retour article original

vendredi 24 mars 2017
Vous êtes ici Accueil Archives Archives Irak (9ème partie) : Août 2004
AFP, 4 août 2004

Irak : 12 morts dans de violents accrochages, 6 otages libérés


MOSSOUL (Irak) (AFP) - Douze Irakiens, dont deux femmes, ont été tués et 26 autres blessés, mercredi 4 août 2004, dans de violents affrontements entre la police irakienne et la résistance, à Mossoul, a-t-on appris de source hospitalière, alors que six otages étrangers ont été relâchés.


"Nous avons reçu le corps de 12 Irakiens, dont deux femmes, et 26 blessés, pour la plupart des civils", a affirmé Waël Chit, responsable de la cité hospitalière de Mossoul, à 370 km au nord de Bagdad.

Quatre chauffeurs routiers jordaniens retenus en otages en Irak ont été libérés, selon le frère de l’un d’entre eux, tandis que la chaîne Al-Jazira a diffusé une cassette vidéo dans laquelle un groupe islamiste annonce avoir décidé de libérer deux otages turcs qu’il détient. "Nous avons reçu tard dans la nuit d’hier (mardi 3 août 2004) un appel d’un médiateur irakien qui nous a informés que les quatre otages avaient été libérés et se trouvaient chez lui", a indiqué le frère de l’un de ces otages, Mohammad Abou Jaafar.

Ces quatre chauffeurs, Mohamad Khleifat, Ahmad Abou Jaafar, Ahmad Sounoukrot et Khaled Massoud avaient été enlevés le 27 juillet 2004. Leurs ravisseurs, qui s’identifiaient comme le "Groupe de la mort", avaient appelé dans une vidéo le peuple jordanien à faire pression sur son gouvernement pour mettre fin à son soutien à la Force multinationale. Selon M. Abou Jaafar, les quatre Jordaniens libérés doivent regagner la Jordanie dans le courant de la journée.

Des Irakiens se présentant comme des médiateurs ont en outre affirmé, mercredi 4 août 2004, à l’AFP, par téléphone, à Amman, que les quatre Jordaniens leur avaient été remis par leurs ravisseurs. L’un de ces médiateurs, un homme se présentant sous le nom d’"Abou Mohamad", a déclaré que les "quatre otages jordaniens sont entre nos mains", sans fournir de plus amples précisions.

Le porte-parole du ministère jordanien des Affaires étrangères Ali Ayed a de son côté déclaré à l’AFP que le ministère avait eu la confirmation que les otages avaient été transférés par leurs ravisseurs vers "un autre groupe". "Nous attendons leur libération dans une demi-heure", a-t-il dit.

Les otages devraient être remis soit à l’ambassade de Jordanie à Bagdad, soit à l’hôpital jordanien de Falloujah, à l’ouest de la capitale irakienne, selon leurs familles.

Dans le même temps, la chaîne de télévision Al-Jazira du Qatar a diffusé une cassette vidéo dans laquelle le groupe d’Abou Moussab al-Zarqaoui annonce avoir décidé de libérer les deux chauffeurs employés par des sociétés turques qu’il avait menacés d’exécuter si leurs entreprises ne quittaient pas le pays. Dans cet enregistrement, le groupe affirme avoir décidé de libérer les deux otages "après que la compagnie se fut engagée à arrêter l’envoi de camions aux forces américaines en Irak".

Avant l’annonce de ces libérations, une vingtaine d’otages étrangers étaient retenus en otages en Irak.

Sur le plan diplomatique, le ministre irakien de la Défense Hazem Chaalane, qui avait récemment qualifié l’Iran de "premier ennemi de l’Irak", a de nouveau attaqué Téhéran en des termes violents et lui a demandé de restituer "maintenant" les avions que l’Irak lui avait confiés en 1991, dans un entretien publié mercredi 4 août 2004. "L’Iran cherche à saboter la structure démographique de l’Irak et à dénaturer son identité nationale", a déclaré M. Chaalane dans une interview au quotidien koweïtien Al-Anbaa. M. Chaalane a sommé l’Iran de restituer à l’Irak les avions qui lui avaient été confiés en 1991 par le régime déchu de Saddam Hussein, à la veille de la guerre du Golfe. "Les 130 avions doivent être restitués maintenant à l’Irak", a-t-il déclaré.

L’Irak avait plusieurs fois réclamé que Téhéran lui restitue 113 avions militaires et 33 autres civils entreposés en Iran à la veille de la guerre du Golfe. Téhéran assure n’être en possession que de 22 avions et se déclare prêt à les restituer si l’ONU le lui demande.

Dans une interview au quotidien américain Washington Post daté du 26 juillet 2004, M. Chaalane avait affirmé que l’Iran, qu’une guerre meurtrière (1980-1998) a opposé à l’Irak, restait le "premier ennemi de l’Irak" et qu’il "s’ingère (dans les affaires irakiennes) afin de tuer la démocratie".

Parallèlement à ces nouvelles accusations contre le voisin oriental de l’Irak, la Force multinationale dirigée par les Etats-Unis en Irak a annoncé qu’elle avait commencé à patrouiller le long de la frontière syrienne, à l’ouest, pour empêcher l’infiltration de rebelles dans le pays, alors que le gouvernement intérimaire irakien a appelé à plusieurs reprises les pays voisins à surveiller leurs frontières pour empêcher l’infiltration d’éléments hostiles.

Agence France Presse

Si vous souhaitez soutenir l’activité du site web interet-general.info, vos dons sont les bienvenus sur le compte de la Banque cantonale de Genève No Z 3267.34.01 Clearing bancaire (CB) : 788 IBAN CH48 0078 8001 Z326 7340 1

Compte de chèque postal : 12-1-2

Veuillez libeller les chèques au nom de : interet-general.info

Accueil

éditeur : Frank Brunner | ouverture : 11 novembre 2000 | reproduction autorisée en citant la source