retour article original

samedi 27 mai 2017
Vous êtes ici Accueil Archives Archives Soudan (1ère partie) : Du 9 février 2004 au 31 août 2004
AFP, 27 juillet 2004

Soudan : Khartoum se mobilise pour résister à une intervention étrangère


Une réfugiée soudanaise avec son enfant, dans le camp tchadien d’Idrimi, le 2 juillet 2004

KHARTOUM (AFP) - Le Soudan a décrété la mobilisation générale "politique et stratégique" dans tous les corps de l’Etat, en affirmant qu’il entendait résister à toute tentative d’intervention de forces internationales au Darfour, a annoncé, mardi 27 juillet 2004, un ministre soudanais.

Soudan


Le ministre français des Affaires étrangères Michel Barnier est arrivé, mardi 27 juillet 2004 après-midi, à Al-Facher, au Darfour et a aussitôt rencontré les observateurs du cessez-le-feu de l’Union Africaine (UA), a-t-on appris de source diplomatique française à Khartoum. M. Barnier s’est rendu ensuite au camp de déplacés de Abou Chouk, proche de Al-Facher, capitale du Darfour-nord, a-t-on précisé de même source.

M. Barnier doit quitter le Darfour en début de soirée pour retourner à N’Djamena.

Michel Barnier. La France a déjà annoncé qu’elle finançait à hauteur de deux millions d’euros les rotations pour une période de trois mois d’un avion gros porteur qui sera mis à la disposition du Programme alimentaire mondial (PAM).

"Le gouvernement a décidé de décréter la mobilisation générale politique et stratégique de toutes les institutions", a déclaré le ministre de l’Agriculture et chef de la délégation aux négociations avec les rebelles du Darfour, M. Majzoub al-Khalifa Ahmed, à l’issue d’une réunion extraordinaire du gouvernement soudanais. "Le gouvernement a par ailleurs décidé de résister avec force à toutes les résolutions appelant à l’envoi de troupes internationales au Darfour", a ajouté M. Ahmed. "A partir de maintenant, le gouvernement va durcir sa position contre toute intervention étrangère au Darfour", a poursuivi le ministre soudanais.

Bombardement du village de Tine par l’aviation soudanaise, le 26 janvier 2004

Il a averti que le "gouvernement traitera de manière appropriée tout soldat (étranger) qui mettra le pied au Soudan", ajoutant que la mobilisation commencera par des réunions avec les partis politiques, "aussi bien les alliés que les opposants, afin d’unifier le front intérieur". Selon lui, le gouvernement libérera à cette fin tous les détenus politiques et engagera le dialogue avec eux, a indiqué M. Ahmed qui n’a pas exclu un dialogue avec les partisans de l’opposant islamiste Hassan al-Tourabi, emprisonné. La mobilisation générale comprendra des manifestations de protestation contre une éventuelle intervention étrangère, a dit M. Ahmed.

Bombardement du village de Tine par l’aviation soudanaise, le 26 janvier 2004

De son côté, la Fédération des sociétés de Croix-Rouge et Croissant Rouge va installer, mi-août 2004, un nouveau camp de réfugiés au Tchad pour faire face à l’afflux de civils du Darfour et à la surpopulation des lieux d’accueil, a indiqué, mardi 27 juillet, la Croix-Rouge française. Ce camp, situé à Tréjine au nord-est du Tchad, dans la région d’Abéché, devrait ouvrir le 15 août 2004 et accueillir près de 20000 personnes, a précisé la Croix-Rouge française dans un communiqué.

Une famille soudanaise réfugiée dans un camp du Darfour, le 26 juillet 2004

La Croix-Rouge française est responsable de la coordination de ce futur camp. Ses délégués, qui seront sur le terrain, jeudi 29 juillet 2004, travailleront aux côtés de délégués des Croix-Rouge allemande, danoise, suédoise, autrichienne et belge, à l’installation des structures sanitaires, à la mise en place des soins de santé primaires et à l’organisation logistique, a poursuivi la Croix-Rouge.

Des réfugiés soudanais au Darfour

Deux camps au Tchad accueillent actuellement quelque 11800 personnes à Forchana et près 30000 à Breijing, selon les données du Haut commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (HCR).

Le village soudanais de Bandago, dévasté par une bande armée, le 29 avril 2004

La région du Darfour est le théâtre de la crise humanitaire la plus grave dans le monde, selon l’ONU. Les combats entre milices pro-gouvernementales et deux mouvements rebelles y ont fait depuis février 2003 au moins 10000 morts, ont déplacé un million de personnes au Soudan, ainsi que les 120000 réfugiés au Tchad.

Agence France Presse

Le village soudanais de Korma, dévasté par une bande armée, le 29 avril 2004

Des soldats soudanais

Si vous souhaitez soutenir l’activité du site web interet-general.info, vos dons sont les bienvenus sur le compte de la Banque cantonale de Genève No Z 3267.34.01 Clearing bancaire (CB) : 788 IBAN CH48 0078 8001 Z326 7340 1

Compte de chèque postal : 12-1-2

Veuillez libeller les chèques au nom de : interet-general.info

Accueil

éditeur : Frank Brunner | ouverture : 11 novembre 2000 | reproduction autorisée en citant la source