retour article original

lundi 20 février 2017
Vous êtes ici Accueil Archives Archives Irak (9ème partie) : Août 2004
AFP, 1er août 2004

Irak : Dix tués dans des affrontements à Falloujah, attentat à Mossoul


FALLOUJAH (AFP) - Au moins dix Irakiens ont été tués, dans la nuit du 31 juillet au 1er août 2004, et 40 autres blessés, à Falloujah, à la suite de combats entre forces américaines et insurgés dans la ville sunnite, alors que dans le nord du pays, à Mossoul, un attentat à la voiture piégée devant un commissariat de police a fait quatre morts.


"Nous avons dix tués et 40 blessés à la suite de bombardements et d’accrochages" à Falloujah entre troupes américaines et les insurgés, a indiqué le docteur Rafih al-Issawi, directeur du principal hôpital de Falloujah. Les habitants pris de panique se sont précipités vers l’hôpital à la recherche de leurs proches ou pour offrir leur sang.

Auparavant, de fortes explosions avaient secoué la ville de Falloujah. Les explosions, qui semblaient être un nouveau raid américain, se sont produites dans le nord-est de la ville, dans un quartier appelé al-Askari, dans la nuit de samedi 31 juillet à dimanche 1er août 2004. Aucun commentaire sur cette opération n’a pu être obtenu dans l’immédiat auprès de l’armée américaine, qui a toutefois confirmé les précédents affrontements.

Samedi 31 juillet 2004, au moins un Irakien avait été tué et cinq autres blessés dans de nouveaux affrontements à Falloujah, ont indiqué la police et des sources hôspitalières. Ces affrontements sont survenus moins de 48 heures après des combats dans la ville qui ont fait 20 morts parmi les insurgés, selon l’armée américaine, et 13 morts et 13 blessés, selon l’hôpital de la ville.

L’armée américaine a lancé ces dernières semaines plusieurs raids sur Falloujah, affirmant à chaque fois prendre pour cible des repaires de l’islamiste jordanien Abou Moussab al-Zarqaoui, désigné par les Etats-Unis comme l’ennemi public numéro un en Irak.

A Mossoul, où une voiture piégée a explosé, tôt dimanche 1er août 2004, devant un commissariat de police, dans l’est de la principale ville du nord de l’Irak, quatre personnes ont été tuées et 34 autres blessées. "Jusqu’à présent, nous avons reçu quatre cadavres", a affirmé Ahmad Abdallah Rajab, médecin légiste à la morgue de la ville. "A 08h05, une voiture tout terrain de marque japonaise est arrivée à toute allure. Les policiers ont tiré et la voiture, conduite par un kamikaze, a explosé avant d’atteindre le poste de police", a déclaré le capitaine Nidam Mohammad. Plusieurs voitures étaient en feu et des corps ont été projetés sur le toit des maisons environnantes.

Concernant le sort des otages étrangers détenus en Irak, un otage turc a été libéré, par ses ravisseurs, après deux semaines de captivité en Irak, tandis que le médiateur irakien sur les crise des otages s’est dit, samedi 31 juillet, optimiste sur les négociations pour la libération de sept autres, trois Indiens, trois Kényans et un Egyptien. "Les négociations se poursuivent et nous espérons annoncer les résultats demain (dimanche 1er août 2004)", a déclaré le médiateur, cheikh Hicham al-Doulaïmi, un chef tribal assurant ne pas avoir de contacts avec les ravisseurs mais seulement avec l’employeur des otages, la compagnie koweïtienne Kuwait and Gulf Link Transport. Les sept camionneurs sont aux mains d’un groupe islamiste, alors que l’ultimatum pour l’exécution de l’un d’eux a expiré samedi en fin de journée.

Par ailleurs, le groupe d’Abou Moussab al-Zarqaoui, présumé lié à Al-Qaïda, a annoncé qu’il avait pris en otage en Irak deux chauffeurs de camion d’une entreprise turque et menacé de les décapiter si la firme ne quitte pas le pays dans les 48 heures, a rapporté, samedi 31 juillet 2004, la télévision Al-Jazira du Qatar. Dans la vidéo, le groupe, qui a identifié les deux camionneurs comme Abdul Rahman Demir et Saïd Anwar, a donné à la compagnie appelée Kahramanli, un ultimatum de 48 heures pour qu’elle arrête ses activités en Irak, sinon il exécutera les deux otages.

Tous ces rapts qui se sont multipliés les derniers temps visent, selon les revendications de leurs auteurs, à obliger les entreprises étrangères engagées en Irak à mettre fin à toute collaboration avec les autorités du pays mises en place par les Américains et avec les forces d’occupation.

Agence France Presse

Si vous souhaitez soutenir l’activité du site web interet-general.info, vos dons sont les bienvenus sur le compte de la Banque cantonale de Genève No Z 3267.34.01 Clearing bancaire (CB) : 788 IBAN CH48 0078 8001 Z326 7340 1

Compte de chèque postal : 12-1-2

Veuillez libeller les chèques au nom de : interet-general.info

Accueil

éditeur : Frank Brunner | ouverture : 11 novembre 2000 | reproduction autorisée en citant la source