retour article original

dimanche 26 mars 2017
Vous êtes ici Accueil Archives Archives Irak (8ème partie) : Juillet 2004
AP, 19 juillet 2004

Irak : La tête d’Iyad Allawi mise à prix


LE CAIRE (AP) - Un groupe proche du Jordanien Abou Moussab al-Zarqaoui a mis à prix la tête du Premier ministre irakien Iyad Allaoui pour 200000 dinars jordaniens (227000 euros) payables sur terre ou au paradis, selon un communiqué publié, dimanche 18 juillet 2004, sur un site islamique d’Internet.


"La Brigade Khalid ben Al Walid" y qualifie le chef de l’exécutif intérimaire de "laquais américain" et affirme que son unité spécialisée dans les assassinats a juré de tuer M. Allaoui ainsi que les autres dirigeants irakiens. "Nous avons juré devant Dieu de vous tuer. Votre tête et celle de vos comparses sont demandées par le cheikh Abou Moussab al-Zarqaoui. Si nous ne pouvons pas remettre la récompense de 200000 dinars jordaniens à quiconque nous aura obtenu la tête d’Allaoui, cette récompense sera remise au paradis par Dieu tout-puissant", précise le communiqué.

Le groupe conseille au Premier ministre de quitter l’Irak et qualifie le président, Ghazi al-Yaouar, de traître. Il évoque "des files ininterrompues de voitures piégées".

Les autorités américaines ont de leur côté fait passer de 10 à 25 millions de dollars (20 millions d’euros) la prime pour toute information menant à l’arrestation d’Al-Zarqaoui, considéré comme le plus proche allié d’Al-Qaïda dans la région et le cerveau des principales attaques contre la présence étrangère en Irak. La récompense pour Oussama ben Laden, chef d’Al-Qaïda, est de 50 millions de dollars.

Associated Press

Si vous souhaitez soutenir l’activité du site web interet-general.info, vos dons sont les bienvenus sur le compte de la Banque cantonale de Genève No Z 3267.34.01 Clearing bancaire (CB) : 788 IBAN CH48 0078 8001 Z326 7340 1

Compte de chèque postal : 12-1-2

Veuillez libeller les chèques au nom de : interet-general.info

Accueil

éditeur : Frank Brunner | ouverture : 11 novembre 2000 | reproduction autorisée en citant la source