retour article original

jeudi 23 mars 2017
Vous êtes ici Accueil Histoire Les révisionnistes de la Seconde guerre mondiale
18 juin 2014

Histoire : L’intox archéologique de Treblinka

par David MERLIN


Caroline Sturdy Colls à Treblinka, en Pologne

En date du 21 mai 2014, le révisionniste David Merlin, membre du Committee for Open Debate on the Holocaust, a écrit au chancelier du Smithsonian Institute, John G. Roberts Jr., à propos d’un « documentaire » consacré à de prétendues découvertes archéologiques censées « prouver » l’existence de chambres à gaz homicides au camp de concentration nazi de Treblinka, en Pologne.


Une catelle découverte par Caroline Sturdy Colls dans le sol du camp de concentration de Treblinka. L’étoile de David figurant sur cette catelle est censée prouver qu’une chambre à gaz se trouvait là et que des juifs y ont été gazés. En réalité, il s’agit d’une catelle provenant de la fabrique Dziewulski Lange dont l’étoile de David est le logo...

Voilà longtemps que j’apprécie le magazine « Smithsonian » et l’Institut Smithsonian. C’est pourquoi je me sens obligé de faire une remarque sur l’émission « Treblinka : Hitler’s Killing Machine » (Treblinka : La machine à tuer d’Hitler).

L’un des clips de présentation avait pour titre : « L’excavation d’une chambre à gaz secrète : La grande découverte de tuiles gravées d’une étoile de David confirme l’existence de chambres à gaz à Treblinka et devient l’élément clé de la reconstruction des sinistres installations du camp de la mort ». En réalité, le film a confondu ou associé l’étoile de David avec la marque déposée de la fabrique de porcelaine, vieille de 125 ans, de Dziewulski Lange, en Pologne. Cette marque est en fait un symbole héraldique connu : une molette en étoile percée en son centre.

Le logo de la fabrique Dziewulski Lange

Un second clip de présentation avait pour titre « Les ossements que les nazis ont cachés : Une archéologue spécialiste de médecine légale qui fait des enquêtes sur les meurtres d’aujourd’hui découvre un charnier resté secret depuis l’Holocauste ». Il se trouve que l’archéologue « experte » en médecine légale a pratiqué ses fouilles aux abords d’un cimetière chrétien connu et bien délimité. Apparemment, trois tranchées creusées en une journée ont révélé 40 fragments osseux. Votre experte n’a pas été claire sur l’appartenance de ces os, sur l’époque à laquelle ils avaient été enterrés, sur le nombre de corps découverts (le chiffre va de 2 à 40), sur la raison de leur mort (étrange, un pareil oubli de la part d’une spécialiste en médecine légale), ni si certains de ces os avaient été exposés à l’incinération (ce qui est très important pour les recherches sur Treblinka). Sans plus de cérémonie, les os ont été remis dans un trou et on nous informe que ceci « prouve » que Treblinka était « beaucoup plus qu’un simple camp de travail ».

Cette émission aurait été une farce si ce n’était la profonde gravité des événements qui se sont déroulés à Treblinka. Au mieux, cette récente « enquête médico-légale » rappelle les tentatives des Soviétiques d’août 1944 et l’enquête du juge Zdzisław Lukaszkiewicz (1) de novembre 1945 et août 1946. Elle ne fait pas honneur à l’Institut Smithsonian. J’espère que l’Institut Smithsonian réagira afin, soit de corriger les erreurs que comporte cette « Machine à tuer d’Hitler », soit de se dissocier d’un tel spectacle. Il a l’obligation morale de le faire.

David MERLIN

Le révisionniste Eric Hunt a réalisé une enquête démontrant l’imposture de la prétendue découverte archéologique de Treblinka.

Vidéo : The Treblinka Archaeology Hoax (2014)

http://www.youtube.com/watch?v=47rbRNSGQUs

Note :

(1) Zdzisław Lukaszkiewicz a affirmé que 360000 déportés sont morts au camp de concentration de Majdanek. Il s’agissait d’une exagération de 853 %.

Pour Treblinka I, il a affirmé que 50000 déportés y étaient morts, alors que le total des déportés dans toute l’histoire de ce camp n’était que de 10000 et que seuls 500 déportés y sont morts. L’exagération du nombre de victimes est supérieure à 10000 %.

Zdzisław Lukaszkiewicz a affirmé a affirmé qu’au moins 731600 déportés sont morts à Treblinka II. D’autres estimations, tout aussi fantaisistes, varient entre 700000 et 900000 morts. Zdzisław Lukaszkiewicz a toutefois reconnu n’avoir découvert aucune fosse commune durant son enquête sur le terrain.

AUTEURS 

  • David MERLIN

  • Accueil

    éditeur : Frank Brunner | ouverture : 11 novembre 2000 | reproduction autorisée en citant la source