retour article original

dimanche 25 juin 2017
Vous êtes ici Accueil Archives Archives Irak (9ème partie) : Août 2004
AFP, 9 août 2004

Irak : Intenses combats à Najaf


NAJAF (AFP) - Des combats ont fait rage, lundi 9 août 2004, à Najaf, où le chef radical chiite Moqtada Al-Sadr a affirmé vouloir lutter jusqu’à la mort, alors que la violence dans le reste du pays faisait six morts dans un attentat suicide et qu’un couvre-feu était décrété dans un quartier chiite de Bagdad.

Par ailleurs, un juge irakien qui a émis des mandats d’arrêt à l’encontre de l’homme politique irakien Ahmad Chalabi, ex-protégé du Pentagone en disgrâce, et de son neveu Salem, a affirmé que les deux hommes seraient arrêtés dès qu’ils fouleraient le sol irakien.

Deux otages jordaniens ont été libérés.


Pour la cinquième journée consécutive, de violents combats entre troupes américaines et résistants chiites de Moqtada Al-Sadr, impliquant des chars, l’artillerie, des mortiers ainsi que des hélicoptères américains se sont déroulés depuis l’aube à Najaf. Deux miliciens ont été tués et deux autres blessés dans l’offensive lancée par les soldats américains dans l’immense cimetière de la ville.

Au même moment, lors d’une conférence de presse dans ce mausolée, place forte des miliciens, M. Sadr a affirmé vouloir "combattre l’occupation à Najaf jusqu’à (sa) dernière goutte de sang" en s’affichant comme l’"ennemi de l’Amérique". "Je continuerai à combattre, je resterai à Najaf. Je ne quitterai pas la ville sainte. J’en serai un défenseur. Je resterai ici jusqu’à ma dernière goutte de sang", a-t-il lancé, au lendemain de la visite surprise du Premier ministre Iyad Allaoui à Najaf pour appeler les miliciens à déposer les armes et à quitter la ville.

Fustigeant la présence américaine en Irak, Moqtada Al-Sadr a affirmé avec force : "Je suis un ennemi de l’Amérique et l’Amérique est mon ennemie jusqu’au jour du jugement dernier".

Depuis le début des affrontements, jeudi 5 août 2004, l’armée américaine a estimé avoir tué plus de 360 miliciens, et n’avoir que quatre soldats tués, des chiffres contestés par l’Armée du Mehdi qui ne reconnaît que 15 tués et 35 blessés.

Les combats n’ont cessé que pendant quelques heures pour permettre "d’évacuer les blessés", a déclaré le gouverneur de Najaf, Adnane al-Zorfi. "Nous avons reçu une requête d’un membre du Conseil de la province pour un arrêt des combats pendant quelques heures dans le centre-ville pour permettre l’évacuation des blessés", a affirmé M. Zorfi. "Nous avons accepté. Cela a commencé à 15h00 et c’est maintenant terminé", a-t-il ajouté.

La violence s’est poursuivie parallèlement dans le reste du pays où un nouvel attentat suicide à la voiture piégée a fait six morts irakiens, dont cinq policiers, et 16 autres blessés, dont un vice-gouverneur de la province de Diyala, près de Baaqouba, au nord-est de Bagdad.

Le couvre-feu a été imposé à Sadr City, le quartier chiite de Bagdad, après les dernières violences entre partisans de Moqtada Al-Sadr et les forces américaines qui ont fait des dizaines de victimes.

A Bassorah, dans le sud de l’Irak, un soldat britannique a été tué dans des affrontements avec des insurgés, selon le ministère britannique de la Défense.

Sur le plan politico-judiciaire, un juge a émis des mandats d’arrêt contre Ahmad Chalabi et son neveu Salem. Le chef du Congrès national irakien (CNI) est accusé de fraude et d’avoir écoulé de la fausse monnaie. "Ils seront arrêtés dès qu’ils retourneront en Irak et comparaîtront devant une chambre du tribunal qui décidera s’ils seront déférés pour un procès devant une autre cour", a déclaré Zouheir al-Maliki à Bagdad.

Ahmad Chalabi, qui se trouve actuellement à Téhéran, s’est déclaré prêt à rentrer en Irak. Salem Chalabi, qui dirige le Tribunal spécial irakien (TSI) chargé de juger l’ancien président irakien Saddam Hussein, est à Londres. De son côté, le ministre irakien des Affaires étrangères Hoshyar Zebari a assuré que le mandat d’arrêt contre Ahmad Chalabi n’avait pas de caractère politique.

Enfin, en raison des menaces proférées par des miliciens chiites, le pompage de pétrole dans le sud de l’Irak a été suspendu, lundi 9 août 2004, selon la Compagnie de pétrole du sud de l’Irak.

Libération de deux otages jordaniens

Deux chauffeurs jordaniens enlevés le 26 juillet en Irak ont été libérés, lundi 9 août, à Bagdad, et transférés à l’hôpital jordanien de Falloujah, a indiqué à l’AFP un responsable jordanien. "Ils ont été libérés grâce à des médiateurs", a dit ce responsable sans fournir d’autres précisions.

Ces chauffeurs : Fayez Saad al-Adwan et Ahmad Salameh Hussein, avaient été enlevés, le 26 juillet 2004, et la compagnie qui les emploie Daoud and Partners a annoncé qu’elle suspendait ses activités en Irak pour assurer leur libération.

Agence France Presse

Si vous souhaitez soutenir l’activité du site web interet-general.info, vos dons sont les bienvenus sur le compte de la Banque cantonale de Genève No Z 3267.34.01 Clearing bancaire (CB) : 788 IBAN CH48 0078 8001 Z326 7340 1

Compte de chèque postal : 12-1-2

Veuillez libeller les chèques au nom de : interet-general.info

Accueil

éditeur : Frank Brunner | ouverture : 11 novembre 2000 | reproduction autorisée en citant la source