retour article original

dimanche 25 juin 2017
Vous êtes ici Accueil Informations internationales Afrique Guinée Equatoriale
L’Express, 25 octobre 2012

Guinée Equatoriale : Un défenseur des droits de l’homme derrière les barreaux

par Anne VIDALIE


Vue de la prison de Black Beach, à Malabo

Fabian Nsue Nguema, défenseur des droits de l’homme équato-guinéen, est détenu depuis lundi 22 octobre 2012 après-midi à la prison de Black Beach, à Malabo. Cet avocat âgé de 65 ans, militant du parti d’opposition Union populaire, a été incarcéré alors qu’il rendait visite à l’un de ses clients dans cette geôle qu’il connait bien. C’est là qu’il a été emprisonné pendant six mois, en 2002, et torturé pour "insultes" contre le chef de l’Etat, Teodoro Nguema Obiang.


Guinée Equatoriale

Lundi 22 octobre 2012 au soir, Fabian Nsue Nguema n’est pas rentré chez lui. Le lendemain, sa femme a constaté que sa voiture était toujours garée sur le parking du centre de détention, mais la direction de la prison a refusé de répondre à ses questions. Mercredi 24 octobre, à 09h00, elle a enfin été informée que son époux se trouvait en détention. Elle n’a pas été autorisée à lui rendre visite pour cause "d’ordres venus d’en haut". A trop insister, elle pourrait bien se retrouver, elle aussi, derrière les barreaux, lui a-t-on dit. Pourtant, la loi équato-guinéenne interdit les arrestations sans mandat et précise que la mise en examen doit intervenir dans un délai de 72 heures. "Cette situation nous préoccupe beaucoup", souligne Daniel Bekele, directeur Afrique de l’ONG Human Rights Watch qui a donné l’alarme, aux côtés d’Amnesty International et de EG Justice, une association équato-guinéenne de défense des droits de l’homme basée aux Etats-Unis. "Les autorités de Malabo, poursuit-il, devraient relâcher Fabian Nsue Nguema ou bien le mettre en examen au plus vite. Et enquêter sur les menaces dont son épouse a été l’objet."

Anne VIDALIE

Fabian Nsue Nguema

AUTEURS 

  • Anne VIDALIE

  • Accueil

    éditeur : Frank Brunner | ouverture : 11 novembre 2000 | reproduction autorisée en citant la source