retour article original

samedi 27 mai 2017
Vous êtes ici Accueil Archives Archives Haïti (4ème partie) : Du 1er avril 2004 au 31 août 2004
AFP, 14 juillet 2004

Haïti : Appui de la Caricom aux élections


Un agriculteur haïtien dans son champ dévasté par les intempéries, à Lagon, le 1er juillet 2004

La Caricom (Communauté des Caraïbes) "appuie le processus électoral haïtien" et n’impose pas de "conditions" à Haïti a annoncé, mercredi 14 juillet 2004, Mme Billie Miller, ministre des Affaires étrangères de la Barbade, à l’issue d’une visite d’information de 24 heures à Port-au-Prince.


"La Caricom n’est pas venue pour imposer sa volonté ou des conditions à Haïti" a souligné Mme Miller, qui était accompagnée des ministres des Affaires étrangères de quatre autres pays (Antigua et Barbuda, Bahamas, Guyana et Trinité et Tobago) et du secrétaire-général adjoint de la Caricom, l’ambassadeur Colin Granderson (Trinité et Tobago).

Billie Miller et Gérard Latortue se serrent les mains. Au second plan, Yvon Siméon (ministre haïtien des Affaires étrangères) et Fred Mitchell (ministre des Affaires étrangères des Bahamas)

Des élections générales (législatives, locales, présidentielle) sont prévues en 2005 en Haïti en vue de l’entrée en fonctions d’un nouveau président le 7 février 2006.

Mme Miller a exhorté le parti de l’ancien président Jean Bertrand Aristide, la Famille Lavalas, a participer au processus électoral, soulignant lors d’une conférence de presse que "c’est mieux d’être à l’intérieur qu’à l’extérieur". Elle a souhaité qu’il "n’y ait pas de persécutions politiques en Haïti et que tous les partis soient traités de la même façon" et précisé "qu’aucun pays de la Caricom n’avait réclamé la libération de l’ex-Premier ministre d’Aristide, Yvon Neptune", détenu pour son implication présumée dans un massacre en février 2004.

Yon Neptune, à Port-au-Prince, le 23 février 2004

Mme Miller a indiqué qu’elle "comprenait beaucoup mieux" la situation en Haïti et que ses conversations à Port-au-Prince lui avaient permis de dissiper beaucoup de malentendus". La délégation qui s’est entretenue avec le président Boniface Alexandre, le Premier ministre Gérard Latortue, les partis de l’ex-opposition, le parti Famille Lavalas et la société civile doit remettre un rapport sur Haïti au bureau de la Conférence des chefs de gouvernement de la Caricom. Le bureau saisira alors tous les chefs de gouvernement avec une recommandation, processus qui devrait durer de deux à trois semaine a indiqué à l’AFP un membre de la délégation.

Jusqu’à présent, le bloc régional avait refusé de reconnaître l’exécutif du Premier ministre mis en place après la chute du président Jean-Bertrand Aristide, le 29 février 2004, et avait réclamé une enquête sur les circonstances du départ de M. Aristide, voulu par Washington et Paris. Après sa visite en Haïti, la délégation de la Caricom devait se rendre à Cuba, via la Jamaïque.

Agence France Presse

Charbon à vendre, au marché de Port-au-Prince

Si vous souhaitez soutenir l’activité du site web interet-general.info, vos dons sont les bienvenus sur le compte de la Banque cantonale de Genève No Z 3267.34.01 Clearing bancaire (CB) : 788 IBAN CH48 0078 8001 Z326 7340 1

Compte de chèque postal : 12-1-2

Veuillez libeller les chèques au nom de : interet-general.info

Accueil

éditeur : Frank Brunner | ouverture : 11 novembre 2000 | reproduction autorisée en citant la source