retour article original

samedi 24 juin 2017
Vous êtes ici Accueil Archives Archives Irak (9ème partie) : Août 2004
AFP, 7 août 2004

Irak : L’Iran condamne les actes d’agression des troupes d’occupation contre la population


L’Iran a condamné, samedi 7 août 2004, les violences en Irak et jugé "inacceptable" toute atteinte aux lieux saints chiites de Najaf et Kerbala, dans le centre du pays.


La République islamique juge "totalement inacceptable toute agression contre les lieux saints, comme Najaf", a déclaré devant la presse le président Mohammad Khatami à son retour d’Azerbaïdjan. De tels actes "élargissent le fossé entre les Irakiens et les forces occupantes", a-t-il ajouté.

"Les Américains sont dans l’impasse en Irak et se comportent comme le loup pris au piège, essayant de semer la terreur en mordant ou en montrant ses griffes", a déclaré le Guide suprême, l’ayatollah Ali Khamenei, cité par l’agence estudiantine Isna. "Mais la détermination des Irakiens ne leur permettra pas d’avaler un aussi gros morceau que l’Irak", a-t-il prédit.

"L’Iran condamne le recours à la violence en Irak de la part des troupes étrangères auxquelles il demande de cesser de faire usage de la force et de tuer des Irakiens, il les presse de respecter les lieux saints de Najaf et Kerbala", a déclaré le porte-parole du ministère des Affaires étrangères Hamid Reza Asséfi, cité par l’agence officielle Irna. Il a demandé aux factions irakiennes de "ne fournir aux forces étrangères aucun prétexte pour mettre à profit une situation critique dans l’intérêt de leurs politiques erronées".

Le mausolée de l’imam Ali à Najaf, théâtre de violents combats depuis jeudi 5 août 2004, est l’un des sites les plus révérés par les chiites, majoritaires en Iran comme en Irak.

L’Iran, accusé par les Etats-Unis d’oeuvrer à l’instabilité chez son voisin, prône la modération en Irak, soutenant ouvertement le grand ayatollah Ali al-Sistani plutôt que le chef radical chiite Moqtada Al-Sadr. Téhéran a adressé, en mai 2004, une mise en garde formelle à Washington, avec lequel les relations diplomatiques sont rompues depuis 1980, devant la gravité de la situation. Les attaques à Najaf et Kerbala ont suscité une vive indignation en Iran.

Réagissant aux accusations d’ingérence iraniennes en Irak, le ministre des Affaires étrangères Kamal Kharazi a répondu samedi devant la presse que, "malheureusement, tout le monde a quelque chose à dire ces jours derniers en Irak ; s’ils ont la moindre preuve de ce qu’ils avancent, qu’ils la produisent".

"Je suppose que nos frères en Iran ont assez de sagesse et de raison pour ne pas s’impliquer en Irak et y compliquer les problèmes," a déclaré le président irakien Ghazi al-Yaouar, dans une interview au quotidien gouvernemental égyptien Al-Ahram publiée samedi 7 août 2004.

Agence France Presse

Si vous souhaitez soutenir l’activité du site web interet-general.info, vos dons sont les bienvenus sur le compte de la Banque cantonale de Genève No Z 3267.34.01 Clearing bancaire (CB) : 788 IBAN CH48 0078 8001 Z326 7340 1

Compte de chèque postal : 12-1-2

Veuillez libeller les chèques au nom de : interet-general.info

Accueil

éditeur : Frank Brunner | ouverture : 11 novembre 2000 | reproduction autorisée en citant la source