retour article original

lundi 20 février 2017
Vous êtes ici Accueil Archives Archives Soudan (1ère partie) : Du 9 février 2004 au 31 août 2004
AFP, 4 août 2004

Soudan : Kofi Annan envoie une équipe évaluer les besoins de l’Union africaine pour le Darfour


Le secrétaire général des Nations Unies, Kofi Annan, a annoncé, mercredi 4 août 2004, sa décision d’envoyer une mission auprès de l’Union africaine, à Addis Abeba, pour évaluer ses besoins en termes militaires et financiers pour le Darfour.


"J’ai décidé d’envoyer une équipe de l’ONU à Addis Abeba, pour étudier avec l’Union africaine ses besoins exacts, ainsi que les moyens d’aider à structurer la force (de l’Union africaine au Darfour), de sorte que nous puissions alors demander de l’aide aux différentes capitales", a-t-il déclaré à la presse. "La mission partira ce soir, sous la direction du Conseiller militaire de l’ONU" Patrick Cammaert, a précisé M. Annan, qui venait d’informer le Conseil de sécurité.

M. Annan a indiqué qu’en marge du sommet interafricain sur la Côte d’Ivoire qu’il a co-présidé la semaine dernière à Accra, la question du Darfour avait été évoquée par le président de l’Union africaine, le président nigérian Olusegun Obasanjo.

"Les dirigeants (africains) autour de la table ont pensé que les quelque 300 hommes qu’ils allaient envoyer ne seraient pas suffisants et que leur nombre devrait être considérablement accru", a-t-il dit. "Mais bien sûr si l’Union africaine déploie une force beaucoup plus importante, elle aura besoin du soutien de la communauté internationale, d’une aide dans le commandement et le contrôle, dans la logistique et d’un soutien financier", a ajouté M. Annan.

L’Union africaine a annoncé, mercredi 4 août 2004, qu’elle "envisageait" d’augmenter très sensiblement, de 300 à environ 2000 hommes, ses troupes qui doivent être déployées au Darfour, région de l’ouest du Soudan où sévit une guerre civile, avec désormais pour "mission de maintenir la paix".

Cette force aurait notamment pour rôle de "protéger les observateurs" et "le retour des populations civiles", selon un porte-parole de l’Union africaine, Adam Thiam. Début juillet, l’organisation panafricaine avait décidé l’envoi de 300 militaires chargés de protéger les observateurs qui ont pour mission de surveiller le cessez-le-feu conclu en avril 2004 entre le gouvernement soudanais et les rebelles mais jamais vraiment respecté.

Agence France Presse

Accueil

éditeur : Frank Brunner | ouverture : 11 novembre 2000 | reproduction autorisée en citant la source