retour article original

samedi 19 août 2017
Vous êtes ici Accueil Corruption Corruption en Italie L’affaire Parmalat
AFP, 6 août 2004

Corruption : Parmalat assigne l’UBS en justice et lui réclame 290 millions d’euros


Une banque UBS

ROME (AFP) - Le groupe agroalimentaire italien Parmalat a annoncé, vendredi 6 août 2004, avoir assigné en justice le groupe bancaire suisse UBS et lui réclame 290 millions d’euros pour sa responsabilité dans ses difficultés financières.

Le siège de Parmalat à Collecchio


L’administrateur provisoire de Parmalat, Enrico Bondi, a porté plainte contre l’UBS devant le tribunal de Parme pour deux émissions d’obligations d’un montant total de 420 millions d’euros en juillet 2003. Parmalat avait ensuite acheté à l’UBS des obligations du Banco Totta Acores pour un montant de 290 millions d’euros. M. Bondi réclame le remboursement de ces 290 millions d’euros et se réserve le droit de demander des intérêts.

La banque Totta & Açores, à Lisboa

Il soupçonne la banque suisse, créancière de Parmalat, d’avoir aidé le groupe à placer plusieurs emprunts obligataires importants pour récupérer une partie de ses créances en dissimulant auprès du public sa situation financière très dégradée.

Enrico Bondi

Parmalat a frôlé la faillite après la découverte en décembre 2003 d’un trou de 14,27 milliards d’euros dans ses comptes. Le fondateur du groupe basé près de Parme, Calisto Tanzi, et plusieurs membres de l’ancienne direction sont poursuivis pour malversations.

Calisto Tanzi

L’UBS s’est défendu, vendredi 6 août 2004, et entend se battre. "Nous retenons que la transaction en question a été totalement régulière", a indiqué la banque suisse dans une déclaration citée par les agences italiennes Ansa et Radiocor.

Une banque UBS

Enrico Bondi avait déjà déposé une plainte fin juillet aux Etats-Unis contre Citigroup, numéro un du secteur bancaire américain, autre créancier de Parmalat. L’administrateur provisoire va déposer dans les prochains jours de nouvelles plaintes contre les banques qu’il estime responsables de la débacle de Parmalat et il entend réclamer 1,5 milliard d’euros de dédomagements pour la seule année 2003, a annoncé, vendredi 6 août 2004 au soir, l’agence Ansa. M. Bondi "cherche à obtenir réparation auprès des tierces parties soupçonnées d’avoir joué un rôle dans l’effondrement de Parmalat", précisait un communiqué publié lors de l’annonce d eal palinte contre City Bank.

Citi group center, New York

Le groupe agrolimentaire basé à Collecchio, près de Parme, est engagé dans une vaste restructuration qui devrait se traduire notamment par la suppression de 50 % de ses effectifs globaux -16.970 employés, contre 32.390 actuellement- d’ici 2006-2007, l’horizon fixé pour le retour aux bénéfices.

Une laiterie Parmalat

Le plan de restructuration prévoit le recentrage des activités du groupe sur ses deux métiers de base -produits laitiers et jus de fruit-, la cession des autres activités et son désengagement des Etats-Unis et d’Asie. Parmalat s’est également fixé pour objectif de reverser aux actionnaires "au moins 50 % des bénéfices distribuables dégagés au cours des 15 prochaines années", en incluant les dommages et intérêts récupérés.

Agence France Presse

Si vous souhaitez soutenir l’activité du site web interet-general.info, vos dons sont les bienvenus sur le compte de la Banque cantonale de Genève No Z 3267.34.01 Clearing bancaire (CB) : 788 IBAN CH48 0078 8001 Z326 7340 1

Compte de chèque postal : 12-1-2

Veuillez libeller les chèques au nom de : interet-general.info

Accueil

éditeur : Frank Brunner | ouverture : 11 novembre 2000 | reproduction autorisée en citant la source