retour article original

mercredi 26 avril 2017
Vous êtes ici Accueil Archives Archives Soudan (1ère partie) : Du 9 février 2004 au 31 août 2004
AFP, 3 août 2004

Soudan : La mobilisation humanitaire pour le Darfour monte d’un cran


NAIROBI (AFP) - Premiers largages aériens de vivres au Darfour par le PAM, opération "humanitaire" de l’armée française à la frontière tchado-soudanaise : la mobilisation internationale est montée d’un cran ces derniers jours pour venir en aide à cette région en crise de l’ouest du Soudan.


Cette mobilisation intervient alors que le compte à rebours a débuté pour les autorités de Khartoum, après l’adoption, vendredi 30 juillet 2004, par le Conseil de sécurité de l’ONU, d’une résolution mettant en demeure le Soudan de mettre fin dans les trente jours aux atrocités au Darfour sous peine de sanctions. La communauté internationale a été régulièrement critiquée par les organisations non-gouvernementales pour la lenteur de sa réaction au Darfour, où selon certains, notamment le Congrès américain, se déroule un "génocide".

Depuis Nairobi (Kenya), le Programme alimentaire mondial (PAM) a annoncé, lundi 2 août, avoir procédé, pour la première fois depuis le début de la crise, à des largages aériens de vivres au-dessus du Darfour, région confrontée selon l’ONU à la pire crise humanitaire du moment dans le monde. Les premiers largages ont eu lieu, dimanche 1er août 2004, sur la ville de Fur Buranga dans le Darfour occidental, "l’Etat le plus touché par la saison des pluies", qui perturbe, voire rend impossible, l’acheminement par route de l’aide humanitaire, selon un communiqué de l’organisation de l’ONU. Ces largages aériens de vivres devraient à terme bénéficier, sur sept sites différents, "à quelque 70000 villageois et déplacés qui ont été coupés de toute aide en raison de la saison des pluies et de l’insécurité", précise le texte.

Le Darfour est en proie depuis février 2003 à une guerre civile opposant des mouvements rebelles à des milices pro-gouvernementales. Environ 1,2 million de personnes ont été chassées de leurs foyers et quelque 200000 d’entre eux ont fui au Tchad voisin. Le nombre des morts au Darfour pourrait avoir déjà atteint 50000, selon le secrétaire général adjoint de l’ONU aux affaires humanitaires, Jan Egeland. "Larguer des vivres par avion est toujours choisi en dernier ressort en raison de son coût mais, pour de nombreuses régions du Darfour, nous n’avions tout simplement pas d’autres options à cette période de l’année", a déclaré le directeur du PAM au Soudan, Ramiro Lopes da Silva.

Dans le même temps, la France a lancé, vendredi 30 juillet 2004, une opération "humanitaire" d’aide aux 200000 habitants du Darfour réfugiés au Tchad. Cette opération comporte deux volets. D’une part, quelque 200 soldats français, déjà positionnés au Tchad, ancienne colonie française, vont circuler tout le long de la frontière soudanaise afin de sécuriser la zone et les abords des camps de réfugiés, notamment contre les incursions de miliciens pro-gouvernementaux soudanais.

D’autre part, un pont aérien a été ouvert, samedi 31 juillet 2004, par l’armée française, pour ravitailler en matériel les camps de réfugiés "dans le cadre du renforcement de l’aide logistique des agences des Nations Unies". Tout l’est du Tchad, frontalier du Darfour, est très difficile d’accès, même hors saison des pluies. Les camps de réfugiés sont situés à un millier de kilomètres de la capitale soudanaise N’Djamena.

L’Egypte a pour sa part dépêché, lundi 2 août 2004, des avions militaires transportant une aide humanitaire pour les sinistrés du Darfour.

Et le Comité international de la Croix-Rouge (CICR) a de son côté rappelé que l’accès des travailleurs humanitaires aux populations de certaines zones du Darfour "reste difficile" en raison de la persistance des combats qui provoquent des "déplacements continus de civils". Certaines personnes se nourrissent du produit de leur cueillette (fruits sauvages, graines, herbes), ainsi que de sauterelles, selon le CICR.

Agence France Presse

Accueil

éditeur : Frank Brunner | ouverture : 11 novembre 2000 | reproduction autorisée en citant la source