retour article original

mercredi 22 février 2017
Vous êtes ici Accueil Informations internationales Afrique Kenya
Le Monde diplomatique, 13 avril 2013

Kenya : En attendant le port qui doit sauver le pays

par Tristan COLOMA


Vue de Lamu

Après la victoire –contestée en justice– de M. Uhuru Kenyatta aux élections générales du 4 mars 2013, les nouveaux dirigeants du Kenya héritent d’épineux dossiers. Parmi eux, le projet d’un corridor de transport : un ensemble d’oléoducs, de routes et de chemins de fer traversant le continent et débouchant sur un port kényan en eau profonde situé à Lamu. L’objectif est de transformer l’économie africaine en l’ouvrant sur l’Asie.


Kenya

La lumière crue du soleil enflamme la route de latérite jusqu’à réduire en cendres la savane éparse de l’archipel de Lamu, dans le nord-est du Kenya. Ahmet, un homme vêtu de guenilles, aux traits émaciés par les heures passées à surveiller des kilomètres de palissades, veut en avoir le cœur net. « Ça n’avance pas vite, non ? Lamu bouge toujours à la vitesse d’un âne, de toute façon… Il y a bien la construction de l’immeuble des officiers, mais rien qui ressemble à un port qui coûterait des milliards de dollars… Je ne sais pas vraiment ce qu’il y a à garder. La piste n’est toujours pas goudronnée et le port doit être inauguré en 2016. J’ai du mal à y croire… »

Vue de Lamu

Pourtant, l’administration kényane et ses partenaires sud-soudanais et éthiopiens, eux, affichent un enthousiasme déconcertant quant à la réussite
du plus grand chantier de l’histoire africaine depuis les indépendances. Leur objectif ? Transformer l’économie du continent grâce au commerce maritime
international, à l’intégration régionale et au désenclavement de l’Est. L’ancien président du Kenya, M. Mwai Kibaki, a donc souhaité construire une « Grande Corne de l’Afrique » où la Communauté de l’Afrique de l’Est (EAC [1]) engloberait également la Somalie, l’Ethiopie et Djibouti dans un seul et même
bloc économique.

Vue de Lamu

Pour ce faire, il a ressorti des cartons un projet pharaonique des années 1970 : la construction d’un axe de transport multimodal transfrontalier. D’un coût total de 18,96 milliards d’euros, le Lamu Port -South Sudan-Ethiopia Transport Corridor (Lapsset Corridor) s’articulera autour d’un port en eau profonde dans la baie de Manda, à Lamu. Il formera un pont terrestre entre le Kenya et Douala, la capitale camerounaise, pour relier l’Atlantique à l’océan Indien.

page

AUTEURS 

  • Tristan COLOMA

  • Accueil

    éditeur : Frank Brunner | ouverture : 11 novembre 2000 | reproduction autorisée en citant la source