retour article original

dimanche 28 mai 2017
Vous êtes ici Accueil Archives Archives Etats-Unis (5ème partie) : Août 2004
AFP, 7 août 2004

Crimes de guerre américains : La soldate Lynndie England dit avoir été félicitée


FORT BRAGG (AFP) - La soldate Lynndie England, photographiée tenant en laisse un détenu nu, a affirmé qu’elle avait été félicitée pour les humiliations imposées aux détenus de la prison d’Abou Ghraib, ont indiqué des enquêteurs militaires vendredi 6 août 2004.


Deux enquêteurs de l’armée américaine ont déclaré que la soldate England avait reconnu être présente lors des sévices, au quatrième jour de sa comparution devant une cour qui doit décider si elle est passible de la cour martiale. Ils ont ajouté qu’elle avait indiqué avoir été félicitée, ainsi que d’autres accusés, par des officiers des renseignements américains et d’autres représentants officiels du gouvernement.

Selon le témoignage de l’agent spécial William Hughes, Lynndie England lui a déclaré que des représentants officiels du gouvernement et des renseignement "nous ont dit de continuer, que nous faisions du bon boulot". La soldate n’a cependant pas pu fournir de description précise de ces officiers, a ajouté M. Hughes. "Nous lui avons demandé de les décrire, mais elle n’a pas pu le faire", a-t-il précisé devant la chambre d’accusation réunie à Fort Bragg (Caroline du Nord, sud-est).

Mais la jeune femme a déclaré ne pas avoir reçu d’ordre direct lui intimant d’humilier les prisonniers, a déclaré l’agent spécial James Stewart. "Elle a dit qu’à aucun moment elle n’avait vu (les officiers) dans le bâtiment où se trouvent les cellules et qu’elle n’avait jamais reçu l’ordre de faire ce qu’elle a fait", a-t-il témoigné.

Très attendu parmi les témoins, le sergent Joseph Darby a détaillé les raisons qui l’ont poussé à révéler à ses supérieurs les sévices sur les détenus au début de l’année. Il a expliqué avoir agi par crainte de voir ces mauvais traitements reprendre avec le retour de permission du caporal Charles Graner, présenté comme l’un des "organisateurs" de ces sévices. "Je craignais que les mauvais traitements ne reprennent" a-t-il dit. C’est pourquoi il a remis à des enquêteurs militaires, à la mi-janvier, un CD qu’il avait reçu un mois auparavant contenant des centaines de photos de scènes prises à l’intérieur de la prison, dont celles de sévices.

Le sergent a déclaré n’avoir jamais vu Lynndie England commettre des sévices, mais qu’il l’avait aperçue entrant dans un quartier cellulaire, où elle n’avait rien à faire, en tant qu’employée administrative.

Il a également affirmé avoir vu des prisonniers nus et déclaré que certains prisonniers avaient été interrogés dans une petite dépendance en bois de la prison baptisée "la remise". Son témoignage a contredit celui, antérieur, du capitaine Brent Fitch, un interrogateur du renseignement militaire, qui avait affirmé que tous les interrogatoires se déroulaient à l’intérieur de la prison dans une pièce munie d’un miroir sans tain.

Interrogé sur le décès d’un détenu durant un interrogatoire, le sergent Darby a a déclaré en avoir entendu parler mais qu’il en ignorait les circonstances.

Agence France Presse

Si vous souhaitez soutenir l’activité du site web interet-general.info, vos dons sont les bienvenus sur le compte de la Banque cantonale de Genève No Z 3267.34.01 Clearing bancaire (CB) : 788 IBAN CH48 0078 8001 Z326 7340 1

Compte de chèque postal : 12-1-2

Veuillez libeller les chèques au nom de : interet-general.info

Accueil

éditeur : Frank Brunner | ouverture : 11 novembre 2000 | reproduction autorisée en citant la source