retour article original

mercredi 29 mars 2017
Vous êtes ici Accueil Histoire La seconde guerre mondiale en photos
13 mars 2014

Histoire : Pearl Harbor et les accusations portées contre Franklin Delano Roosevelt

par Frank BRUNNER


Des avions japonais s’apprêtent à attaquer Pearl Harbor, le 7 décembre 1941

A peine l’attaque japonaise du 7 décembre 1941 contre la base américaine de Pearl Harbor, aux îles Hawaii, a-t-elle eu lieu qu’une campagne de diffamation a été lancée contre Franklin Delano Roosevelt. Ses accusateurs prétendaient que le président des Etats-Unis avait délibérément favorisé cette attaque japonaise, dans le but d’entraîner son pays dans la guerre contre l’Allemagne à une époque où la majorité de la population était isolationniste. Cette accusation a persisté depuis lors, à travers des articles de presse et des livres visant à la crédibiliser. Il suffit pourtant d’un minimum de bon sens pour en constater l’absurdité.


Franklin Delano Roosevelt

Après l’évacuation du corps expéditionnaire à Dunkerque, fin mai début juin 1940, l’armée n’avait quasiment plus de rien pour défendre les îles britanniques, tout son matériel lourd étant demeuré en France. Chacun s’attendait à une invasion allemande imminente. La hantise de Franklin Delano Roosevelt était que la Royal Navy tombe aux mains des Allemands, car ceux-ci auraient alors bénéficié d’une suprématie navale leur permettant de dominer l’Océan Atlantique. C’est pourquoi, Franklin Delano Roosevelt, bien que réélu sur la promesse de maintenir les Etats-Unis hors de la guerre, a œuvré afin de livrer à la Grande-Bretagne toutes les marchandises et l’armement indispensables pour résister à une invasion et que l’US Navy a participé à la protection des convois jusqu’à mi-parcours de l’Atlantique. Cette politique a été interprétée comme une volonté d’entraîner les Etats-Unis dans la guerre.

Parallèlement, les Japonais, qui avaient déjà envahi la Chine, ont profité du désastre subi par l’armée française pour exiger des bases en Indochine, d’où leurs avions étaient à portée des Philippines alors occupées par les Etats-Unis. Franklin Delano Roosevelt a imposé aux Japonais des sanctions économiques, dont un embargo sur les ventes de pétrole. Comme le pétrole était indispensable à l’économie et à l’armée japonaises, le gouvernement a décidé de s’emparer des puits de pétrole des Indes néerlandaises et, afin de dissuader une intervention américaine, il a été décidé d’attaquer la base de Pearl Harbor. L’idée était de détruire la flotte américaine du Pacifique et de contraindre les Etats-Unis à accepter le fait accompli.

Grâce au décodage des communications japonaises, les services secrets américains savaient qu’une attaque japonaise se préparait, mais ils ignoraient où elle aurait lieu. Une attaque contre les Philippines paraissait l’hypothèse la plus probable, en raison de la proximité des bases aériennes japonaises en Indochine.

Le cuirassé USS Nevada (à l’arrière plan) pendant l’attaque de Pearl Harbor, le 7 décembre 1941

Il est évident que, si Franklin Delano Roosevelt avait su que l’attaque japonaise aurait lieu à Pearl Harbor, il aurait organisé une embuscade, comme l’année suivante à Midway. La flotte japonaise aurait été attendue par tous les sous-marins, tous les porte-avions et tous les cuirassés américains, sans parler de l’aviation basée à Pearl Harbor, et la guerre aurait débuté par un désastre aéronaval japonais. Quant aux bombardiers et avions-torpilleurs japonais lancés contre Pearl Harbor, même s’ils avaient pu franchir la défense aérienne, ils n’y auraient pas trouvé un seul navire. Si Franklin Delano Roosevelt avait réellement souhaité que l’attaque japonaise contre Pearl Harbor ait lieu, afin d’entraîner son pays dans la guerre, pourquoi aurait-il sacrifié l’essentiel de sa flotte du Pacifique dès le premier jour des hostilités ?

Enfin, il faut savoir que ce ne sont pas les Etats-Unis qui ont déclaré la guerre à l’Allemagne, mais l’Allemagne qui a déclaré la guerre aux Etats-Unis, quelques jours après l’attaque de Pearl Harbor, en raison d’un traité d’alliance conclu avec le Japon.

Frank BRUNNER

Liens liés a l'article.The Good War, Revisited

AUTEURS 

  • Frank BRUNNER

  • Accueil

    éditeur : Frank Brunner | ouverture : 11 novembre 2000 | reproduction autorisée en citant la source