retour article original

vendredi 28 juillet 2017
Vous êtes ici Accueil Archives Archives Iran (2ème partie) : Du 1er juillet 2004 au 24 décembre (...)
AFP, 4 août 2004

L’Iran a un droit légitime à enrichir l’uranium, dit Kamal Kharazi

Suivi d’un commentaire


Vue de Teheran

TEHERAN (AFP) - Le ministre iranien des Affaires étrangères Kamal Kharazi a affirmé, mercredi 4 août 2004, le "droit légitime" de son pays à enrichir l’uranium, activité ultra-sensible à laquelle la communauté internationale voudrait le voir renoncer.

Iran


"Nous ne permettrons jamais à notre ennemi de piétiner nos droits légitimes inscrits dans les conventions internationales", a déclaré M. Kharazi cité par l’agence officielle Irna. "Nous allons militer pour nos droits auprès de la communauté internationale en réponse au climat néfaste que nos ennemis ont créé aux dépens de l’Iran", a-t-il déclaré.

Kamal Kharazi, à Teheran, le 1er août 2004

L’Agence internationale de l’énergie atomique, agence de sûreté nucléaire de l’ONU, presse la République islamique de renoncer à enrichir l’uranium. Même si les textes internationaux ne lui interdisent pas d’enrichir, l’AIEA craint que la technologie destinée à fournir du combustible pour les futures centrales iraniennes ne soit détournée pour l’arme atomique.

Le siège de l’Agence internationale de l’énergie atomique, à Wien

L’Iran assure que son programme n’a pas d’autre finalité que civile et a accepté en octobre 2003 auprès des trois grands Européens de suspendre l’enrichissement en gage de bonne foi. Mais il a constamment souligné que cette suspension était provisoire et volontaire. Il vient de reprendre la fabrication de pièces de centrifugeuses, équipements servant à l’enrichissement, estimant que les Européens avaient failli à leur engagement d’obtenir la fermeture du dossier iranien à l’AIEA en juin 2004.

Les installations nucléaires iraniennes d’Arak, vues par satellite

Lors des discussions avec les Européens, "aucun accord n’a été conclu selon lequel l’Iran cesserait d’enrichir l’uranium, puisque enrichir l’uranium est notre droit légitime", a déclaré M. Kharazi. "Nous allons poursuivre les négociations avec les pays européens, l’AIEA et les membres du Mouvement des non-alignés" représentés à l’AIEA et sur lesquels Téhéran mise aussi pour empêcher les Américains d’obtenir une saisine du Conseil de sécurité de l’ONU, a dit M. Kharazi. "Nous ne permettrons pas que le Conseil de sécurité soit saisi du dossier iranien. Nous allons éclairer la communauté mondiale sur le programme nucléaire iranien et j’espère que nous parviendrons à contrecarrer la campagne de propagande menée contre l’Iran", a-t-il ajouté.

Le Conseil de sécurité de l’ONU

Le secrétaire d’Etat américain Colin Powell a jugé, jeudi 29 juillet 2004, "de plus en plus probable" que le dossier iranien soit envoyé au Conseil de sécurité, prélude à de possibles sanctions internationales.

Agence France Presse

Les installations nucléaires iraniennes de Natanz, vues par satellite

Commentaire

Les Etats-Unis et leurs alliés s’efforcent délibérément d’entretenir un psychodrame à propos du programme nucléaire iranien, comme si certains pays étaient censés jouir du privilège de détenir l’arme nucléaire, tandis que d’autres seraient interdits d’accès au club.

Que diraient la France, la Grande-Bretagne ou la Chine, si elles étaient soumises à un semblable psychodrame et pratiquement menacées en permanence, en termes à peine voilés, d’une agression militaire de la part des Etats-Unis ?

Le sous-marin nucléaire britannique HMS Tireless

La récente polémique, artificieusement déclenchée par le gouvernement potiche irakien, et relative aux avions de Saddam Hussein conservés par l’Iran depuis la guerre du Golfe, s’inscrit dans le contexte de ce psychodrame. Alors même que l’Iran, loin de menacer quiconque, est continuellement menacé par les Etats-Unis, c’est l’Iran qu’on présente comme un pays agressif.

Un Mirage F1

Le sommet de l’hypocrisie est atteint par les Etats-Unis et le gouvernement potiche irakien, lorsqu’ils reprochent à l’Iran de "s’ingérer dans les affaires intérieures de l’Irak". Comme si les Américains faisaient autre chose que de s’y ingérer eux-mêmes... Si on comprend bien, les Etats-Unis revendiquent le monopole de l’ingérence comme celui des armes nucléaires.

Un hélicoptère OH-58 D Kiowa Warrior, au-dessus de Bagdad, le 12 juillet 2004

En vérité, ce psychodrame vise à imposer une discrimination de l’Iran par les autres pays, et à "justifier" une éventuelle agression militaire américaine. Autant dire que les Etats-Unis font absolument tout pour inciter l’Iran à se doter d’armes nucléaires, même si telle n’était pas l’intention initiale.

Il reste à espérer que les Européens ne se laisseront pas manipuler par les Etats-Unis à propos de l’Iran comme ils se sont laissés manipuler à propos de l’Irak.

Frank BRUNNER

Le portail d’une maison irakienne, à Fallujah, le 24 mars 2004

Si vous souhaitez soutenir l’activité du site web interet-general.info, vos dons sont les bienvenus sur le compte de la Banque cantonale de Genève No Z 3267.34.01 Clearing bancaire (CB) : 788 IBAN CH48 0078 8001 Z326 7340 1

Compte de chèque postal : 12-1-2

Veuillez libeller les chèques au nom de : interet-general.info

Accueil

éditeur : Frank Brunner | ouverture : 11 novembre 2000 | reproduction autorisée en citant la source