retour article original

mercredi 22 février 2017
Vous êtes ici Accueil Archives Archives Soudan (1ère partie) : Du 9 février 2004 au 31 août 2004
AFP, 5 août 2004

Soudan : "dialogue ouvert" avec l’ONU


KHARTOUM (AFP) - Le Soudan a engagé un "dialogue ouvert" avec les Nations Unies et les organisations humanitaires pour prévenir d’éventuelles sanctions et résoudre la crise du Darfour, tout en cherchant en même temps à unir le "front intérieur" contre une intervention étrangère occidentale.


Khartoum a annoncé que le désarmement des milices pro-gouvernementales, notamment les milices arabes djandjawids, responsables d’exactions contre les sédentaires d’origine africaine, commencera la semaine prochaine au Darfour.

Le général Jamal El-Houerees, directeur de la police du Nord Darfour, cité, jeudi 5 août 2004, par le centre des médias soudanais (SMC-gouvernemental), a indiqué que "les commissions sécuritaires et judiciaires vont commencer la semaine prochaine l’opération de désarmement des milices incontrôlées au Darfour". Il a ajouté que "le désarmement se fera sur une base volontaire ou à la suite de perquisitions menées par la police".

Le désarmement des milices est une des conditions posées par les Nations Unies pour renoncer à imposer des sanctions contre le Soudan. C’est aussi une condition posée par les mouvements rebelles du Darfour pour reprendre les négociations avec le gouvernement central, interrompues à Addis Abeba.

L’Union africaine s’est déclarée prête à envoyer 2000 hommes sur le terrain pour superviser le cessez-le-feu au Darfour conclu en avril 2004.

"Les autorités soudanaises ont engagé un dialogue ouvert avec l’ONU pour répondre aux exigences de la communauté internationale au Darfour", a déclaré à l’AFP le représentant d’un pays de l’Union européenne, qui a requis l’anonymat. Le ministre d’Etat aux Affaires étrangères soudanais Tigani Saleh Fadel a de son côté indiqué à l’AFP qu’il se réunissait une fois tous les quinze jours avec les représentants de l’ONU à Khartoum pour "évaluer les besoins au Darfour, faire le point et avancer vers une solution des problèmes".

Plusieurs réunions ont déjà eu lieu depuis le vote par le Conseil de sécurité des Nations Unies, le 30 juillet 2004, d’une résolution mettant en demeure le Soudan de mettre fin dans les 30 jours aux atrocités au Darfour sous peine de sanctions. "Nous avons regretté la résolution du Conseil de sécurité, que nous estimons injuste, mais nous allons continuer à travailler avec l’ONU pour appliquer les accords conclus avec son secrétaire général Kofi Annan en juillet. Nous souhaitons que dans son prochain rapport, M. Annan note les progrès accomplis et les bonnes dispositions du gouvernement soudanais", a souligné M. Fadel.

M. Annan doit présenter, début septembre 2004, au Conseil de sécurité, un rapport d’évaluation sur la situation au Darfour, dans lequel il doit indiquer si les autorités soudanaises ont fait des progrès pour répondre aux exigences internationales.

Selon les organisations humanitaires, l’accès leur est "désormais ouvert sans restrictions" au Darfour depuis juillet 2004. Le président Omar al-Béchir a chargé son ministre de l’Intérieur, le général Abdel Rahim Mohamed Hussein, d’être son "représentant personnel" au Darfour pour faciliter les opérations humanitaires et le désarmement, ont affirmé des sources occidentales.

Le gouvernement soudanais s’est déclaré prêt à reprendre les négociations avec les rebelles dans n’importe quel pays africain parmi les cinq que ces derniers ont proposés : Libye, Afrique du Sud, Kenya, Burkina Faso et Nigeria. Il a en même temps cherché à "unir le front intérieur" contre une éventuelle intervention étrangère, en organisant une marche de plusieurs dizaines de milliers de personnes, mercredi 4 août 2004, à Khartoum, pour dénoncer la résolution du Conseil de sécurité sur le Darfour.

Il a aussi libéré plusieurs opposants islamistes, mais pas "les grosses pointures" du mouvement islamiste ni leur chef de file, Hassan Tourabi, a-t-on indiqué de source occidentale.

Agence France Presse

Accueil

éditeur : Frank Brunner | ouverture : 11 novembre 2000 | reproduction autorisée en citant la source