retour article original

lundi 27 mars 2017
Vous êtes ici Accueil Histoire Les révisionnistes de la Seconde guerre mondiale
Bocage, 29 octobre 2013

Histoire : Un crime unique

par Jacques VECKER


Des prisonniers de guerre allemands en Russie

Un crime unique dans l’histoire de l’humanité. Non pas celui auquel on pense -le prétendu "Holocauste"-, mais celui perpétré par les vainqueurs de l’Allemagne contre cette nation et ses habitants, au mépris de la plus élémentaire justice et des règles les plus évidentes du comportement civilisé, par les Alliés d’hier, "chrétiens" de surcroît en ce qui concerne les Occidentaux.


Des prisonniers de guerre allemands en France ou en Grande-Bretagne

Plus nous progressons dans la connaissance des faits et documents disponibles, de source officielle ou de source révisionniste, plus nous sommes saisis d’un haut-le-coeur en découvrant les atrocités imputables non pas aux nazis mais aux représentants des nations dites démocratiques censées incarner le droit et la morale. Ils combattaient, nous dit-on, au nom des plus nobles principes et instituèrent, à l’issue des combats, une instance prétendument internationale -en réalité un tribunal de vainqueurs, voué à la vengeance-, pour prétendument définir et mettre résolument hors-la-loi des agissements inadmissibles en temps de guerre comme en temps de paix. Noble initiative, certes, si elle n’avait eu pour but de punir avec une partialité et une hypocrisie révoltantes, mais d’analyser sans concessions les comportements des uns et des autres pour tenter d’édicter des règles contraignantes garantes d’un avenir de paix.

Le box des accusés au procès de Nuremberg

Nous nous référons essentiellement aux documents provenant de sources
alliées ou mieux encore de sources juives. Depuis plus de soixante ans, ils
nous parviennent au compte-gouttes, si rigoureuse est la volonté
d’étouffement et de répression, mais leur message ne laisse aucun doute. Une
chape de plomb pèse sur l’information, surtout lorsqu’elle risque de laisser
apparaître une autre "vérité historique" qu’il est interdit d’évoquer. Ceux-là mêmes qui s’y risquent sont mis au ban de la société. Après un lavage de cerveau systématique, la manipulation des esprits atteint un tel
degré que la liberté d’expression est quasi inexistante. Les catacombes
redeviennent d’actualité, le maquis accueille les proscrits. La peur règne
encore, près de septante années après les événements, et le souvenir des
tortures infligées aux Allemands, aux prisonniers de guerre, aux civils et à
tous ceux qui de près ou de loin ont joué un rôle dans leur pays en guerre,
associé au matraquage holocaustique permanent, suffisent à refouler la
moindre tentative de réflexion.

Le plus effroyable crime contre l’humanité perpétré de mémoire d’homme
n’est pas celui qu’on croit et que les institutions juives ont magistralement mis en scène, inventant même une "industrie de l’Holocauste" dénoncée par l’un des leurs, mais c’est la monstrueuse mystification qui empoisonne l’humanité depuis des décennies. Les récits grandguignolesques
d’innombrables survivants "miraculés" font florès, tandis que les témoignages
concernant les horreurs commises par les vainqueurs tout comme ceux en
faveur des Allemands n’ont pas droit de cité. Les insoutenables tortures
auxquelles ces derniers ont été soumis jusqu’à ce qu’ils avouent des crimes
inexistants sont la honte de l’Occident et de la chrétienté. La vindicte des
Soviétiques a encore dépassé dans l’horreur celle de leurs alliés. Le
mensonge, déjà inadmissible dans la propagande de guerre, a déshonoré les
justiciers félons depuis 1945 jusqu’à aujourd’hui.

Le visage de ce jeune Allemand est révélateur de la manière habituelle dont étaient traités les Waffen-SS capturés par les Alliés. Quand ils n’étaient pas victimes d’exécutions sommaires, ils étaient abominablement torturés

Entendons-nous bien : cette prise de conscience ne réhabilite nullement les chefs nationaux-socialistes et leurs fidèles, ni ne les dédouane des excès qu’ils
ont pu commettre comme tout pays engagé dans une entreprise guerrière
nourrie par la haine, le mensonge et la mauvaise foi. Mais n’en rajoutons
pas. La réalité se suffit à elle-même. L’un des révisionnistes les plus
sérieux et les plus exhaustifs, un scientifique emprisonné en République
fédérale allemande pour crime de pensée, a très justement écrit dans son magistral ouvrage "Conférences sur l’Holocauste" (livre interdit -il est presque
inutile de le préciser) que la révision de l’histoire du IIIe Reich l’absolvant de diaboliques meurtres de masse n’en fait pas pour autant un ange ("so wird aus dem bisher als Teufel wahrgenommenen Dritten Reich noch lange kein Engel").

La guerre réveille la barbarie et les prétendues lois de la guerre tentent seulement de la masquer. L’examen objectif des faits démontre
amplement que la félonie du prétendu camp de la civilisation ne le cède en
rien à celle imputée, souvent à tort, aux zélateurs du Führer. Il importe de
dénoncer les mensonges, de rétablir les faits et ainsi de désarmer les
esprits. C’est la mission des révisionnistes et des historiens honnêtes.

Jacques VECKER

De 1945 à 1950, des millions de germanophones ont été expulsés de Tchécoslovaquie où ils constituaient une minorité depuis plus de 500 ans

AUTEURS 

  • Jacques VECKER

  • Histoire : Un crime unique

    29 octobre 2013   [retour au début des forums]

    Bonsoir,

    Pour compléter, vous serez certainement intéressé par cet article.Meilleures salutations.

    Les camps de concentrations américains en Allemagne.

    http://penserrendlibre.wordpress.com/2013/10/22/4179/

    Répondre à ce message

    Histoire : Un crime unique

    29 octobre 2013   [retour au début des forums]

    Le travail historique que font les révisionnistes est nécessaire. Ils font apparaître les mensonges, les documents falsifiés, les crimes de guerre des Alliés, le chantage du Shoah Business etc.

    On constate que le lobby juif s’évertue à les faire taire et interdire leurs publications partout où il le peut. De quoi le lobby juif a-t-il peur ? Des vérités et des preuves que les révisionnistes révèlent au grand jour...

    Répondre à ce message

    Accueil

    éditeur : Frank Brunner | ouverture : 11 novembre 2000 | reproduction autorisée en citant la source