est révélée facile. Les îles voisines ont été rapidement conquises et la garnison de l’île principale a été neutralisée en trois jours par une force de débarquement comptant moins d’une demi-division.

Des Marines débarquent sur l’atoll d’Eniwetok, le 17 février 1944

Des Marines sur la plage de l’atoll d’Eniwetok, le 17 février 1944

Des Marines sous le feu des Japonais, sur l’atoll d’Eniwetok, le 17 février 1944

Des Marines observent un avion qui attaque les positions japonaises, sur l’atoll d’Eniwetok, le 18 février 1944

Les Américains ont alors construit de nouveaux aérodromes dans les îles Marshall, d’où leur aviation pouvait contrôler toute cette zone de l’océan Pacifique.

Il n’avait fallu qu’un peu plus de deux mois, aux Américains, pour s’emparer des îles Gilbert et Marshall, alors que les Japonais avaient escompté tenir cette zone pendant au moins six mois. Quant à la position de la base de Truk, elle se retrouvait dangereusement compromise.

L’atoll de Kwajalein, devenu une base de ravitaillement américaine, en mars 1944

Suite dans La conquête des îles Mariannes et la bataille de la mer des Philippines

Accueil

éditeur : Frank Brunner | ouverture : 11 novembre 2000 | reproduction autorisée en citant la source