retour article original

lundi 27 février 2017
Vous êtes ici Accueil Archives Archives Irak (8ème partie) : Juillet 2004
AFP, 20 juillet 2004

Irak : Un haut fonctionnaire assassiné, deux otages libérés


BAGDAD (AFP) - Le gouverneur par intérim de la province de Bassorah a été assassiné, mardi 20 juillet 2004, par des tirs d’inconnus, alors qu’un Philippin était toujours retenu en otage dans ce pays malgré le départ des troupes philippines, comme l’exigeaient ses ravisseurs.


Le haut fonctionnaire, Hazem Taoufic Ainachi, a été assassiné dans la ville méridionale de Bassorah alors qu’il se rendait à son bureau, a annoncé son fils. "Mon père est sorti à 08h00 de la maison pour son rendre à son travail, et des inconnus ont tiré sur lui au niveau d’un point de contrôle situé à 100 mètres de chez nous", a déclaré Issam Ainachi. "L’un des gardes a été blessé et les assaillants ont pris la fuite, poursuivis par les policiers qui tenaient le point de contrôle", a-t-il ajouté, sans pouvoir dire si les assaillants ont été arrêtés.

Hazem Taoufic Ainachi, à l’origine vice-gouverneur, assurait l’intérim du poste de gouverneur depuis la nomination de son ancien supérieur, le juge Waël Abel Latif au poste de secrétaire d’Etat pour les gouvernorats dans le gouvernement intérimaire d’Iyad Allaoui, le 1er juin 2004.

Son assassinat s’ajoute à la liste de hauts fonctionnaires tués depuis la nomination du nouveau Premier ministre. Dimanche 18 juillet 2004 au soir, l’un des directeurs généraux du ministère de la Défense, Issam Jassem Kadhem, avait été abattu par des inconnus à Bagdad.

Par ailleurs, Angelo de la Cruz, un chauffeur de camion philippin de 46 ans, père de huit enfants, a été libéré, a rapporté, mardi 20 juillet, la chaîne de télévision Al-Arabiya en citant des sources au Congrès national irakien (CNI, d’Ahmad Chalabi). La chaîne n’a pas donné plus de précisions sur les circonstances exactes de la libération de l’otage, annoncée au lendemain du retrait de tous les soldats philippins de l’Irak. Les 34 derniers soldats philippins présents en Irak ont quitté leur camp dans la province de Babylone, lundi 19 juillet au matin, et un convoi de six camions est entré au Koweït dans l’après-midi. En fin de journée, ils avaient tous quitté le pays. Les islamistes avaient fixé un ultimatum au 31 juillet pour que Manille n’ait plus un soldat en Irak. La mission du contingent devait s’achever le 20 août 2004, mais les ravisseurs avaient menacé de décapiter l’otage si cette date n’était pas avancée.

Un autre otage, l’Egyptien Sayed Mohammad Sayed Al-Gharbaoui, a lui été libéré, lundi 19 juillet, après plus de deux semaines de captivité en Irak. Il a affirmé avoir été "très bien traité" par ses ravisseurs islamistes, mais il n’était pas clair si son employeur saoudien avait versé la rançon demandée pour obtenir sa libération. Cette libération ne laisse pourtant pas augurer d’une fin des enlèvements en Irak. Un chauffeur de camion turc a ainsi été enlevé, samedi 17 juillet, par des hommes masqués qui ont attaqué son convoi dans le nord de l’Irak, a déclaré, lundi 19 juillet 2004, un chauffeur turc roulant dans le même convoi.

Enfin, Une majorité de Britanniques considère toujours que le Premier ministre Tony Blair a menti à propos de l’Irak, en dépit de la publication la semaine dernière d’un rapport officiel concluant qu’il n’avait pas délibérément trompé ses compatriotes, selon un sondage rendu public lundi 19 juillet. 55 % des personnes interrogées dans ce sondage de l’institut ICM qui doit être publié, mardi 20 juillet 2004, dans le quotidien Guardian, estiment que Tony Blair a menti et 37 % pensent qu’il a dit la vérité.

Agence France Presse

Si vous souhaitez soutenir l’activité du site web interet-general.info, vos dons sont les bienvenus sur le compte de la Banque cantonale de Genève No Z 3267.34.01 Clearing bancaire (CB) : 788 IBAN CH48 0078 8001 Z326 7340 1

Compte de chèque postal : 12-1-2

Veuillez libeller les chèques au nom de : interet-general.info

Accueil

éditeur : Frank Brunner | ouverture : 11 novembre 2000 | reproduction autorisée en citant la source