retour article original

lundi 21 août 2017
Vous êtes ici Accueil Histoire
4 novembre 2012

Histoire : Courage, le nettoyage ethnique des Palestiniens sera bientôt terminé !

par Rudi BARNET


Des juifs de la Haganah, en Palestine, en 1947

Il y a des crimes contre l’humanité que tout citoyen aborde avec appréhension. Ce sont ceux commis par ses propres dirigeants. C’est ce qui est arrivé aux citoyens allemands qui, aujourd’hui encore, affrontent difficilement le récit des crimes des dirigeants nazis. C’est sans doute la même "gêne" qu’éprouvent de nombreux Espagnols quand ils sont confrontés aux exactions franquistes. Même malaise pour les Serbes et le massacre de Srebrenica, les Hutus et le génocide rwandais, les Belges et les crimes commis au Congo, les Français pour ceux perpétrés en Algérie, etc. Il est donc probable que les citoyens israéliens et les sionistes de bonne foi affronteront douloureusement les informations sur ce crime contre l’humanité qu’a été le sinistre "Plan Daleth". Ce texte est seulement le résultat des recherches d’un citoyen lambda qui veut "comprendre". Sauf oubli, on pourra trouver les références de chaque citation et information. Ainsi le lecteur pourra en vérifier la provenance et compléter ses connaissances. Mais qu’on ne s’y trompe pas, il ne s’agit en rien de stigmatiser une population. Seuls ceux qui ont fomenté ce plan et commis ces crimes doivent être dénoncés. En espérant que ce texte permettra à certains de faire face à une réalité douloureuse qu’on veut leur cacher ou qu’ils se refusent de voir.


Nettoyage ethnique ? Plan Daleth (1) ? Vous délirez ! Comme pour tout crime, les commanditaires, les exécuteurs de ce plan "D" et les propagandistes de service ont d’abord tenté de nier son existence. Mais depuis que certaines archives ont été rendues publiques et que les preuves se sont accumulées, ils cherchent à minimiser son importance en affirmant que ce n’était qu’un simple plan d’opérations militaires dans le contexte de la guerre ou à essayer de décrédibiliser ceux et celles qui ont découvert et révélé les faits. C’est ainsi que l’historiographie officielle israélienne et ses officines de propagande cherchent à faire accroire que la destruction, il y a 65 ans, de quelques 530 villages, la fuite de près de 800000 habitants et les milliers de morts palestiniens étaient simplement les conséquences malheureuses de la guerre... Et que la très grande majorité des "réfugiés" était partie de son plein gré ! Affirmer cela est mensonger est injurieux pour la vérité historique et pour les innombrables témoignages recueillis par d’éminents historiens comme Avi Shlaïm (2), Walid Khalidi (3), Ilan Pappe (4), Elias Sanbar (5) ou Nur Masalha (6). L’analyse des archives israéliennes disponibles a permis à ces historiens de vérifier la triste réalité : un nettoyage ethnique a bien débuté durant ces années-là. Même Benny Morris (7), l’historien sioniste qui fut le premier à parler de l’existence de ce plan D reconnaissait qu’il y avait bien eu "nettoyage ethnique", tout en amenuisant son importance et le justifiant : "Il y a des circonstances dans l’histoire qui justifient le nettoyage ethnique. Je sais que ce terme est complètement négatif dans le discours du 21ème siècle, mais quand le choix est entre le nettoyage ethnique et le génocide, l’annihilation de votre population, je préfère le nettoyage ethnique (...) Un Etat juif n’aurait pas pu être créé sans déraciner 700000
Palestiniens. Par conséquent il était nécessaire de les déraciner. Il n’y avait pas d’autre choix que d’expulser cette population" (8). Yoav Gelber (9), historien sioniste d’extrême-droite et partisan de l’expulsion totale des Palestiniens, affirme de son côté que ce n’est qu’un plan élaboré pour répondre aux attaques de l’ALA (Armée de libération arabe qui n’a jamais compté plus de 5000 volontaires, majoritairement non-palestiniens) et de la "Légion Arabe", 6000
soldats dirigés par des officiers britanniques pour le compte d’Abdallah, roi de Transjordanie, opposé à la création d’un Etat palestinien.

Les cadavres de villageois palestiniens massacrés par les juifs, à Deir Yassin, le 9 avril 1948

L’affirmation de Benny Morris à propos du danger de génocide est assez absurde car, comme on le verra plus loin, ce nettoyage ethnique a débuté en 1947, bien avant la décision de partage de l’ONU et l’entrée en guerre des pays limitrophes. Il visait essentiellement des civils palestiniens. Où était le risque de génocide pour les colons sionistes à ce moment ? Pour les Palestiniens il en était autrement. S’il est vrai que l’armée israélienne ne comptait "que" 40000 hommes en mai 1948, au moment de la déclaration d’indépendance, elle sera rapidement de plus de 100000 hommes (plus importante en nombre que l’ensemble des forces de tous les pays environnants et aussi bien mieux équipée (tanks, bombardiers...). De leur côté, les Palestiniens étaient dispersés, inorganisés et peu armés et avaient parfaitement conscience que le rapport de forces était trop inégal. Ben Gourion le déclara d’ailleurs lui-même : "Je pense que, majoritairement, les masses palestiniennes acceptent la partition comme un fait accompli et ne croient pas possible de l’empêcher ou de la rejeter (...). La grande majorité ne veut pas se battre contre nous" (10). Mais, rien n’y fait. La propagande israélienne a toujours présenté cette guerre comme la lutte d’un petit David juif affrontant un Goliath arabe alors que la réalité du terrain, révélée par les historiens modernes, montre qu’Israël n’a jamais été confronté à un véritable risque de défaite. Mais il est fondamental de maintenir le mythe fondateur du "petit peuple obligé de se défendre contre les barbares qui veulent l’exterminer", afin d’éviter ainsi toute accusation de crime contre l’humanité.

page
Liens liés a l'article.Le partage de la Palestine et la création d’Israël (1ère partie)

AUTEURS 

  • Rudi BARNET

  • Histoire : Courage, le nettoyage ethnique des Palestiniens sera bientôt terminé !

    12 novembre 2012   [retour au début des forums]

    rien à redire à cet article , ou plutôt ce rappel de la vérité historique, actuellement toujours niée par les collabos de l’etat d’israel ,.
    en revenche, quand vous dites"il n’est plus possible de cacher actuellemenyt la réalité" c’est totalement faux : nous assistons à la plus pure désinformation de tous les médias cumulés, qui se comportent en véritables porte_voix des mensonges de la propagande israélienne, ce qui nous démontre s’il en était encore besoin , que l’occident, la france surtout sont véritablement sous occupation israélienne et que ceux qui portent abusivement le titre de journalistes ne sont plus que des prostitués de cette occupation !

    et encore est-ce une occupation, non armée !!quel courage !

    actuellement gaza compte ses morts comme chaque semaine, et depuis deux jours gaza a "osé répliquer" aux bombardements quasi quotidiens de l’occupant, et les médias tous en coeur, nous signalent uniquement la réplique de gaza à tous ses morts comme "l’attaque abominable des ennemis d’israel" taisant ciminellement tous les morts palestiniens des jours pécédents.

    rien n’a changé, tout a empiré puisque les mensonges des boureaux continue.

    et pourtant, jamais en france la collaboration des médias avec ces mensonges n’a été aussi totale.

    Répondre à ce message

    Accueil

    éditeur : Frank Brunner | ouverture : 11 novembre 2000 | reproduction autorisée en citant la source