retour article original

lundi 24 avril 2017
Vous êtes ici Accueil Histoire
14 septembre 2014

Histoire : Les lois de la guerre : une supercherie ?

Vidéo


Rotterdam, en Hollande, après le bombardement du 14 mai 1940

Selon certains, la guerre est en elle-même est un "crime contre l’humanité", et la codification des guerres n’est qu’une "supercherie". Dans la première partie de cette vidéo, Vincent Reynouard explique pourquoi ce genre de discours qui se veut résolument pacifiste conforte paradoxalement tous les va-t-en-guerre. Ses explications l’amènent à réfuter l’argument selon lequel les bombardements sur l’Allemagne en 1943-1945 étaient justifiés, puisque "les nazis avaient commencé" en bombardant Varsovie (1939), Rotterdam (1940) puis les villes anglaises (1941-1942). Vincent Reynouard démontre ensuite qu’une guerre, même "agressive", peut être parfaitement justifiée devant le Droit et la morale. Ainsi réfute-t-il l’argument selon lequel tous les crimes des Alliés sont finalement excusés au motif que "c’est Hitler qui avait commencé". Pour développer ses arguments, Reynouard s’appuie sur des ouvrages de droit international parus à l’époque.


Vincent Reynouard

Vidéo : Les lois de la guerre : une supercherie ? (1)

http://www.youtube.com/watch?v=0uASs8pSNEU

Dans la deuxième partie de sa vidéo, Vincent Reynouard résume la genèse du droit de la guerre, dans l’Antiquité (avec les lois de Manou en Inde, les Grecs et les Romains en Occident), puis à l’époque moderne (à partir du 17e siècle). S’appuyant sur de nombreuses références et sur des faits historiques, il démontre que ce droit n’a pas été forgé par les "futurs vainqueurs" afin de filouter les "futurs vaincus", mais qu’il a été, au contraire, l’oeuvre collective de philanthropes, de juristes et de militaires ; des hommes qui, sans considération de nation, souhaitaient humaniser la guerre.

Vidéo : Les lois de la guerre : une supercherie ? (2)

https://www.youtube.com/watch?v=TfQlFTr67m8&feature=youtu.be

Accueil

éditeur : Frank Brunner | ouverture : 11 novembre 2000 | reproduction autorisée en citant la source