retour article original

mardi 28 février 2017
Vous êtes ici Accueil Archives Archives France (1ère partie) : De février 2004 à août 2004
AFP, 30 juillet 2004

France : Dérogations scandaleuses pour les centrales nucléaires


PARIS (AFP) - Le réseau écologiste Sortir du nucléaire a dénoncé les dérogations "scandaleuses" accordées aux centrales nucléaires de Bugey (Ain), Tricastin (Drôme) et Golfech (Tarn-et-Garonne) pour leurs rejets liquides en cas de canicule ou de sécheresse, dans un communiqué publié vendredi 30 juillet 2004.


Les trois centrales (dix réacteurs au total) sont autorisées par des arrêtés du ministère de l’Economie, publiés au Journal officiel le 21 juillet 2004, à dépasser les normes habituellement prévues pour la température des fleuves où elles diluent leurs rejets d’eau chaude, afin de maintenir l’exploitation en cas de canicule.

Toutefois, pour utiliser ces dérogations, "EDF doit faire la preuve que le fonctionnement de la centrale est indispensable à l’alimentation du pays", a fait valoir, vendredi 30 juillet 2004, l’Autorité de sûreté nucléaire.

Les arrêtés relèvent de 1 à 2 degrés les températures maximales des fleuves en aval des centrales où les rejets se mélangent à l’eau. Les températures moyennes journalières sont portées à 27 degrés pour le Rhône en aval après mélange des eaux de Bugey, 30 degrés pour la Garonne en aval de Golfech, et 29 degrés dans le canal aval de Tricastin.

Sortir du nucléaire juge que ces "dérogations permanentes" vont amener à "transgresser de plus en plus souvent les règles de protection de l’environnement et de la santé publique". "Les dérogations ne traitent que de la chaleur de l’eau rejetée", a dénoncé en outre le réseau écologiste, "alors que les problèmes les plus graves proviennent de la non-dilution des rejets liquides radioactifs et chimiques des centrales nucléaires" dans l’eau, chaude et peu abondante. Sortir du nucléaire a cité en exemple un courrier du 9 juillet 2002 de l’Autorité de sûreté à la centrale de Belleville qui s’inquiètait de flux journaliers en zinc de 82,4 kg pour une limite de 30 kg, ainsi que de dépassements pour le phosphore, le sodium, les chlorures, le cuivre et la morpholine.

Lors de la canicule de l’été 2003, le gouvernement avait dû autoriser dans l’urgence des dérogations aux centrales nucléaires, vivement contestées par les écologistes.

Un comité national de suivi créé par le ministère de l’Ecologie avait conclu, en janvier 2004, que les dérogations n’avaient pas eu d’incidence sur la mortalité des poissons, malgré des températures en aval supérieures à 28 degrés, voire 30 degrés, ce dernier niveau étant jugé mortel pur les poissons. Les experts expliquaient que les poissons avaient sans doute trouvé refuge dans les zones les moins chaudes des fleuves.

Agence France Presse

Si vous souhaitez soutenir l’activité du site web interet-general.info, vos dons sont les bienvenus sur le compte de la Banque cantonale de Genève No Z 3267.34.01 Clearing bancaire (CB) : 788 IBAN CH48 0078 8001 Z326 7340 1

Compte de chèque postal : 12-1-2

Veuillez libeller les chèques au nom de : interet-general.info

Accueil

éditeur : Frank Brunner | ouverture : 11 novembre 2000 | reproduction autorisée en citant la source