retour article original

jeudi 22 juin 2017
Vous êtes ici Accueil Archives Archives Irak (8ème partie) : Juillet 2004
ATS, 14 juillet 2004

Irak : Cinq Irakiens tués et vingt-et-un blessés dans des accrochages à Ramadi

Suivi d’un commentaire


RAMADI - Cinq Irakiens ont été tués dans des accrochages entre résistants et US Marines, mercredi 14 juillet 2004, dans la ville de Ramadi, à l’ouest de Bagdad, selon une source hospitalière. Vingt-et-une autres personnes, en majorité des civils, ont été été blessées.


Un officier de police, le commandant Ahmad Rabiye, a confirmé le bilan de l’hôpital de la ville sunnite rebelle, située à 100 km à l’ouest de Bagdad. Il a refusé de dire si les tués étaient des civils pris dans les échanges de tirs ou des combattants de la résistance.

Les US Marines ont affirmé avoir été la cible d’une attaque dans l’après-midi dans « les environs » de Ramadi. « En repoussant l’attaque ennemie, (les US Marines) ont infligé de lourdes pertes aux forces anti-irakiennes », a indiqué le lieutenant-colonel T.V. Johnson dans un communiqué, précisant qu’aucun civil irakien ni US Marine n’avait été tué dans les heurts. Ramadi est le chef-lieu de la province d’Al-Anbar, théâtre de nombreuses attaques contre le corps des US Marines qui y est déployé.

Par ailleurs, une source policière a indiqué que des soldats américains ont perquisitionné le siège du Rassemblement de l’union nationale, l’un des nombreux partis qui ont vu le jour depuis la chute du régime de Saddam Hussein, il y a 15 mois. « Des armes ont été saisies dans les bureaux et le représentant du parti à Ramadi, Hikmat Yassine, a été arrêté par les soldats américains », a indiqué cette source, ajoutant que le Rassemblent de l’union nationale était hostile à la présence militaire étrangère.

Agence télégraphique suisse

Commentaire

On relèvera que la présence d’armes au siège du Rassemblement de l’union nationale n’a rien de surprenant, compte tenu de la situation en Irak.

Ce qui est plus significatif, c’est la tactique américaine consistant à criminaliser les opposants politiques du gouvernement potiche. En d’autres termes, les partis politiques irakiens sont tenus d’approuver l’occupation de l’Irak, faute de quoi on invoque n’importe quel prétexte pour arrêter leurs dirigeants et les faire passer pour "des terroristes".

Le gouvernement américain avait utilisé une tactique similaire contre Moqtada Al-Sadr. Tout d’abord, sa publication a été interdite, pour le motif qu’il réclamait le départ des troupes d’occupation. Puis, on a voulu l’arrêter, en l’accusant d’être impliqué dans un assassinat. Ensuite, on s’est efforcé de massacrer ses partisans.

Frank BRUNNER

Si vous souhaitez soutenir l’activité du site web interet-general.info, vos dons sont les bienvenus sur le compte de la Banque cantonale de Genève No Z 3267.34.01 Clearing bancaire (CB) : 788 IBAN CH48 0078 8001 Z326 7340 1

Compte de chèque postal : 12-1-2

Veuillez libeller les chèques au nom de : interet-general.info

Accueil

éditeur : Frank Brunner | ouverture : 11 novembre 2000 | reproduction autorisée en citant la source