retour article original

vendredi 24 février 2017
Vous êtes ici Accueil Corruption Corruption en Russie
AFP, 31 mai 2013

Corruption : Libération d’un homme d’affaires russe


Alexeï Kozlov

La justice russe a abandonné les poursuites contre l’homme d’affaires Alexeï Kozlov, dont le procès pour détournement de fonds est devenu pour l’opposition russe le symbole d’une justice corrompue, et qui sera prochainement remis en liberté.


Russia

Alexeï Kozlov avait été condamné en première instance, en 2009, à huit ans de camp pour détournement de fonds. Cette affaire très médiatisée en Russie grâce à son épouse, journaliste et militante d’opposition Olga Romanova, a été dénoncée par la défense comme étant montée de toutes pièces à l’instigation de l’ex-partenaire de M. Kozlov, un ex-sénateur. Ce dernier a même menacé M. Kozlov de le "couler dans le béton", selon la défense. Après une campagne très active de soutien menée par Mme Romanova, la Cour suprême avait annulé la première condamnation, en septembre 2011, et ordonné un nouveau procès, une décision très rare en Russie. M. Kozlov avait alors été remis en liberté avant d’être de nouveau arrêté, en mars 2012, après sa nouvelle condamnation à 5 ans de camp.

Olga Romanova

"Le tribunal de Moscou a abandonné les poursuites pénales pour détournement contre Alexeï Kozlov, pour absence du corps du délit", a indiqué le service de presse du tribunal. Le tribunal a en revanche jugé comme fondée l’accusation d’escroquerie passible d’une peine de quatre ans de prison, que l’homme d’affaires a déjà purgée. "La décision a été envoyée à la colonie pénitentiaire. Il sera libéré dès qu’ils la recevront", selon la même source. L’avocat de l’homme d’affaires, Alkhas Abgadjadva, a indiqué à l’agence Interfax que son client allait contester le jugement et demander une indemnisation pour "poursuites illégales". La présidente du groupe Helsinki de Moscou, Lioudmila Alexeeva, s’est félicitée que l’homme d’affaires soit libéré, soulignant qu’obtenir ce type de décision en Russie était chose "très rare". "Ce ne sont pas les détenus qui ont obtenu ces derniers temps gain de cause dans ce genre d’affaires, mais l’Etat qui ne tolère pas d’opinions indépendantes", a-t-elle déclaré à l’agence Interfax.

Agence France Presse

Lioudmila Alexeeva

Accueil

éditeur : Frank Brunner | ouverture : 11 novembre 2000 | reproduction autorisée en citant la source