retour article original

lundi 20 février 2017
Vous êtes ici Accueil Histoire Les révisionnistes de la Seconde guerre mondiale
12 mars 2014

Histoire : Vincent Raynouard démonte le mythe des chambres à gaz d’Auschwitz

par Frank BRUNNER


Le plan de la prétendue "chambre à gaz" qu’on fait visiter aux touristes à Auschwitz. En réalité, l’inscription "Leichenkeller" indique qu’il s’agissait d’un dépositoire pour les cadavres en attente d’incinération. Par la suite, ce dépositoire a été transformé en abri antiaérien

Dans une vidéo destinée aux jeunes endoctrinés par la désinformation du shoah business et manipulés dans un but politique, Vincent Raynouard démontre, preuves à l’appui, conformément à son habitude, que le mythe des chambres à gaz d’Auschwitz, pilier de la thèse d’un plan nazi d’extermination des juifs pendant la Seconde guerre mondiale, repose sur des faux témoignages infirmés par des faits vérifiables, et même sur une erreur de traduction d’un document allemand faussement présentée comme une « preuve » du gazage des déportés.


Vincent Raynouard

« L’histoire de la Shoah repose avant tout sur l’arme principale du crime : la « chambre à gaz » homicide d’Auschwitz-Birkenau. Si cette arme n’a pas existé, alors c’est toute l’histoire de la prétendue extermination systématique qui s’effondre », explique Vincent Raynouard. Selon les historiens accrédités, la chambres à gaz était attenante au bâtiment abritant les fours crématoires dans lesquels les cadavres étaient incinérés. Plusieurs « témoignages » affirment que les granulés de Zyklon B (un insecticide destiné à la lutte contre les poux et prétendument utilisé pour gazer les déportés) étaient déversés dans la chambre à gaz par quatre orifices percés à travers le toit. Ces orifices étaient censés donner sur des colonnes grillagées réparties sur la longueur du local. L’existence de ces colonnes grillagées serait « prouvée » par un inventaire ou un bordereau de réception daté du 31 mars 1943 et mentionnant leur existence en tant que « dispositif d’introduction en treillis de fils de fer », selon les historiens accrédités. Dans ce document sont relevés une série d’accessoires (des lampes, des robinets…) entreposés dans divers locaux ou pièces du crématoire, comme par exemple dans la morgue 1 ou dans la morgue 2 (présentée comme la salle de déshabillage des futurs gazés). A la ligne 2 -celle qui concerne la morgue 2- est indiquée la présence de quatre Drahtnetzeinschiebvorrichtung. Ce long mot composé est traditionnellement traduit par : « Dispositif d’introduction en treillis de fil de fer ». Les historiens accrédités affirment que ce dispositif était destiné à introduire le Zyklon B. Ainsi, cet inventaire est présenté comme une « preuve » du fait que les déportés étaient gazés.

Un inventaire ou un bordereau de réception daté du 31 mars 1943 et censé prouver l’existence d’un dispositif destiné à gazer les déportés à Auschwitz

Dans sa vidéo, Vincent Raynouard démontre que le toit de cette prétendue chambre à gaz (qui subsiste bien qu’effondré) n’a jamais été percé par les prétendus orifices destinés à l’introduction du Zyklon B. Ce que les historiens accrédités présentent comme des orifices n’est rien de plus que des brisures dues à la rupture du béton qui s’effondrait. Un orifice, même brisé, aurait des contours intérieurs lisses.

Le toit effondré d’une prétendue chambre à gaz d’Auschwitz

De plus, l’inventaire exhibé par les partisans de la thèse des chambres à gaz ne mentionne pas l’existence de prétendues colonnes grillagées. Il s’agit d’une erreur de traduction. Le terme lu sur le document du 31 mars 1943 ne signifie pas : « dispositif d’introduction en treillis de fils de fer », mais : « glissière avec treillis métallique pour enfournement ».

Drahtnetzeinschiebvorrichtung doit se traduire par Draht (fil de fer ou fil métallique) netz (Netz, réseau ou treillis) einschieb (einschieben, pousser quelque chose) vorrichtung (Vorrichtung, dispositif).

Einschiebvorrichtung fait partie de la langue technique allemande courante. Le terme est fréquemment employé dans beaucoup de domaines allant de l’industrie nucléaire à l’informatique et d’autres. Il est évidemment présent dans les dictionnaires techniques. Le Einschiebsvorrichtung désigne notamment une glissière d’acheminement et d’enfournement, automatique ou non, permettant d’introduire dans un four incandescent un corps humain à incinérer ou un aliment qu’on veut cuire. Ces dispositifs existent toujours pour les fours crématoires modernes, et même pour les fours à pizza automatisés... En réalité, le mot mal traduit désigne une grille (sorte de civière) utilisée pour pousser les cadavres dans les fours crématoires. La présence de ces grilles était parfaitement normale dans un tel lieu et n’avait rien à voir avec une opération de gazage.

« Sans les orifices du toit et sans les dispositifs d’introduction du Zyklon B, il n’a pas été possible de gazer dans les crématoires 2 et 3, là où 750000 personnes l’auraient été d’après la thèse officielle... Le cœur du cœur de la prétendue extermination s’étant brisé, c’est toute la thèse de l’extermination qui s’effondre », conclut Vincent Raynouard. « Comment a-t-il été possible qu’aucun historien ne se soit avisé de l’absence d’orifices dans le toit ? », demande-t-il. « Et comme a-t-il été possible que, par le biais d’un mot mal compris et mal traduit, un outil aussi simple et courant qu’une glissière servant à l’enfournement ait pu devenir, pour le monde entier, une espèce de colonne en fil de fer servant à déverser du Zyklon B ? Ces simples faits en disent long sur les préventions des historiens accrédités lorsqu’ils parlent des prétendues « chambres à gaz » homicides allemandes. Aveuglés par les a priori et voulant à tout prix confirmer une conclusion émise d’avance, ils déforment allégrement. J’ajoute qu’une vingtaine de « témoins », anciens déportés et anciens SS, ont affirmé l’existence de ces prétendus dispositifs d’introduction du Zyklon B »...

Frank BRUNNER

La fausse chambre à gaz exhibée aux touristes à Auschwitz est en réalité une "reconstitution", postérieure à la Seconde guerre mondiale, ce qu’on s’abstient systématiquement de préciser. L’orifice qu’on voit sur cette image était prétendument destiné à introduire le Zyklon B depuis le toit du bâtiment

La chaîne Youtube de Vincent Reynouard aux Etats-Unis

http://www.unblockyoutube.us/permalink.php?url=vh4kem%2FEoRr%2Fj2CUKOQiOQ5sCPlXnn3%2BRSE1QeaeR7xRTMKau%2Fp%2BmBrsuO3FwQD1QUXqvJFULd0TaQ2yYZxqFcD7h704OpfMQ%2Fyjx8IRo6QiJAwUQ4fivlWFtYa%2BIfiB

AUTEURS 

  • Frank BRUNNER

  • Accueil

    éditeur : Frank Brunner | ouverture : 11 novembre 2000 | reproduction autorisée en citant la source