retour article original

dimanche 23 avril 2017
Vous êtes ici Accueil Corruption Corruption en France L’enquête sur le crash des Airbus A 320
9 janvier 2014

Corruption : Un mensonge d’Etat

par Norbert JACQUET


Le crash de Habsheim, le 26 juin 1988

J’étais pilote de Boeing 747 à Air France. Après l’accident d’un Airbus A 320 de cette compagnie à Habsheim, en Alsace, le 26 juin 1988, j’ai créé un syndicat qui a pris position sur cet accident, remettant en cause la version officielle. J’avais 38 ans. On m’a déclaré fou. J’ai été suspendu de vol. L’administration m’a retiré ma licence de pilote. J’ai été viré d’Air France sans indemnités, alors que tous les psychiatres consultés, même ceux qui m’avaient été imposés, ont constaté l’absence de troubles. Parmi eux, trois professeurs de renommée internationale (Brion, Allilaire, Loo). Les attestations sont sans appel.


France

J’ai ensuite été victime d’un rare acharnement de la part des institutions. L’accident d’un autre A 320, toujours en Alsace, au Mont Sainte-Odile, le 20 janvier 1992, a vu la répétition du scénario de Habsheim : le mensonge d’Etat... que j’ai également dénoncé.

Le crash du Mont Sainte-Odile 20 janvier 1992

L’Alsace, 16 novembre 1988

J’ai publié un livre en septembre 1994, qui raconte tout cela. Simple et limpide. Peut-être un peu trop à rebrousse-poil. Mais tout était authentique. Et tout reposait sur des documents clairement identifiés, dont certains étaient reproduits en annexe. Mais ce n’était pas toute la vérité. Toute la vérité, ç’aurait été trop gros ! Malgré cela, certains ont préféré fermer les yeux. Le poids de la raison d’Etat... Il faut dire que d’immenses pressions ont été exercées. Par exemple dans les circuits de distribution du livre. Le réseau Relay, à l’époque Relais H (c’est-à-dire Hachette, Matra, Lagardère... et maintenant Airbus !), qui a le monopole dans toutes les gares et aérogares et qui touche donc la clientèle la plus intéressée par mon bouquin, a refusé d’entrée de jeu de diffuser celui-ci. Ce livre a par ailleurs été très rapidement retiré des gros réseaux de distribution et de vente (80 % des ventes de livre sont dans les mains de quatre ou cinq gros réseaux). Anecdote. Une vingtaine de jours après la parution, j’appelle anonymement un des Relais H de l’aéroport de Toulouse-Blagnac. Je déclare que je suis en ville avec des amis, que nous prenons l’avion dans une heure et que nous voulons acheter cinq ou six exemplaires du « livre qui vient de sortir sur Airbus ». Y’en a-t-il suffisamment en stock ? Réponse : « Ah, monsieur, on n’arrête pas de nous le demander, je l’ai réclamé à plusieurs reprises au fournisseur, mais il n’y a pas moyen de l’avoir ». J’indique à ce moment qui je suis et j’émets l’hypothèse d’une « censure ». Réponse : « c’est bien ce que nous pensions ».

Après cette publication j’ai adopté un profil bas, me contentant de me défendre des agressions à mon encontre (lourde campagne de discrédit, actions judiciaires... et même une agression physique, j’y reviendrai). La bonne politique était de subir les attaques pour mieux démontrer les faits par la suite.

page
Liens liés a l'article.Le site de Norbert Jaquet

AUTEURS 

  • Norbert JACQUET

  • Corruption : Un mensonge d’Etat

    23 février 2014, par herve   [retour au début des forums]

    Nous avons eu à faire avec cette avocat, ( maître Falek), il est vénal et sans scrupules. Il a laissé Tomber un de mes amis just avant de passer en comparution immédiate en 2000, le pauvre s’est retrouvé comme un c****sans avocat, il a du en reprendre un commis d’office qui ne connaissait pas le dossier. Pour moi, il ne s’est pas présentée à plusieurs audiences et j’ai perdu mon procès.

    Répondre à ce message

    Accueil

    éditeur : Frank Brunner | ouverture : 11 novembre 2000 | reproduction autorisée en citant la source