retour article original

mardi 28 février 2017
Vous êtes ici Accueil Histoire Les révisionnistes de la Seconde guerre mondiale
Bocage, 27 août 2013

Histoire : CODOH réfute le gazage de l’écrivain Else Ury


Auschwitz-Birkenau

La lettre qui suit a été envoyée à l’USHMM (US Holocaust Memorial Museum) par nos amis américains du CODOH (Comité pour un débat public sur
l’Holocauste) et très largement diffusée. On constatera qu’une fois de plus,
dès qu’un exterminationniste croit trouver un argument pour confondre les
révisionnistes, il se voit opposer des contre-arguments solides (traduction
rapide) :


A : Peter Black

Historien principal

Center for Advanced Holocaust Studies

United States Holocaust Memorial Museum

E-mail : pblack ushmm.org

Tel : 202.479.9728

1er août 2013

Monsieur,

Mr. Johannes Pfaeffle a fait suivre à CODOH la réponse que vous lui avez
faite alors qu’il vous demandait de citer le nom d’une personne ayant été
gazée à Auschwitz-Birkenau. Vous avez fourni le nom de Else Ury et avez
écrit :

"Nous savons que Else Ury est allée à Auschwitz-Birkenau parce que son nom
figure sur une liste de convoi comprenant plus de 1.100 autres personnes
déportées de Berlin à Auschwitz-Birkenau le 12 janvier 1943. Nous savons
qu’elle n’a pas survécu à la sélection pratiquée à son arrivée puisque son
nom n’apparaît pas sur les registres des prisonniers"
.

Vous avez écrit également : "Else Ury a fait partie des 1196 juifs allemands
déportés de Berlin à Auschwitz le 13 janvier 1943"
.

Else Ury

Nous, à CODOH, nous avons bien conscience que vous recevez un grand
nombre de demandes allant de la plus simple à la plus complexe. Nous pensons
aussi que l’United States Holocaust Memorial Museum a le devoir de fournir
des informations précises au public. Nous aimerions partager
respectueusement avec vous notre préoccupation relative à votre réponse sur
le sort de Else Ury.

Le Yad Vashem cite Else Ury cinq fois dans leur Base de données centrale
des noms de victimes de la Shoah. Je cite : "Else Ury est née en 1877. Avant
la 2e guerre mondiale elle habitait Berlin, en Allemagne. Else a été tuée/a
péri à Auschwitz, en Pologne. Cette information se fonde sur une Liste de
juifs d’Allemagne assassinés relevée dans Gedenkbuch / Opfer der Verfolgung
der Juden unter der nationalsozialistischen Gewaltherrschaft in Deutschland
1933-1945, Bundesarchiv (German National Archives), Koblenz 1986"
.

Tout d’abord, nous relevons un désaccord entre votre déclaration selon
laquelle "1196 juifs allemands (ont été) déportés de Berlin à
Auschwitz-Birkenau le 12 janvier 1943"
et le fait que Danuta Czech rapporte,
dans "Auschwitz Chronicle", qu’un convoi est arrivé de Berlin à Auschwitz le
13 janvier 1943 comprenant mille (1000) hommes, femmes et enfants. Ceci
laisse entendre que 196 personnes ont pu être retirées de ce convoi
d’Auschwitz.

Nous notons également qu’en 1943 il y a eu un grand nombre de convois de
déportés juifs allant de Berlin à Theresienstadt. Ces convois transportaient
des milliers de gens et comprenaient souvent d’éminents juifs allemands âgés
comme Else Ury. On trouve un tel convoi allant de Berlin à Theresienstadt le
12 janvier 1943, jour où fut déportée Else Ury. Il s’agit du convoi I/80 qui
transportait 105 personnes.

Sur un autre plan, il se trouve que la démonstration a été faite que
votre allégation selon laquelle tous les gens qui arrivaient à
Auschwitz-Birkenau et n’étaient pas enregistrés étaient gazés n’est pas
exacte. Comme exemples spécifiques il y a Anne Frank, sa mère Edith et sa
soeur Margot. Elles sont arrivées à Birkenau le 5 septembre 1944, n’ont pas
été enregistrées dans ce camp et n’ont pas été assassinées. Au contraire :
Anne et Margot ont vécu à Birkenau et ont ensuite été transférées au camp de
Bergen-Belsen, probablement le 28 octobre 1944. Edith Frank n’a jamais été
enregistrée à Auschwitz mais elle y est morte en janvier 1945. Le cas
n’était pas rare : il y avait manifestement un grand nombre de détenus non
enregistrés à Auschwitz-Birkenau.

Danuta Czech écrit : "La section du Camp B-IIe réservée aux juifs, hommes
et femmes, non enregistrés, ou Camp B-IIc, et la section B-III (Mexico)
figurent dans les documents du camp sous ce qui est appelé le ’Camp de
transit d’Auschwitz II’. Les femmes juives ne portant pas de numéro figurent
dans les dossiers du camp sous la rubrique ’juifs en transit’"
. Voyez
"Auschwitz Chronicle", p. 565.

On sait aussi qu’à partir de février 1943 le Camp B-IIe est devenu un
camp de familles, principalement pour les Roms mais apparemment pour
d’autres détenus non enregistrés. Danuta Czech écrit : "A la fin de 1943,
18736 hommes, femmes et enfants sont emprisonnés dans ce camp"
[le Camp B-IIe], Id. p. 295. On sait aussi que des dizaines de milliers de détenus
ont quitté Auschwitz. Le site du Musée d’Etat d’Auschwitz affiche : "Environ
135000 juifs ont été transférés vers d’autres camps dans le cadre de la
répartition des ressources de main-d’¦uvre et de la liquidation finale du
camp"
. En fait, le chiffre des personnes transférées d’Auschwitz vers
d’autres camps pourrait bien approcher plutôt 250000.

Ces chiffres semblent éliminer toute certitude que l’arrivée à Auschwitz
signifiait la mort, ou que le fait de n’être pas enregistré signifiait être
gazé. Et puis, puisque vous prétendez que Else Ury a été tuée par le gaz à
Auschwitz, il convient de noter que les bâtiments du crématoire de Birkenau
(dont on prétend qu’ils ont été des chambres à gaz) n’ont été terminés que
le 22 mars 1943, au plus tôt.

Else Ury était un écrivain éminent et talentueux. Il semble certain
qu’elle n’ait pas survécu à la Deuxième Guerre mondiale et il semble qu’elle
ait été déportée de Berlin le 12 janvier 1943. Pour les raisons mentionnées
ci-dessus, nous pensons qu’il n’est pas exact que vous citiez son nom comme
"victime des chambres à gaz".

Très respectueusement

David Merlin, CODOH

Post Office Box 439016

San Ysidro, CA 92143

bradley1930 yahoo.com

209 682 5327

Liens liés a l'article.Letter to Senior Historian Peter Black, USHMM

Accueil

éditeur : Frank Brunner | ouverture : 11 novembre 2000 | reproduction autorisée en citant la source