retour article original

vendredi 23 juin 2017
Vous êtes ici Accueil Corruption Corruption en Palestine
voltairenet, 7 août 2014

Corruption : L’Autorité palestinienne retire sa plainte contre Israël

Suivi d’un commentaire


Une fille palestinienne blessée dans le bombardement d’une école de l’ONU par les Israéliens est soignée dans un hôpital du nord de la bande de Gaza, le 24 juillet 2014

L’Autorité palestinienne a fait annuler par Fatou Bensouda, procureure de la Cour pénale internationale, la plainte déposée le 25 juillet 2014 par Saleem al-Saqqa, ministre palestinien de la Justice, et Ismaeel Jaber, procureur général de Gaza pour les crimes de guerre commis à Gaza par l’armée israélienne. Le président par intérim, Mahmoud Abbas, a argué que cette plainte risquait de se retourner contre la Résistance (ce qui est juridiquement faux) et que l’Autorité palestinienne privilégiait une autre stratégie : l’adhésion à la Cour (à laquelle elle n’a jamais procédé). En l’absence d’élections, Mahmoud Abbas est président par intérim depuis 2009. Accusé de collaborer avec Israël, il était redevenu populaire en soutenant la population de Gaza depuis le début de l’opération « Roc inébranlable » (dite aussi « Bordure protectrice »).


Mahmoud Abbas

Cette plainte avait été approuvée par 130 professeurs de droit du monde entier. En accusant Israël de colonialisme, elle provoquait automatiquement une série de mesures conservatoires et interdisait aux entreprises étrangères de commercer avec des entités israéliennes établies dans les territoires occupés. De sorte que, même si cette plainte n’était pas jugée avant longtemps, elle aurait pourtant porté des effets immédiats.

Des proches de Palestiniens tués dans le bombardement d’une école de l’ONU par les Israéliens se lamentent devant la morgue d’un hôpital, au nord de la bande de Gaza, le 24 juillet 2014

Le porte-parole du Hamas, Sami Abou Zouhri, a commenté : « N’écoutez aucune voix qui suggérerait que nous serions opposés à une action auprès de la Cour pénale internationale. Certaines personnes disent que le Hamas ou d’autres Résistants pourraient être victimes d’une telle démarche, mais ce n’est pas vrai. Ce n’est que de la propagande. Rien de ce que nous faisons ne nous fait peur. Nous sommes sous occupation et c’est notre droit, selon la loi, de résister. Et c’est aussi le droit de notre population d’être défendue ».

voltairenet

Sami Abu Zuhri

Saleem al-Saqqa déclare maintenir la plainte palestinienne devant la Cour pénale internationale

Le ministre palestinien de la Justice, Saleem al-Saqqa, a déclaré au journal palestinien Al-Resalah s’être opposé au retrait de la plainte de l’Autorité palestinienne devant la Cour pénale internationale. Rappelant qu’il est la seule personne à avoir le pouvoir de retirer cette plainte, il a souligné ne pas l’avoir fait et a martelé : « Je ne la retirerai pas ».

Nous avions annoncé que le président de l’Autorité palestinienne, Mahmoud Abbas, avait donné ordre de retirer la plainte. Nous avions cru, à tort, que son ordre avait été exécuté.

voltairenet

Saleem al-Saqqa (à gauche de l’image)

Commentaire

Mahmoud Abbas feint de se préoccuper de la résistance palestinienne, alors qu’il personnifie la collaboration avec l’occupant.

Les Israéliens et leurs laquais occidentaux n’ont jamais cessé de faire du chantage à l’Autorité palestinienne pour la dissuader de saisir la Cour pénale internationale à propos des crimes israéliens. L’Autorité palestinienne dépend d’eux financièrement et est menacée de se faire couper les vivres. C’est-à-dire que l’Autorité palestinienne ne pourrait plus payer ses fonctionnaires et que cette équipe corrompue devrait renoncer à se remplir les poches. Comment se maintenir au pouvoir, si la police de l’Autorité palestinienne n’est plus payée et qu’elle cesse de réprimer les résistants ?

Frank BRUNNER

Accueil

éditeur : Frank Brunner | ouverture : 11 novembre 2000 | reproduction autorisée en citant la source