retour article original

mardi 27 juin 2017
Vous êtes ici Accueil Archives Archives Irak (8ème partie) : Juillet 2004
AFP, 29 juillet 2004

Irak : Le Pakistan condamne l’assassinat de deux de ses ressortissants


Le Pakistan a condamné, jeudi 29 juillet 2004, la mort présumée de deux de ses ressortissants pris en otage et exécutés en Irak, comme un acte de barbarie et un crime contre l’islam et l’humanité.


Le président Pervez Musharraf et le premier ministre Chaudhry Shujaat "ont appris avec douleur et affliction l’information sur le meurtre de deux Pakistanais en Irak", dit un communiqué du gouvernement. "Ceux qui ont commis ce crime ont causé le plus grand tort à la fois à l’humanité et à l’islam", ajoutent les dirigeants pakistanais qui disent partager la peine des familles et de millions d’autres Pakistanais. Le Pakistan condamne le terrorisme et estime que rien ne peut justifier ce genre d’actes de barbarie, ajoute le texte.

Le porte-parole du ministère des affaires étrangères, Masood Khan, a indiqué que le gouvernement devait encore confirmer officiellement les deux assassinats mais a qualifié ces actes de "crime contre l’humanité".

La chaîne de télévision satellitaire qatariote Al-Jazira avait indiqué, mercredi 28 juillet 2004 au soir, avoir reçu un enregistrement vidéo d’un groupe armé annonçant l’exécution de deux otages pakistanais. La chaîne a précisé que ce groupe, "l’Armée islamique en Irak", lui avait fait parvenir un enregistrement vidéo montrant les cadavres des otages, mais qu’elle ne le diffuserait pas à l’antenne "pour ne pas choquer les téléspectateurs".

"Ils ont pris la vie d’hommes innocents. Pas seulement le Pakistan, mais aussi le monde entier, condamnent vivement", ces assassinats, a affirmé M. Khan à l’AFP, qualifiant les meurtres d’"épouvantables et gratuits". "Il s’agit d’un crime contre l’humanité qui n’a aucun rapport avec la cause que défendent ceux qui l’ont commis", a encore estimé M. Khan.

Les otages pakistanais étaient un chauffeur de 29 ans, Sajid Naeem, et un technicien de 49 ans, Azad Hussein Khan. Ils travaillaient pour une société saoudienne, Al-Tamimi, et avaient été enlevés le 23 juillet 2004. Leurs ravisseurs les accusaient de travailler pour les forces américaines en Irak et ont cité des déclarations du président Musharraf évoquant la possibilité d’envoyer des soldats pakistanais en Irak.

Le Pakistan, pays islamique, s’est dit prêt à examiner l’envoi d’un contingent pour protèger une mission de l’ONU à l’avenir, à condition d’y être invité par les autorités irakiennes et d’obtenir l’autorisation de son propore parlement. Islamabad a repoussé, en 2003, une demande de Washington qui souhaitait qu’il envoie des soldats en Irak.

Fin juin 2004, un chauffeur pakistanais avait été enlevé en Irak, mais il avait été libèré une semaine plus tard en réponse à des appels de sa mère et du gouvernement pakistanais.

Le Pakistan avait appelé les ravisseurs à libérer les deux nouveaux otages, affirmant qu’ils étaient innocents et n’avaient rien à voir avec la politique internationale.

Agence France Presse

Si vous souhaitez soutenir l’activité du site web interet-general.info, vos dons sont les bienvenus sur le compte de la Banque cantonale de Genève No Z 3267.34.01 Clearing bancaire (CB) : 788 IBAN CH48 0078 8001 Z326 7340 1

Compte de chèque postal : 12-1-2

Veuillez libeller les chèques au nom de : interet-general.info

Accueil

éditeur : Frank Brunner | ouverture : 11 novembre 2000 | reproduction autorisée en citant la source