retour article original

dimanche 26 février 2017
Vous êtes ici Accueil Informations internationales
alterinfo.net, 2 septembre 2014

Informations internationales : La communauté hassidique de l’extrême à l’ultra-extrême

par Kader TAHRI et Pascal LEVEILLE


Des juifs hassidiques au Canada

On les reconnaît à leurs vêtements, souvent un peu trop sobres pour de si jeunes femmes, et à ces cheveux synthétiques qui camouflent discrètement leurs boucles lustrées. Il y a aussi le groupe d’enfants à leurs trousses ; des enfants par dizaines. Même si elles sont moins stigmatisées que les hommes de leur religion, leur bonheur spirituel leur permettant de passer outre l’ignorance et le contraste face à la modernité est particulièrement saisissant.


Un mariage de juifs hassidiques à Kiev, en Ukraine

Le quotidien des juives hassidiques est un isolement presque total. Les principes de Shidduch, c’est-à-dire la tradition du mariage « arrangé », sont toujours pratique courante, et les relations sexuelles avant le mariage sont interdites. Elles ne peuvent pas exhiber leurs cheveux à d’autres yeux que ceux de leur mari (elles portent donc des perruques dès qu’elles passent le seuil de la porte), elles portent des vêtements très couvrants, même en pleine canicule, et elles font des enfants beaucoup d’enfants tant que leur corps le leur permet. Sur le plan de la vie religieuse, les orthodoxes ne suivent pas le mouvement d’égalitarisme car ils le considèrent contraire à la loi juive, pour une femme qui observe les lois talmudiques, exhiber ses cheveux serait comme sortir nue et offrir cette nudité aux regards des passants.

page

AUTEURS 

  • Kader TAHRI et Pascal LEVEILLE

  • Accueil

    éditeur : Frank Brunner | ouverture : 11 novembre 2000 | reproduction autorisée en citant la source