retour article original

vendredi 24 février 2017
Vous êtes ici Accueil Archives Archives Soudan (1ère partie) : Du 9 février 2004 au 31 août 2004
AFP, 9 août 2004

Soudan : L’Union africaine reporte sa décision sur l’envoi d’une force de paix au Darfour


ADDIS ABEBA (AFP) - L’Union africaine a reporté, lundi 9 août 2004, sa décision concernant l’envoi d’une force de maintien de la paix au Darfour, région de l’ouest du Soudan en guerre civile, afin de définir les modalités d’un tel déploiement, a-t-on appris auprès de l’Union africaine.


Le président de la Commission de l’Union africaine, Alpha Oumar Konaré, "travaille toujours sur les modalités et le mandat de la force de maintien de la paix au Darfour et une fois qu’il les aura finalisées, il les présentera formellement aux deux parties pour recevoir leurs commentaires et leurs opinions", a déclaré un responsable de l’Union africaine à la fin de la réunion du conseil de paix et de sécurité de l’organisation. "Une fois que le conseil de paix et de sécurité de l’Union africaine aura obtenu les réactions des deux camps (le gouvernement soudanais et les rebelles du Darfour), il prendra sa décision", a indiqué un autre diplomate de l’Union africaine sous couvert d’anonymat, sans préciser quand le conseil se réunirait de nouveau.

Le conseil de l’Union africaine, l’un des principaux organes de l’organisation panafricaine, avait entamé, lundi 9 août après-midi, ses discussions. Cette réunion devait permettre de prendre une décision pour transformer ou non en force de maintien de la paix la force de protection composée de 300 hommes qui doit être déployée avant le 15 août 2004 au Darfour, afin de protéger les quelque 120 observateurs de l’Union africaine déjà sur place, avait déclaré plus tôt le directeur du département paix et sécurité à l’Union africaine, Sam Ibok. Le Nigeria et le Rwanda ont annoncé qu’ils étaient prêts à participer à une telle force.

L’ambassadeur du Soudan en Ethiopie et pour l’Union africaine, Osman Al-Sayyed, a indiqué que Khartoum se prononcera sur la question d’une force de maintien de la paix une fois qu’il en aura été informé formellement par le conseil de l’Union africaine. Selon M. Ibok, le régime de Khartoum "n’est pas opposé à une force africaine, mais à des forces de pays occidentaux et d’Amérique".

Le conseil a demandé aux deux parties "d’être représentées au plus haut niveau" aux négociations de paix qui doivent avoir lieu le 23 août à Abuja, au Nigeria, selon un communiqué publié à la fin de la réunion. Le président de la commission de l’Union africaine, Alpha Oumar Konaré, a rendu compte au conseil de la réunion extraordinaire de la Ligue arabe consacrée au Darfour, qui s’est tenue, dimanche 8 août 2004, au Caire, et à laquelle il a participé, selon la même source.

La Ligue arabe a demandé à l’ONU d’accorder plus de temps au Soudan pour se conformer à la résolution du Conseil de sécurité des Nations Unies du 30 juillet, qui a donné trente jours à Khartoum pour mettre fin aux atrocités dans sa province occidentale.

Depuis le début des hostilités en février 2003 au Darfour, les affrontements entre les rebelles et les milices pro-gouvernementales ont fait entre 30000 et 50000 morts. Environ 1,2 million de personnes ont été chassées de leurs foyers.

Les rebelles protestent contre la "marginalisation", selon eux, du Darfour, une région grande comme la France et qui possède notamment du pétrole.

Agence France Presse

Accueil

éditeur : Frank Brunner | ouverture : 11 novembre 2000 | reproduction autorisée en citant la source