retour article original

samedi 27 mai 2017
Vous êtes ici Accueil Archives Archives Irak (8ème partie) : Juillet 2004
AFP, 24 juillet 2004

Irak : L’Egypte confirme n’avoir jamais envisagé d’envoyer des troupes d’occupation


BAGDAD (AFP) - L’Egypte tente toujours, samedi 24 juillet, d’établir le contact avec les ravisseurs d’un de ses diplomates, enlevé, vendredi 23 juillet 2004, alors que le groupe armé menaçant de tuer sept chauffeurs étrangers qu’il retient en otages a donné le jour même 48 heures de plus à leur employeur pour quitter l’Irak.


"Numéro trois" de la représentation égyptienne, Mohammad Mamdouh Helmi Qotb est le premier diplomate étranger enlevé en Irak depuis le début au printemps de la vague d’enlèvements. Dans une vidéo montrant l’otage, diffusée par la télévision Al-Jazira, un groupe armé disant s’appeler "Les lions d’Allah", affirme avoir enlevé M. Qotb en réponse à l’offre de l’Egypte d’aider l’Irak dans avec le savoir-faire en matière de sécurité.

"Nous n’avons établi aucun contact avec les ravisseurs" du diplomate Mohammad Mamdouh Helmi Qotb, "nous ne pouvons donner aucune autre information en ce moment où nous travaillons dur sur cette affaire", a indiqué le premier secrétaire de la section d’intérêts égyptienne à Bagdad Badreddine al-Dessouki. L’Egypte avait dit être disposée à participer à la formation de la police irakienne et à la reconstruction. Après l’annonce du rapt de M. Qotb, elle a redit qu’elle n’envisageait "nullement" d’envoyer des troupes en Irak.

L’enlèvement de M. Qotb est survenu 48 heures après celui de sept chauffeurs de camions (trois Kényans, trois Indiens et un Egyptien), employés par la société koweïtienne Kuwait and Gulf Link Transport.

Leurs ravisseurs, qui se font appeler les "Drapeaux noirs", avaient d’abord affirmé qu’ils tueraient un otage tous les trois jours si leur employeur ne quittait pas l’Irak. Mais dans une nouvelle vidéo diffusée vendredi, ils donnent à la société un délai de 48 heures pour satisfaire à cette demande.

Le chef de la diplomatie irakienne Hoshyar Zebari a demandé, samedi 24 juillet 2004, à la Russie, de déployer des troupes en Irak et d’y renvoyer ses techniciens de l’industrie énergétique, alors que les efforts se poursuivent pour obtenir la libération des étrangers dont un diplomate pris en otages. "Nous avons besoin de forces russes de maintien de la paix", a déclaré M. Zebari en arrivant à Moscou. "Nous voulons aussi que les techniciens russes reviennent en Irak car ils y faisaient du bon travail", a-t-il ajouté, cité par les agences russes.

Selon les médias russes, le président Vladimir Poutine discute avec les Etats-Unis de l’envoi de troupes russes en Irak, mais cela a été démenti par les ministères de la Défense et des Affaires étrangères. Moscou, qui s’était opposée à l’invasion américano-britannique de l’Irak, a toujours assuré officiellement qu’elle n’entendait pas y envoyer des troupes. En revanche, plusieurs sociétés russes travaillaient en Irak principalement à la remise en état du secteur électrique. Mais après des attaques multiples des rapts et la mort de deux techniciens russes, elles ont rapatrié en mai tout leur personnel.

De son côté, l’armée américaine a annoncé, samedi 24 juillet 2004, qu’un US Marine avait succombé, la veille, à ses blessures reçues lors d’accrochages dans la province d’al-Anbar. Selon un bilan établi à partir de chiffres du Pentagone, 665 soldats américains ont été tués en opération en Irak depuis mars 2003.

Par ailleurs, la Compagnie pétrolière du Nord (NOC) a indiqué qu’un oléoduc alimentant la raffinerie de Doura à partir des gisements de Kirkouk avait été saboté dans la nuit.

A Washington, le département d’Etat a annoncé que le secrétaire d’Etat américain Colin Powell se rendrait, dans la semaine du 26 juillet 2004, en Egypte, en Arabie saoudite et au Koweït, pour discuter de l’Irak et du processus de paix au Proche-Orient.

En Grande-Bretagne, selon un sondage publié samedi 24 juillet 2004, 59 % des Britanniques estiment que le le Premier ministre Tony Blair a été malhonnête en affirmant que les armes de destruction massive que le régime de Saddam Hussein était supposé détenir représentaient une menace directe. 36 % sont d’avis contraire.

Agence France Presse

Si vous souhaitez soutenir l’activité du site web interet-general.info, vos dons sont les bienvenus sur le compte de la Banque cantonale de Genève No Z 3267.34.01 Clearing bancaire (CB) : 788 IBAN CH48 0078 8001 Z326 7340 1

Compte de chèque postal : 12-1-2

Veuillez libeller les chèques au nom de : interet-general.info

Accueil

éditeur : Frank Brunner | ouverture : 11 novembre 2000 | reproduction autorisée en citant la source