retour article original

mercredi 19 juillet 2017
Vous êtes ici Accueil Informations internationales Afrique Ghana
AFP, 29 juillet 2004

Ghana : Sommet à Accra pour tenter de réactiver le processus de paix en Côte d’Ivoire


Vue d’Accra

ABIDJAN (AFP) - Un nouveau sommet consacré à la crise en Côte d’Ivoire s’ouvre, jeudi 29 juillet 2004, à Accra en présence de Kofi Annan et de plusieurs chefs d’Etat africains, dont le chef d’Etat ivoirien Laurent Gbagbo, pour tenter de réactiver un processus de paix en panne depuis de longs mois.

Ghana


Le principe de ce sommet avait été décidé, début juillet 2004, à Addis Abeba, en marge du troisième sommet de l’Union africaine. Son objet consiste à redonner vie aux accords de Marcoussis, signés, fin janvier 2003, en région parisienne, par tous les partis politiques ivoiriens, et trois mouvements rebelles qui, depuis septembre 2002 contrôlent la moitié nord du pays. L’application de ces accords était censée mettre un terme à la crise qui déchire le pays. Leur réactivation permettrait de lancer enfin le processus de désarmement, démobilisation et réinsertion (DDR). Sans le processus de DDR, qui aurait dû commencer le 8 mars 2004, pas de réunification du pays coupé en deux et pas d’élection présidentielle prévue en octobre 2005.

Côte d’Ivoire

Actuellement, la situation apparaît bloquée. Le gouvernement de "réconciliation nationale", principal symbole de Marcoussis, ne siège plus et tous les partis d’opposition ainsi que les représentants de l’ex-rébellion ont claqué la porte, fin mars 2004, après la violente répression d’une tentative de manifestation pacifique à Abidjan (officiellement 37 morts, plus de 120 selon l’ONU). Seuls siègent encore les ministres issus du parti de Laurent Gbagbo (le Front Populaire Ivoirien, FPI) et de deux petites formations alliées.

Scène de rue à Abidjan, le 25 mars 2004

Le chef politique des Forces Nouvelles (FN, l’ex-rébellion), Guillaume Soro, est replié dans sa "capitale" Bouaké, au centre du pays, après avoir été limogé, en mai 2004, par Laurent Gbagbo, de son poste de ministre chargé de la Communication.

Guillaume Soro Kigbafori

Sur la route tortueuse de la paix, il faut également que les députés ivoiriens votent rapidement de nombreuses réformes prévues par Marcoussis. Certains textes ont du mal à passer, surtout celui sur le code de la nationalité, sujet brûlant dans un pays de très forte immigration. La ministre de la Justice, Henriette Diabaté (opposition), a dû retirer ce projet de loi devant le tir de barrage des députés FPI emmenés par Simone Gbagbo, l’épouse du président.

Henriettte Dagri Diabaté

A Accra, Laurent Gbagbo va retrouver l’ancien président Henri Konan Bédié (patron du Parti Démocratique de Côte d’Ivoire, PDCI, ex-parti unique), destitué par un coup d’Etat militaire le jour de Noël 1999 et candidat à la prochaine présidentielle, mais aussi Alassane Ouattara, le chef du Rassemblement des Républicains (RDR) qui est au centre d’un débat politique sur sa nationalité, ses détracteurs l’accusant d’être burkinabè.

Henri Konan Bedié

Quant à l’ex-rébellion, elle se déchire dans des règlements de comptes sanglants entre factions rivales, et l’ONU enquête actuellement sur l’existence de charniers dans le nord du pays.

Alassane Dramane Ouattara

Laurent Gbagbo aura également face à lui plusieurs chefs d’Etat africains, dont certains ne cachent pas leur exaspération face à l’enlisement de cette crise potentiellement déstabilisatrice pour l’Afrique de l’ouest.

Laurent Gbagbo

La communauté internationale quant à elle "est entièrement disposée à être utilisée (par les acteurs ivoiriens) pour réussir mais pas à lui faire endosser les échecs" de la classe politique, a averti le 14 juillet l’ambassadeur français à Abidjan, Gildas le Lidec.

Scène de rue à Abidjan, le 26 mars 2004

Les chances de succès du sommet d’Accra reposent à présent sur les politiciens puisque les militaires des deux camps ivoiriens ont fait la paix le 4 juillet 2003.

Agence France Presse

Kofi Annan

Si vous souhaitez soutenir l’activité du site web interet-general.info, vos dons sont les bienvenus sur le compte de la Banque cantonale de Genève No Z 3267.34.01 Clearing bancaire (CB) : 788 IBAN CH48 0078 8001 Z326 7340 1

Compte de chèque postal : 12-1-2

Veuillez libeller les chèques au nom de : interet-general.info

Accueil

éditeur : Frank Brunner | ouverture : 11 novembre 2000 | reproduction autorisée en citant la source