retour article original

samedi 19 août 2017
Vous êtes ici Accueil Corruption Corruption au Canada
La Presse, 9 novembre 2013

Corruption : Yanaï Elbaz a engrangé 2,5 millions de dollars en revenus non déclarés

par Philippe TEISCEIRA-LESSARD


Vue du Centre universitaire de santé McGill, à Montréal

Yanaï Elbaz, accusé d’avoir reçu des pots-de-vin dans le scandale du Centre universitaire de santé McGill, a engrangé presque 2,5 millions de dollars en revenus non déclarés entre 2006 et 2011, selon le fisc québécois. Revenu Québec lui réclame 1,1 million de dollars en impôts évités et en intérêts. Il doit approximativement le même montant à l’Agence du revenu du Canada (ARC).


Canada

Le fisc ne confirme pas directement que les revenus dissimulés sont issus d’activités criminelles, mais les années visées par l’enquête des autorités coïncident avec la période où Elbaz travaillait au projet du Centre universitaire de santé McGill. La Presse a révélé, en 2012, que SNC-Lavalin était soupçonné d’avoir versé des pots-de-vin totalisant 22 millions de dollars pour obtenir le contrat de construction de l’hôpital. Selon les deux services, il aurait triplé son salaire déclaré chaque année avec des fonds échappant au fisc : il aurait ainsi empoché 1,26 million de dollars en 2007, mais a déclaré seulement 167000 dollars. Rejoint au téléphone, le porte-parole de Revenu Québec a rappelé que tous les revenus d’une personne sont soumis à l’impôt, même s’ils impliquent une activité illégale. « La loi fiscale ne fait pas la différence entre un revenu légal et un revenu criminel, a indiqué Stéphane Dion. Peu importe le type d’activité que vous avez, vous devez déclarer la totalité de vos revenus ». Selon le document de cour, Yanaï Elbaz « est en train de liquider ses actifs et/ou de les transférer en Israël ». Il aurait l’intention « de se soustraire au paiement de ses dettes fiscales ». Il a notamment envoyé 55000 dollars d’une caisse populaire québécoise jusqu’à la banque Hapoalim, basée dans l’État hébreu. L’Agence du revenu du Canada a aussi détecté des éléments particuliers dans la vie de l’accusé ces dernières années. Yanaï Elbaz et son épouse ont divorcé en 2012. Il lui alors transféré d’importantes sommes d’argent. « Il est intéressant de noter que, malgré leur divorce, M. Elbaz et (son ex-épouse) ont voyagé à quatre reprises ensemble en avril 2012, octobre 2012, décembre 2012 et février 2013 », selon le document de cour.

Philippe TEISCEIRA-LESSARD

Le juif Yanaï Elbaz

AUTEURS 

  • Philippe TEISCEIRA-LESSARD

  • Accueil

    éditeur : Frank Brunner | ouverture : 11 novembre 2000 | reproduction autorisée en citant la source