retour article original

mercredi 23 août 2017
Vous êtes ici Accueil Corruption Corruption au Canada
La Presse, 25 janvier 2013

Corruption : Le banditisme politique

par Yves BOISVERT


Vue de Montréal

Mine de rien, Michel Lalonde a livré, jeudi 24 janvier 2013, le témoignage le plus grave et le plus dévastateur depuis le début de la commission Charbonneau. On a quitté le rang des entrepreneurs semi-mafieux et des fonctionnaires corrompus pris la main dans le Ziploc.


Canada

On a affaire à un homme pivot dans le système de collusion qui a pourri la Ville de Montréal depuis tellement longtemps. Cet homme est venu nous dire que toutes (mais TOUTES) les firmes de génie-conseil importantes au Québec étaient parties à un vaste et profond complot pour fraude. Il n’a pas appelé ça une « fraude », évidemment. C’était une simple façon de se répartir les contrats. Chacun son tour. Mais une entente permanente entre ces sociétés pour distribuer les contrats publics de la Ville de Montréal, pour gonfler artificiellement les prix des travaux et pour financer illégalement des partis politiques, c’est un complot criminel pour fraude fiscale et fraude tout court. Sans parler du lubrifiant du système : la corruption de politiciens et de fonctionnaires. Michel Lalonde ne l’a pas entendu murmurer. Il n’a pas recueilli de confidences au party de Noël dans un club sicilien. Il l’a fait lui-même !

Michel Lalonde

Depuis les déconvenues du témoin Dumont, on a le goût d’être un peu plus prudent avant de sauter aux conclusions. D’accord. Mais on a ici un témoin qui s’incrimine et qui se place au milieu de ce système criminel sans fusil. Disons que ça donne du poids à sa version. Ce président d’une firme relativement obscure appelait personnellement les responsables de la collusion dans chacune des firmes. SNC-Lavalin, Dessau, Cima+, Tecsult, Groupe SM, BPR, Roche... Il fixait les règles, les prix et disait à chacun comment tricher. Il a nommé ces gens -Yves Cadotte, VP au développement des affaires chez SNC-Lavalin ; Rosaire Sauriol, VP principal chez Dessau ; Bernard Poulin, président du Groupe SM, etc... Toutes des firmes qui travaillent à l’international, qui sont à la tête de projets immenses un peu partout sur la planète et dont les revenus sont dans les centaines de millions de dollars. Des firmes imbriquées les unes dans les autres, ou plutôt toutes compromises ensemble. Chacun son tour pour les contrats, pour la surveillance des travaux, les rédactions d’appels d’offres... Des choses qu’on croyait savoir, qu’on soupçonnait à Boisbriand et autres Mascouche, des machins un peu lavallois, avec quelques firmes qui fricotent ici et là... Mais là ! C’est tout le portrait de famille du génie québécois qu’il vient de nous balancer ! Tous les « fleurons » de l’industrie qui finançaient Union Montréal en échange d’extras bidon. Au centre de ce système de distribution des contrats, en effet : Bernard Trépanier, Monsieur 3 %. Autrement dit, un « simple » organisateur politique, collecteur de fonds... qui distribuait les contrats comme autant de faveurs en échange d’argent pour le parti du maire de Montréal. M. Lalonde, dont la firme est accusée d’une fraude fiscale de plus de 150000 dollars, s’arrangeait pour avoir de fausses dépenses qu’il se faisait rembourser en comptant par un complice, comptant avec lequel il versait les 3 % au parti de Gérald Tremblay. Question : si c’est vrai, comment ne pas penser que le même système existe non seulement dans d’autres villes, mais au ministère des Transports du Québec ? Mais n’allons pas trop vite, la Commission n’a pas encore vidé le sujet de Montréal.

Bernard Trépanier

Que reste-t-il à ajouter, au fait ? On sait déjà que la mafia jouait le rôle d’intermédiaire entre les compagnies de construction, en prenant son pourcentage au passage -on a les vidéos, des aveux, des témoignages. On sait que des fonctionnaires étaient corrompus depuis vingt ans -on a des aveux d’au moins deux cas lourds. Maintenant, on nous dit que les firmes d’ingénieurs les plus importantes jouaient le même jeu sale. Ah bien sûr, les gens du génie-conseil font ça dans un style plus chic, sans se mettre des liasses dans les chaussettes. Mais c’est le même système pourri, où on empêche la concurrence, où on achète ses contrats, où on aide à acheter des élections, où on fraude tous les citoyens. Un hold-up de fonds publics avec de beaux habits. Un banditisme politique organisé. Belle gang, y a pas à dire, ça touche au génie, c’est vrai.

Yves BOISVERT

Gérald Tremblay

AUTEURS 

  • Yves BOISVERT

  • Accueil

    éditeur : Frank Brunner | ouverture : 11 novembre 2000 | reproduction autorisée en citant la source