retour article original

lundi 29 mai 2017
Vous êtes ici Accueil Archives Archives Proche Orient (7ème partie) : Juillet 2004
AP, 19 juillet 2004

Proche Orient : Yasser Arafat tente de désamorcer la crise


RAMALLAH, Cisjordanie (AP) - Yasser Arafat répond de façon ambiguë à la pression de la rue : le président de l’Autorité palestinienne a fait marche arrière, lundi 19 juillet 2004, en plaçant son cousin sous la tutelle de l’ex-chef de la sécurité palestinienne, qui s’est vu demander de reprendre son poste après avoir été limogé la semaine dernière.


Le Premier ministre Ahmed Qoreï a fait savoir de son côté qu’il maintenait sa démission, signe de la persistance de cette crise interne, la plus grave depuis les manifestations contre la corruption, en 2003, qui avaient contraint Yasser Arafat à désigner le premier ministre palestinien Mahmoud Abbas. Ce dernier avait démissionné au bout de quatre mois.

Israël a procédé par ailleurs à un premier raid aérien depuis le début de la crise, blessant trois résistants palestiniens dans une maison du camp de réfugiés de Chati, dans le nord de la Bande de Gaza. En Cisjordanie, deux militants palestiniens ont été tués par des militaires israéliens près de Tulkarem.

Un haut conseiller de Yasser Arafat, Nabil Abou Roudeina, a annoncé que le dirigeant palestinien avait téléphoné à Abdelrazzak al-Majaïda pour lui demander de revenir au poste qu’il avait quitté la semaine dernière à sa demande. Yasser Arafat a pris cette décision pour apaiser la colère qui a éclaté dans les rues de la Bande de Gaza après la nomination de son cousin, Moussa Arafat, à la tête de la sécurité dans le territoire, a expliqué Nabil Abou Roudeina. Moussa Arafat est considéré par beaucoup de Palestiniens comme un membre de la vieille garde, corrompu voire cruel. Sa nomination controversée est apparue conforter un système rongé par le népotisme et la corruption.

En tant que chef du Directoire de la sécurité publique pour tous les territoires palestiniens, Abdelrazzak al-Majaïda, qui a été promu au rang de lieutenant-général, devient le supérieur de Moussa Arafat dans la chaîne officielle de commandement. Mais reste à savoir s’il aura une autorité réelle sur les opérations de Moussa Arafat dans la Bande de Gaza.

De son côté, le Premier ministre palestinien Ahmed Qoreï a appelé Yasser Arafat à "réactiver toutes nos branches de sécurité en se fondant sur des principes corrects". "Il est temps de nommer les hommes qu’il faut aux bons postes", a-t-il lancé. Ahmed Qoreï a expliqué qu’il souhaitait démissionner en raison de "l’état de chaos et la perte de contrôle de la situation sécuritaire" dans la Bande de Gaza, qui ne profite, a-t-il dit qu’aux ennemis des Palestiniens en Israël. Le Premier ministre démissionnaire a ajouté qu’il n’avait pas "reçu de réponse écrite" de Yasser Arafat à sa démission, laissant entendre qu’il ne tenait pas compte des propos du dirigeant palestinien qui lui avait signifié oralement, dimanche 18 juillet 2004, qu’il rejetait "totalement" son départ.

Cette crise intervient au moment où le Premier ministre Ariel Sharon tente de faire appliquer son plan d’évacuation de la Bande de Gaza, un projet qui accentue les luttes de pouvoir et d’influence entre factions palestiniennes, alors que la population semble ne plus supporter l’incurie et la corruption.

Associated Press

Si vous souhaitez soutenir l’activité du site web interet-general.info, vos dons sont les bienvenus sur le compte de la Banque cantonale de Genève No Z 3267.34.01 Clearing bancaire (CB) : 788 IBAN CH48 0078 8001 Z326 7340 1

Compte de chèque postal : 12-1-2

Veuillez libeller les chèques au nom de : interet-general.info

Accueil

éditeur : Frank Brunner | ouverture : 11 novembre 2000 | reproduction autorisée en citant la source